Un système dépressionnaire, nommé Freya, a circule sur les îles britanniques les 3 et 4 mars. Un creusement secondaire a donné lieu à de violentes rafales de vent et des orages sur la moitié nord de la France.

Violentes rafales de vent parfois accompagnées d'orages

Au sud de la dépression principale nommée Freya, qui a évolué sur les îles britanniques, un creusement secondaire s'est opéré au large de la Bretagne dans la nuit de dimanche 3 à lundi 4 mars puis a circulé en Manche. Le jet de basse couche s'est ainsi nettement renforcé à plus de 110 km/h à 925 hPa. Le radiosondage de Trappes confirmait d'ailleurs ce renforcement avec un vent à 60 nœuds relevé vers 900 hPa à 23h locales le 3 mars.
Avec l'arrivée d'air très froid en altitude, une limite secondaire froide instable s'est développée. C'est à l'avant et au sein de cette limite que les rafales de vent se sont renforcées sensiblement sur toute la moitié nord du pays.
Ces rafales ont été pour certaines de nature convective, surtout dans la journée du 4 mars et parfois associés à des orages. Durant la nuit de dimanche à lundi, la nature convective de ces rafales est restée en retrait, bien que quelques orages se soient localement produits. 

Les valeurs relevées sur cet épisode sont les suivantes (liste non exhaustive) :
- 151 km/h à Belle-Ile (56)
- 144 km/h à Groix (56)
- 130 km/h à Plogoff (29)
- 124 km/h à Scheibenhard (67)
- 121 km/h à Boulogne-sur-Mer (62)
- 115 km/h à Colmar-Meyenheim (68) et Saint-Nazaire (44)
- 112 km/h à Blécourt (52) et Saint-Hilaire-le-Châtel (61)
- 110 km/h à Châteauroux (36) et Chauny (02)
- 108 km/h à Pontoise (95) et au Bourget (93)
- 107 km/h à Rouvres-en-Woevre (55) et la Roche-sur-Yon (85)
- 106 km/h à Montluçon (03)
104 km/h à Nantes (44) et Vagney (88)
- 103 km/h à Epinal (88)
- 101 km/h à Lorient (56), Strasbourg (67), Creil (60
- 100 km/h à Nancy-Ochey (54), Magnac-Laval (87), Mouzay (55)

La carte ci-dessous présente les rafales maximales enregistrées sur les stations synoptiques (réseau principal). Au total, plus de 60 stations (en comptant les secondaires) ont relevé plus de 90 km/h lors de cet épisode :




L'animation radar depuis la nuit du 3 au 4 mars montre le passage du premier front froid, suivi du second front associé au creusement secondaire, passant notamment sur l'Ile-de-France :  


Image radar Météo-France


L’activité électrique est restée localisée, typique d'un début mars et d'un régime de giboulées. Au total, plus de 2200 éclairs ont été relevés sur la France :