Un épisode méditerranéen intense a touché les Cévennes, le Var, les Alpes-Maritimes et la Ligurie et le Piémont en Italie du 22 au 24 novembre. Des crues remarquables et des inondations très importantes se sont produites. Six personnes ont perdu la vie en France lors de cet épisode.


Une dépression nommée Cecilia s'est creusée dans le Golfe de Gascogne le 22 novembre. Ce minimum dépressionnaire est parvenu à maturité dans la journée du 22 novembre en sortie gauche d'un violent courant-jet soufflant à 280 km/h à 10.000 m d'altitude. Le creusement de cette dépression a occasionné un net resserrement du gradient de pression sur la France, et notamment des Pyrénées au Golfe du Lion et aux Alpes :




Les rafales de vent ont été violentes sur les reliefs, et parfois par déferlement jusque dans les vallées.
On peut citer entre autres :
- 205 km/h à la Pointe de la Masse à haute altitude (2800 m) en Savoie
- 152 km/h à Courchevel (2000 m) en Savoie
- 140 km/h à Villard-de-Lans (1000 m) en Isère et au Col des Sauvages dans le Rhône
- 131 km/h à Chamonix (1000 m) en Haute-Savoie
- 120 km/h à Mazan-l'Abbaye (1000 m) en Ardèche
- 118 km/h à Millau en Aveyron
- 112 km/h à Saint-Chamond en vallée du Gier dans la Loire
- 110 km/h à Nîmes-Garons dans le Gard

En outre, le foehn a été tempétueux côté suisse, avec plus de 200 km/h relevés sur des sommets alpins.

Dans ce contexte de violent flux de sud le déclenchement de précipitations orographiques en Cévennes s'est effectué dès la matinée du 22 novembre. Dans le même temps, ces vents de sud ont advecté une masse d'air chaud et humide en basse couche, à la fois en direction du Languedoc et de la Provence, jusqu'en plaine du Pô en Italie. Le contexte est resté favorable, 24h sur les Cévennes, plus de 36h entre Var et Alpes-Maritimes.
En effet, bloquée par des hautes pressions positionnées sur le centre de l'Europe, la dépression Cecilia, bien qu'en comblement le 23 novembre, s'est enfoncée dans le Golfe du Lion, tout en maintenant un flux maritime sur la Provence et l'Italie et prolongeant donc l'épisode entre l'est de PACA et la plaine de Pô :




Sur les Cévennes, l'épisode a atteint son paroxysme dans la nuit du 22 au 23 novembre avec des intensités horaires atteignant 30 mm. Les cumuls totaux relevés ont été conformes à la prévision, compris entre 180 et 300 mm (localement un petit plus dans le secteur de Loubaresse). Ces fortes lames d'eau interviennent après un épisode intense fin octobre et un mois de novembre très humide. Dans ce contexte, avec les sols et les réseaux karstiques saturés, les crues ont été plus importantes. Des départs de crues, parfois importants ont été constatés sur toutes les têtes de bassins : Allier, Tarn, Lot, Loire, Ardèche et ses affluents, Lignon, Gardons, Hérault amont, etc. Les crues de référence de décembre 2003 ont localement été atteintes, notamment sur la Loire vellave ou le Lignon du Velay.

Sur la Provence, où l'épisode a été plus durable, ne se terminant qu'en cours de journée du 24 novembre, les lames d'eau ont été très conséquentes, dépassant localement les 250 mm sur l'ensemble de l'épisode. En 24h, au plus fort de l'épisode pluvieux, des lames de 200/220 mm ont été enregistrées




L'animation radar de l'ensemble de l'épisode présente les caractéristiques typiques d'un tel épisode. La phase cévenole est bien visible avec une intensification notable des précipitations à l'approche du forçage d'altitude dans la nuit du 22 au 23 novembre.
Ensuite, les précipitations ont tendance à s'estomper sur les Cévennes, une fois le forçage passé. Mais on remarque une persistance très nette des pluies sur l'est de la Provence, en raison de l'alimentation maritime maintenue par le creusement de la dépression dans le Golfe du Lion dont nous avons fait état plus haut :




Des inondations remarquables entre Var et Alpes-Maritimes

Les inondations ont été nombreuses et très importantes entre le Var et les Alpes-Maritimes. Ainsi, plusieurs cours d'eau de ces deux départements ont atteint des niveaux remarquables tels que la Siagne, le Loup, le Giscle, l'Argens et la Nartuby
Sur l'Argens, tristement célèbre pour sa crue dévastatrice de juin 2010, une hauteur de 7.19 m a été atteint à Roquebrune, soit un niveau très supérieur à celui de la crue de référence de novembre 2011 et à 50 cm seulement de la crue record de juin 2010 :





Ces crues et ruissellements intenses ont occasionné des inondations en de nombreux endroits, comme en témoignent ces clichés/vidéos :















Plusieurs phénomènes tourbillonnaires observés

Plusieurs tubas, trombes marines voire tornades ont été filmés, photographiés ou ont causé des dégâts, notamment entre les Bouches-du-Rhône et le Var.
Si plusieurs cas de trombes marines et de tubas ont été rapportés, y compris sur le littoral de l'Hérault, deux cas ont fait des dégâts dans l'intérieur des terres.
La commune de Hyères dans le Var a été frappé dans la soirée du 22 novembre. Le secteur des Salins et du Palyvestre ont été concernés. Magasins endommagés, serres couchées et véhicules retournés sont à signaler sur le secteur :



Photos Luc Boutria pour Var Matin


Dans la nuit du 22 au 23 novembre, c'est à Châteauneuf-les-Martigues dans les Bouches-du-Rhône qu'un deuxième cas a été signalé. Plusieurs maisons ont été endommagées sur la commune.

Ces deux cas font l'objet d'enquêtes de terrain afin de déterminer nature exacte, trajectoire et intensité.


Un épisode encore plus intense côté italien

La Ligurie et le Piémont en Italie ont été particulièrement concernés par cet épisode. Outre un épisode neigeux très remarquable sur les crêtes frontalières, les pluies ont été parfois dévastatrices, notamment en Ligurie, au nord de Savone. En effet, des pointes à plus de 450 mm ont été relevées sur les reliefs au nord-est de la ville.


Pluies en 24h en Ligurie avec des cumuls très importants au nord-est de Savone


Ainsi, des crues généralisées se sont produites, inondant de nombreux secteurs. En altitude, les chutes de neige ont été remarquables, avec 100 à 180 cm relevés en 48h.
La carte ci-dessous résume l'épisode de 48h avec quelques cumuls notables aussi bien au niveau pluie qu'au niveau chutes de neige :