Un épisode caniculaire précoce et intense a concerné sur la France à la fin du mois de juin, avec des records de température exceptionnels en altitude comme au sol.

Retrouvez sous la partie consacrée au suivi, les différents éléments météorologiques concernant cette vague de chaleur.

Suivi de l'épisode du 24 au 30 juin

30 juin à 20h :
La chaleur s'est décalée vers l'est ce dimanche, avec généralement 36 à 39°C du sud-est au nord-est en passant par le centre-est.
A Strasbourg-Enthzeim, le mercure a atteint 38.8°C, soit un nouveau record absolu pour la station. Il s'agit de la température la plus élevée jamais enregistrée depuis 1924.
Outre Strasbourg, la station de Colmar-Meyenheim a égalé son record mensuel de 37.5°C qui datait de juin 2003.


30 juin à 9h :
La nuit a encore été très chaude dans l'est, avec de nouveaux records de chaleur nocturne.
Les minimales ont atteint 26.0°C à Lyon Saint-Exupéry, soit un nouveau record absolu, battant les 25.2°C de juillet 1983. A Grenoble-Saint-Geoirs, c'est un record mensuel qui a été battu avec 21.4°C (ancien record 20.4°C en juin 2004.
De même à Nice, il n'a pas fait moins de 27.4°C, soit un nouveau record mensuel, battant les 26.9°C du 26 juin dernier.


29 juin à 19h :
Une nouvelle journée extrêmement chaude a concerné la France ce samedi. On a noté un fort gradient de température entre le littoral Atlantique (sous la fraîcheur et les nuages bas) et l'intérieur des terres. De nombreux records mensuels ont été battus. Les températures ont parfois approchés les records absolus de très près comme à Angers (à 0.2°C), à Tours (à 0.9°C)...
Un record absolu a toutefois été battu à Saumur avec 42.0°C, battant largement août 2003. Il a également fait 40 à 41.5°C entre l'ouest Touraine, le nord Vienne et l'Anjou. A noter également 40.0°C à Toulouse-Blagnac (deuxième valeur supérieure ou égale à 40°C sur ce poste depuis le début d'épisode) et 40.7°C à Carpentras (84).




La nuit prochaine va être très chaude avec la levée du vent de sud sur le Lyonnais et tous les environs avec des minimales possiblement au-dessus de 25°C. L'après-midi, la chaleur décline dans le nord-ouest avec l'entrée des vents de NO. Il fera encore très chaud des Pyrénées au nord-est :





29 juin à 9h :
Après une journée de vendredi extrêmement chaude, les températures ont eu du mal à descendre la nuit dernière. Ainsi, des records absolus (tous mois confondus) de chaleur nocturne ont été battus dans le sud-est, entre littoral de l'Hérault, le Gard et la vallée du Rhône, mais également sur le relief des Cévennes :





28 juin à 19h30 :
La masse d'air est brûlante sur le sud-est du pays. Le radiosondage de Nîmes-Courbessac a relevé une température de 27.2°C à 11h UTC à 850 hPa (environ 1500 m), soit des valeurs exceptionnelles.
Il en résulte, avec la levée du mistral et de la tramontane, un effet de foehn très marqué engendrant une hausse historique des températures dans le sud-est. La majeure partie des stations synoptiques (réseau principal) de l'Hérault, du Gard, des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes ont battu leur record absolu de chaleur :




Un nouveau record national de chaleur à 45.9°C a été établi à Gallargues-le-Montueux dans le Gard.
Il faut noter que plus de 12 stations ont battu l'ancien record national de chaleur, c'est à dire ont fait plus de 44.1°C, ce qui est significatif.
On peut noter les 45.5°C de Villevieille (30), 45.1°C de Marsillargues (34), 44.6°C de Saint-Chamas (13), 44.5°C de Varages (83).




Outre ces valeurs inédites dans le sud-est, la chaleur a persisté en remontant jusqu'au Massif-Central avec 35 à 39°C, jusqu'aux Pays de la Loire, est Bretagne et ouest Normandie.
Des records mensuels de chaleur ont été battus à Chateauroux, le Mans, Angers-Beaucouzé et Laval :

Angers-Beaucouzé (49) : 38.3°C - ancien record 37.5°C en juin 2003
Chateauroux (36) : 37.9°C - ancien record 37.7°C en juin 1947
Le Mans (72) : 37.8°C - ancien record 37.5°C en juin 2017
Laval (53) : 35.7°C - ancien record 35.6°C en juin 2017

Cette chaleur est par ailleurs restée assez humide avec des points de rosée exceptionnels là aussi, parfois compris entre 25 et 28°C sur le nord-ouest, donnant des humidex > 45.

