Il y a 10 ans jour pour jour, plusieurs régions de France étaient balayées par des orages extrêmement violents.

 
Toiture enfoncée par une macrorafale le soir du 25 mai 2009, dans le département du Nord. © KERAUNOS

Un épisode orageux d'une intensité exceptionnelle

Les mois de mai se suivent, mais ne se ressemblent pas forcément. Alors que ce mois de mai 2019 présente globalement une activité orageuse peu significative, le mois de mai 2009 reste dans les annales par sa forte instabilité et son épisode orageux exceptionnellement intense du 25 mai. Ainsi, après une nuit du 24 au 25 mai déjà très orageuse, marquée par une tornade en Vendée, le potentiel orageux s'accroissait en effet rapidement au fil de la journée du 25 mai 2009 sur l'ensemble du pays. Une masse d'air d'origine tropicale extrêmement instable progresse au fil des heures vers le nord, tandis que le flux s'accélère en altitude et devient de plus en plus dynamique.

Une configuration orageuse potentiellement critique est envisagée depuis la veille pour cette soirée du 25 mai. Pour la première fois depuis la publication quotidienne des prévisions convectives (en avril 2007), Keraunos, dans ses prévisions du 25 mai 2009 à 08h loc, émet un risque orageux de niveau maximal (4/4) pour le soir et la nuit suivante. De fait, le temps tourne à l'orage en fin de journée, du sud-ouest aux régions du nord.

Après plusieurs heures d'une activité orageuse particulièrement intense, le bilan dressé par Keraunos de cet épisode fait apparaître :
+ 7 supercellules distinctes, ainsi qu'une dizaine de dédoublements cellulaires (splitting storms) ;
+ de nombreuses chutes de grêle remarquables, avec des diamètres de 3 à 5 cm dans le sud de la France et de 6 à 12 cm sur le nord du pays ;
+ de puissantes rafales descendantes avec des pointes mesurées jusqu'à plus de 130 km/h ;
+ un couloir de micro- et macrorafales sur un axe Soissons - Laon (Aisne), ainsi que de Vervins (Aisne) à Semousies (Nord) ;
+ plusieurs inondations éclairs et coulées de boue ;
+ une tornade d'intensité EF1 à Marchiennes (Nord).
 
L'indice national de sévérité orageuse (I.S.O.) dépasse 30 pour cette journée, soit la seconde valeur la plus élevée jamais enregistrée pour cet indicateur, mis en exploitation depuis le 1er janvier 2009 par Keraunos.
  

Les plus gros grêlons jamais photographiés en France

Compte tenu du potentiel orageux remarquable attendu en fin de journée, une équipe de Keraunos est sur le terrain durant la soirée du 25 mai, avec pour objectif d’observer et de photographier les orages supercellulaires attendus au nord de Paris. En fin de soirée, le choix est fait de cibler une supercellule très active en cours de transit sur la Picardie et qui se dirige vers le département du Nord. La cellule est interceptée près de Cambrai (Nord), vers 21h30 TU. Les chutes de grêle observées dans la portion sud du courant descendant avant (FFD) sont exceptionnelles.
 
D'abord d'un diamètre de 4 à 6 cm, les grêlons atteignent rapidement 6 à 8 cm, avant de passer le seuil des grêlons géants quelques minutes plus tard à hauteur de Raillencourt-Sainte-Olle (Nord). Pierre MAHIEU et Emmanuel WESOLEK recueillent alors des grêlons qui atteignent pour certains 12 cm de diamètre, soit les plus gros grêlons jamais photographiés en France jusqu'à ce jour. Ces grêlons tombent sur le sol en produisant des bruits d'impacts impressionnants, au milieu d'autres grêlons de 6 à 9 cm de diamètre, dont certains présentent des structures difformes ou très allongées.
 

 

En savoir plus sur cet épisode

Pour plus d'informations sur l'épisode orageux du 25 mai 2009, vous pouvez consulter la page spéciale qui revient en détail sur les événements observés ce jour-là.