Le mois de septembre, même s'il marque le début de l'automne météorologique, peut parfois être ponctué par des épisodes orageux intenses, durant cette période charnière qui associe aux dernières remontées d'air tropical très chaud les premières descentes polaires vigoureuses. On se souvient ainsi entre autres des épisodes orageux violents du 20 septembre 1973, à l'origine des fortes tornades de Grainville-Langannerie (Calvados) et de Sancy-lès-Provins (Seine-et-Marne), ou encore de l'épisode remarquable 20 septembre 1982 qui vit notamment s'abattre une tornade d'intensité EF3 à Sachy (Ardennes).

Le bilan des quinze premiers jours de septembre 2019 n'a rien présenté de semblable : cette première quinzaine s'est au contraire révélée particulièrement calme et stable pour la saison.


Une quinzaine beaucoup moins électrique que l'an dernier

Sur la période du 1er au 15 septembre 2019, seuls 9.800 éclairs ont été détectés sur la France. C'est cinq fois moins que l'année dernière ! En effet, sur la même période en 2018, ce sont 56.000 éclairs qui avaient été détectés. 2017 avait pour sa part été assez peu orageux également durant cette quinzaine, avec 12.000 éclairs détectés.
Cette faible activité orageuse s'est par ailleurs illustrée par son caractère très épisodique : l'essentiel de l'activité électrique observée s'est concentrée sur trois jours seulement, le 1er, le 6 et le 15



Un déficit d'instabilité et des conditions très anticycloniques

Cette faible activité orageuse sur la France s'explique par la présence durable, durant cette quinzaine, d'une forte anomalie anticyclonique sur le proche Atlantique, qui déborde largement jusque sur la France et l'Allemagne (voir la carte ci-dessous à gauche). Dans cette configuration, les masses d'air en présence ont tendance à être relativement peu humides en basses couches, et conséquemment peu instables. Il s'ensuit un fort déficit d'instabilité sur la majeure partie de la France, illustrée par la plage de couleur bleue sur la carte ci-dessous à droite.
De fait, cette première quinzaine de septembre a présenté sur la France un déficit moyen d'instabilité de 50%, avec des pointes jusqu'à 90% sur les départements les plus septentrionaux. Sur le nord du pays, cette période se place fréquemment dans le top 5 des premières quinzaines de septembre les plus stables depuis au moins 70 ans, ce qui explique la très faible activité orageuse observée.




Vers une dégradation orageuse ce week-end

La situation devrait évoluer au moins temporairement ces prochains jours, et notamment entre vendredi et dimanche, avec l'arrivée progressive d'un système perturbé par l'ouest. Une masse d'air plus instable est attendue sur la France, avec possibilité d'orages sur de nombreuses régions, parfois associés à des pluies abondantes aux abords des Cévennes notamment. 

La prévision de ces orages peut être consultée sur la page dédiée à la prévision à moyen terme, actualisée chaque matin.