Demain samedi, la chaleur va baisser dans le sud-est, avec 36 à 41°C. Elle s'intensifiera à nouveau sur l'ouest Occitanie avec potentiellement 40°C à Toulouse. Les 40°C pourraient également être atteints dans le Val de Loire.


28 juin à 9h :
Une nuit encore très chaude !! De nouveaux records absolus de minimales élevées sont tombés cette nuit avec 23.8°C à Bourges (22.7°C le 07/08/2003), 24.7°C à Nantes (24.2°C le 27/06/1984), 23.1°C à Poitiers (23°C le 11/08/1933), 26.1°C au Luc (24.8°C le 28/07/1947), 21.8°C à Embrun (21.7°C le 19/06/2013), 23.3°C à St Auban (22.2°C le 16/08/1987). De nombreux records absolus ont également été égalés partout en France comme à Lorient, Angers, Sancoins...



28 juin à 6h30 :
Les températures sont déjà très chaudes ce matin là où le vent est sensible et avoisinent 27 à 31°C à 6h, notamment en vallée du Rhône, dans les Alpes-Maritimes ou en Corse. 
De manière plus générale, 20 à 25°C sont relevés du sud-est au Centre et au sud Bretagne. Sur le centre-ouest, là où le maximum de l'air chaud se trouve en altitude, les températures sont exceptionnelles ce matin avec parfois jusqu'à 27°C à Belle-Ile, à la faveur de la levée du vent d'est.

A 23h UTC la nuit dernière, le radiosondage de Nîmes mettait en évidence une température à 850 hPa de 25°C. Elle va gagner 3 à 4°C durant la journée et par grâce à un effet de foehn dû au mistral, la journée est donc prévue historique avec des pointes à 44/46°C entre Gard, Hérault, Bouches-du-Rhône et Vaucluse à la faveur d'un vent de terre sensible.


27 juin à 19h :
La masse d'air a atteint des niveaux exceptionnels ce jeudi, de l'ouest au Massif-Central. En effet, le radiosondage de Bordeaux a relevé la nuit dernière une température à 850 hPa de 28.8°C, soit un niveau inédit depuis le début des relevés à la fin des années 1940. Cette valeur dépasse le précédent record datant d'août 2012 (suivi de juillet 1983).
Une telle masse d'air ne se répercute pas forcément au sol, cela dépend en effet d'autres paramètres tels qu'humidité des basses couches, direction des vents. Il se trouve que la masse d'air en place est très sèche entre 500 et 900 hPa, sur pratiquement la moitié de la colonne troposphérique. Mais de l'humidité a persisté en très basse couche. On notait d'ailleurs l'inversion classique près du sol sur le radiosondage de Bordeaux :


Image Météociel


Cet après-midi fut à nouveau très chaud, le plus chaud pour un mois de juin à l'échelle nationale avec une moyenne de 34.9°C d'après Météo-France.
De nombreux records mensuels ont été battus :




Des records absolus ont même été établis à :
* La Rochelle avec 40.5°C, battant le record de 39.4°C en août 2003. 
La Roche-sur-Yon avec 38.8°C (ancien record 38.7°C en août 2003) 
Aurillac (15) avec 38.1°C (ancien record 38°C en juillet 1983).

A noter que la température la plus chaude a été relevée dans le sud Ardèche avec 42°C à Grospierres.


Demain, les vents d'ouest vont rentrer davantage sur l'ouest du pays, décalant la forte chaleur un peu plus dans les terres. On attend encore des pointes à 40/41°C localement du centre au sud du pays :


Maximales prévues le 27 juin par WRF-ARW 3 km


Le fait marquant de la journée de vendredi sera l'exceptionnelle chaleur attendue en vallée du Rhône, avec la levée du vent de nord (effet de foehn attendu). En effet, des pointes à 44°C sont fréquemment prévues, avec éventuellement des extrêmes à 45°C. Le record national de chaleur, tous mois confondus pourrait tomber :


Maximales prévues le 28 juin par WRF-ARW 0,9 km


27 juin à 8h30 :
De nouveaux records absolus de température minimale élevée sont tombés cette nuit comme à Toulouse-Blagnac avec 24.2°C battant les 24.1°C du 25/08/2000, à Nantes-Bouguenais avec 24.2°C contre 23.8°C du 09/08/2003, ainsi qu'à Limoges-Bellegarde avec 25.7°C battant les 24°C du 07/08/2003. De nombreux records mensuels sont également tombés un peu partout en France comme à Nice avec 26.9°C (26°C le 26/06/2019), à Saint-Nazaire-Montoir avec 22.4°C (21.4°C le 29/06/1976)...



