Le mois de juillet 2020 a été caractérisé par une anomalie convective très marquée sur la France. A l'échelle régionale, les déficits d'orages en terme de fréquence et de sévérité sont exceptionnels pour un mois d'été. Du jamais vu depuis le début de nos observations en 2009.

Ainsi, plus de 20 départements français n'ont observé aucun jour d'orage en juillet, ce qui n'était jamais arrivé auparavant (carte de gauche). A l'échelle départementale, les déficits sont considérables avec souvent 8 à 10 jours de déficit (la palme revenant au Bas-Rhin) comme en témoigne la carte de droite.
Seules les zones de relief des Pyrénées ou des Alpes ont enregistré des scores plus proches d'un mois de juillet normal. Le contexte synoptique, dominé tantôt par des situations fortement anticycloniques, tantôt par des flux océaniques peu propices aux orages, a favorisé cette anomalie.

De même, l'indice de sévérité orageuse (I.S.O) ressort à un score particulièrement bas, proche d'une normale d'un mois d'avril. Outre la faible récurrence d'orages, cela témoigne de leur faible sévérité. 
Seulement 8 jours avec orage fort (caractérisé par grêle > 2 cm ou rafale > 90 km/h ou lame d'eau > 50 mm en 1h ou tornade) ont été relevés durant le mois. Là aussi un score particulièrement faible.

Enfin, seulement 143.000 éclairs ont été détectés durant le mois, là encore un score exceptionnellement faible pour un mois de juillet.

Vous pouvez retrouver tous les détails dans le bilan des orages de ce mois de juillet.