La première quinzaine de novembre s'est illustrée sur la France par une succession ininterrompue de perturbations parfois très actives, qui ont produit notamment des pluies exceptionnellement abondantes dans le sud de l'Aquitaine et un épisode neigeux remarquable aux abords de la vallée du Rhône.

Un contexte particulièrement dépressionnaire

Cette situation très perturbée est liée à une anomalie dépressionnaire remarquable qui a concerné l'ensemble de l'Europe de l'Ouest. La carte ci-dessous, qui présente l'anomalie de la pression réduite au niveau de la mer pour la période du 1er au 15 novembre 2019, met en évidence une anomalie dépressionnaire particulièrement marquée entre Normandie et Hauts-de-France. Sur ces régions, le déficit de pression moyenne approche les 16 hPa, ce qui est remarquable et constitue l'une des deux plus fortes anomalies dépressionnaires à l'échelle planétaire pour cette première quinzaine de novembre. Si l'on prend l'exemple de Lille (Nord), ville pour laquelle une série de mesures de pression a pu être reconstituée depuis la seconde moitié du 18ème siècle, cette première quinzaine de novembre compte parmi les plus dépressionnaires jamais enregistrées, aux côtés de celles de 1910 et 2000.



Une circulation dépressionnaire froide en altitude

Corollaire de cette configuration très dépressionnaire au sol, des minimums d'altitude sont venus se positionner sur la France de manière récurrente ces quinze derniers jours. Ils ont advecté de l'air froid d'origine polaire en altitude sur notre pays, y causant une anomalie froide marquée. L'écart le plus significatif a été localisé en Haute-Normandie, où les températures moyennes vers 5.500 mètres d'altitude présentent un déficit d'environ 5°C sur la normale.



Une instabilité anormalement forte sur toute la France

La présence d'un air particulièrement froid en altitude a généré une instabilité latente souvent forte pour un début de mois de novembre. De fait, la première quinzaine de novembre 2019 arrive en 3ème position des premières quinzaines de novembre les plus instables depuis 1948, avec un écart de +134% par rapport à la normale (en moyenne nationale). La première quinzaine de novembre 1963 conserve de peu sa 2ème position, derrière celle de 1997, toujours en première place.




Fortes pluies et épisode neigeux précoce

Ces conditions très dépressionnaires et instables ont été à l'origine d'orages quotidiens sur la France, et de pluies régulières, qui se sont révélées particulièrement abondantes sur le sud de l'Aquitaine, et notamment sur les Landes, qui bat des records absolus mensuels :


D'une manière générale, c'est un axe Groenland -> Golfe de Gascogne -> Méditerranée occidentale qui a été concerné par des précipitations nettement excédentaires :


Certains de ces épisodes perturbés se sont fait sous forme de neige jusqu'en plaine, notamment dans la nuit du 14 au 15 novembre, marquée par un épisode neigeux de grande ampleur et précoce aux abords de la vallée du Rhône. A cette occasion, on a mesuré 55 cm dans le Pilat, 30 à localement 40 cm en Terres Froides (Isère), 15 à 30 cm dans les environs de Valence, ou encore 11 cm à l'aéroport de Saint-Étienne.

Des conditions perturbées sont encore attendues cette semaine.