27 juin à 6h30 :
Les températures sont très chaudes en cette fin de nuit avec plusieurs records mensuels ou absolus de haute minimale. A 6h, il faisait par exemple 24.5°C à Nantes, 25.2°C à Toulouse-Blagnac, 26°C à Limoges27°C à Castres ou Nice comme sur plusieurs postes des reliefs des Pyrénées, du Massif-Central ou des Alpes, 29°C à Menton ou au Cap Sagro en Corse.

26 juin à 21h :
La chaleur s'est accentuée comme attendu sur la majeure partie du pays. Le radiosondage de Bordeaux tiré à 11h UTC montrait une température de 25°C à 850 hPa (il y a probablement plus chaud plus à l'est). 
Plus à l'est, le radiosondage de Payerne en Suisse a mis en évidence des géopotentiels records. En effet, il fallait monter à 5987 m d'altitude pour trouver le niveau de pression 500 hPa, soit un record absolu depuis que l'on tire des ballons-sondes à Payerne en 1943 :

Au sol, un record absolu de température maximale a été battu à Clermont-Ferrand avec 40.9°C (ancien record 40.7°C en juillet 1983). Il a fait en France jusqu'à 41.1°C à Montclus dans le Gard, 40.6°C à Peyrolles dans les Bouches-du-Rhône par exemple.
De nombreux records mensuels de température ont été battus :
- 39.6°C à Vichy (03) - ancien record 39.2°C en juin 2011
- 39.5°C à Carpentras (84) - ancien record 38.9°C hier
- 38.9°C à Orange (84) - ancien record 38.1°C à juin 2003
- 38.3°C à Paray-le-Monial (71) - ancien record 38.2°C en juin 2003
- 38.1°C à Saint-Dizier (52) - ancien record 36.8°C en juin 2011
- 37.9°C à Nevers (58) - ancien record 37.5°C en juin 2011
- 37.5°C à Saint-Auban (04) - ancien record 36.9°C en juin 2005
- 37.5°C à La Rochelle (17) - ancien record 37.3°C en juin 2015
- 37.3°C à Luxeuil (70) - ancien record 35.5°C en juin 1947
- 37.2°C à Nancy-Essey (54) - ancien record 36.2°C en juin 2017
- 36.5°C à Epinal (88) - ancien record 34.7°C en juin 2003
- 36.5°C à Bourg-Saint-Maurice (73) - ancien record 35.8°C en juin 1950
- 36.1°C à Limoges (87) - ancien record 35.2°C en juin 2011
- 35.8°C à Embrun (05) - ancien record 34.4°C hier
- 35.7°C à Bastia (2B) - ancien record 35.5°C en juin 2016


La goutte froide positionnée sur l'Atlantique, responsable de ces remontées d'air très chaud est bien visible sur l'image satellite vapeur d'eau ce mercredi :





En outre, l'Allemagne a établi un nouveau record national de chaleur avec 38.6°C dans la région de Berlin. La Pologne a également battu son record national mensuel avec 38.2°C.

Demain, les minimales devraient être étouffantes sur le relief, les littoraux et dans les agglomérations avec 23 à 27°C. Il ne serait guère étonnant d'observer très localement des minimales proches de 30°C, notamment sur le littoral de la Provence ou sur le sud du Tarn, dans le lit de l'Autan.
L'après-midi, la chaleur va s'accentuer encore un peu avec fréquemment 35 à 40°C et sur plusieurs régions 40 à 42 voire 43°C notamment en vallée du Rhône, dans le sud-ouest, le centre ou jusqu'aux Pays de la Loire. Il est par exemple attendu 40°C à Bordeaux, Toulouse ou près de Nantes, 42°C à Carpentras dans le Vaucluse, 41/42°C à Vichy ou Clermont-Ferrand.


Maximales prévues le 27 juin par WRF-ARW 3 km



26 juin à 10h :
De nombreux records mensuels de minimale élevée ont été battus cette nuit avec 26°C à Nice battant les 25.2°C du 25/06/2019, 20.1°C à Mende (18.8°C le 26/06/2003), 22.9°C à Rodez (21.2°C le 26/06/1986), 23.3°C à Toulouse (22.1°C le 19/06/2017). Un record absolu est même tombé au Tour (74) avec 17.9°C contre 17.7°C le 07/07/2015. Les prochaines nuits vont être également très chaudes permettant probablement de battre encore de multiples records !

