Un vaste système dépressionnaire se positionne au large du continent américain ce week-end et en début de semaine. Ce dernier, piloté par un très violent jet d'altitude, atteignant près de 380 km/h à 250 hPa en direction de l'Islande, va favoriser à sa sortie droite, une forte convergence des vents en altitude, et une subsidence de fait très marquée jusqu'au sol. Va en découler le développement d'une puissante dorsale anticyclonique des Açores vers les îles britanniques, relayée au sol par une hausse très sensible de la pression.





Dans ce contexte, la cellule anticyclonique qui va se développer sur les îles britanniques débordera sur le nord de la France. Les pressions vont ainsi atteindre des niveaux exceptionnels le 20 janvier sur nos contrées. Il est en effet possible que les 1048 hPa soit dépassés en France et que les 1050 hPa soient atteints au Royaume-Uni.

Le record absolu national (après 1951) en France est de 1048.9 hPa à la Pointe de Chémoulin le 3 mars 1990. Cette valeur semble atteignable, alors que le record absolu (avec données avant 1951 incluses), de 1050.4 hPa à Paris en février 1821 semble difficile à battre.
En Belgique, le record actuel date du 27 janvier 1932 à Uccle avec 1048.0 hPa. Le même jour, le baromètre de De Bilt aux Pays-Bas a affiché 1050.0 hPa.
Au Royaume-Uni, le record absolu de 1053.6 hPa est hors de portée a priori mais la pression pourrait franchir les 1050 hPa pour la première fois depuis 1957 dans ce pays.





NB : les relevés de pression atmosphérique doivent se faire après un étalonnage minutieux du baromètre. Les valeurs doivent être ramenées au niveau de la mer. Un mauvais étalonnage du baromètre peut entraîner une sur- (ou sous-) estimation de la valeur de plusieurs hPa.