26 juin à 6h30 :
Au petit matin, il fait chaud dans les agglomérations avec 20/21°C à Lyon, 23 à 24°C à Toulouse soumis au vent d'Autan et jusqu'à 26 à 27°C sur le sud du Tarn, où l'Autan souffle un peu plus fort.
On observe également des températures très élevées sur le littoral de la Côte-d'Azur (25/26°C) et Corse avec localement jusqu'à 28°C à 6h.
Cet après-midi, la barre des 40°C sera franchie en basse vallée du Rhône et sur le sud-ouest du pays avec des pointes envisagées à 42°C sur la Gascogne, le Périgord ou le sud Limousin par exemple.

25 juin à 19h :
La masse d'air s'est encore réchauffée ce mardi mais la remontée d'air exceptionnellement chaud ne s'amorce que ce soir par l'Espagne. Les radiosondages de Payerne, de Bordeaux et de Nîmes mettaient en évidence un dégradé ouest/est au niveau de la masse d'air avec 19 à 24°C à 12h UTC. La masse d'air va donc encore gagner 8 à 9°C. Il faut toutefois noter que le radiosondage de Payerne en Suisse a relevé une température à 850 hPa de 24.3°C à 12h UTC, soit un niveau jamais relevé en Suisse en juin !


Radiosondage de Payerne à 11h UTC


Aujourd'hui, deux records mensuels de chaleur ont été battus, à Carpentras (84) avec 38.9°C, à Chamonix (74) avec 36.4°C et à Embrun (05) avec 34.4°C. Plus globalement, les températures ont atteint 30 à 36°C des Pyrénées au nord/nord-est. En outre, la masse d'air est restée très humide de la façade Atlantique aux Hauts-de-France avec des points de rosée de 20 à 25°C, soit des valeurs remarquables, rendant la chaleur particulièrement lourde. Les humidex ont localement dépassé 40 sur l'extrême nord.
 
La nuit prochaine, les températures minimales vont monter quelque peu, pour dépasser 20°C parfois assez largement du centre-ouest au nord-est et sur le sud du pays. Dans l'après-midi, les thermomètres vont véritablement monter d'un cran avec des valeurs de 40 à 42°C attendues dans le sud-ouest, le centre-ouest et localement dans la région de Carpentras. Des records absolus de chaleur pourraient tomber localement dès demain (outre les très nombreux records mensuels attendus) :


Maximales prévues le 26 juin par WRF-ARW 3 km



24 juin à 19h :
La masse d'air se réchauffe progressivement avec 20 à 22°C à 850 hPa environ ce lundi. Au sol, les températures maximales ont atteint 30 à 34°C sur la diagonale sud-ouest/nord-est avec localement jusqu'à 36/37°C dans le Vaucluse dans la région de Carpentras où le record mensuel n'est (déjà !) plus qu'à 1.5°C. Ce record sera battu, le record absolu sans doute également.


Températures maximales du 24 juin


Les températures minimales devraient commencer à passer au-dessus des 20°C notamment sur le nord-est et dans les agglomérations la nuit prochaine.

Demain mardi, on attend un renforcement progressif de la chaleur avec des valeurs généralement comprises entre 32 et 37°C (localement 38 voire 39°C dans le Vaucluse). L'invasion d'air brûlant en altitude se produira réellement mercredi avec les premières valeurs proches de 26/27°C à 850 hPa voire plus la nuit suivante.

Prochain point prévu à 19h mardi soir. A partir de mercredi, deux points seront effectués dans la journée, un le matin, l'autre le soir. Suivez les infos sur notre compte Twitter.



Une masse d'air record attendue sur la France

La situation météorologique évolue dès le 23 juin, vers un temps très chaud et très anticyclonique. Un thalweg Atlantique va en effet arriver par l'ouest mais va s'isoler en cut-off sur l'Atlantique. Il favorisera la remontée d'une masse d'air très chaud dès la fin du week-end et en début de semaine. Cette goutte froide va pivoter sur l'Atlantique toute la semaine, s'enfonçant encore un peu plus au sud en milieu de semaine, ce qui aura pour effet un renforcement de la dorsale anticyclonique à l'avant et une advection d'air chaud elle aussi renforcée.
Les valeurs de géopotentiels vont devenir très élevées sur la France atteignant 600 dam. En d'autres termes, il faudra monter à 6000 m d'altitude pour trouver le niveau de pression 500 hPa (la valeur dite normale étant de 5500 m) :


Géopotentiels à 500 hPa


C'est donc une véritable situation de blocage anticyclonique en "Omega" puis "Rex" qui se profile pour cette dernière semaine de juin, voire le début du mois de juillet. L'évolution du courant-jet à haute altitude est significative avec des échanges très méridionaux. Au moins 4 branches de jet ont une orientations nord/sud - sud/nord, ce qui contribue aux remontées d'air très chaud (et inversement aux descentes d'air froid). Dans le courant de la semaine, la goutte froide va s'isoler sur l'Atlantique jusqu'à la tropopause, bloquant la situation avec un courant-jet rejeté très au nord :



La masse d'air prévue la semaine prochaine devrait atteindre des niveaux records à 850 hPa (environ 1500 m - niveau utilisé pour l'analyse de la masse d'air). Les projections envisagent des valeurs supérieures à 24°C sur la majeure partie du pays, culminant parfois à 28 voire 30°C, ce qui est totalement inédit
Outre les records mensuels de juin qui devraient être pulvérisés au niveau 850 hPa, ce sont les records absolus de température à ce niveau qui sont clairement menacés et qui devraient être battus. 

En effet, le record absolu national (moyenne France) depuis 1948 s'établit à 22.7°C (le 12 juillet 1949). 

Régions par régions, les records absolus sont les suivants : 

Nord-Ouest : 23,4°C le 06/08/2003
Hauts-de-France : 23,8°C le 02/07/1968
Nord-Est : 24,6°C le 01/08/1983
Centre-Est : 23,9°C le 06/07/1957
Sud-Ouest : 26,3°C le 12/07/1949
Sud-Est : 27,1°C le 25/08/2000
Ile-de-France : 24,4°C le 12/08/2003


L'évolution de la masse d'air à 850 hPa témoigne du potentiel caniculaire avec fréquemment plus de 24°C, parfois même 28 à 30°C :


Température à 850 hPa


En fin de semaine, l'anomalie de température à ce niveau de pression 850 hPa pourrait ainsi atteindre +19 à +20°C. En d'autre termes, les températures à 1500 m seront supérieures aux normales de saison de près de 20°C !


Anomalie de température à 850 hPa pour vendredi 28 juin - Modèle européen via WeatherBell


Des records absolus de chaleur menacés au sol

Au sol, des records mensuels voire absolus de chaleur sont à envisager sur bon nombre de régions. Au niveau des station synoptiques, le record national revient au Luc et ses 40.7°C le 22 juin 2003. Avec les stations secondaires, Lézignan-Corbières détient le record avec 41.5°C.
Les autres records mensuels de chaleur sur les principales stations s'établissent généralement entre 36 et 39°C. Ces valeurs devraient être dépassées parfois sur plusieurs points du territoire la semaine prochaine.

Des pics jusqu'à 42 voire 43°C sont envisagés localement durant cet épisode. Le record national absolu de chaleur s'établit à 44.1°C, atteint en août 2003 à Saint-Christol-lès-Alès et Conqueyrac dans le Gard.
Si l'on ne considère que les stations synoptiques, c'est la station du Luc dans le Var qui détient le record national avec 42.7°C le 7 juillet 1982.

Les probabilités de températures supérieures à 40°C sont significatives selon le modèle d'ensemble européen pour jeudi et vendredi (voire samedi) :

Probabilités issues du modèle d'ensemble européen - WeatherBell



Des orages sont-ils envisagés ?

Globalement, la masse d'air devrait être extrêmement instable sur la majeure partie du pays. Des valeurs d'instabilité extrêmes sont prévues. En l'absence de forçage significatif sur la majeure partie du pas, le risque convectif apparaît toutefois réduit. Cette instabilité latente extrême devrait avoir du mal à être exploitée sauf sur la Bretagne et la Normandie en début de semaine puis en fin d'épisode, probablement dimanche prochain sur l'ouest ou le nord :


Instabilité (MUCAPE et MULI) modélisée par WRF 10 km


En début de semaine, des orages localement actifs pourraient circuler sur l'extrême ouest de la France avant que les géopotentiels ne se renforcent sensiblement sur la France en milieu de semaine.
Pour la suite, en fin de semaine, une activité orageuse devrait très lentement progresser par l'ouest dès samedi, avant de gagner vers le centre dimanche. Il apparaît ainsi probable que l'épisode caniculaire soit terminé pour la semaine suivante.