Le nord de la France a été exposée à une forte activité orageuse ce lundi 28 mai, toujours liée à une goutte froide positionnée sur le proche Atlantique. 

L'exceptionnelle série de journées orageuses se poursuit ce 28 mai. On observait ce lundi un gros contraste sud/nord.
Sur toute la moitié sud, la masse d'air s'est révélée instable mais sans atteindre des valeurs très importantes. De fait, les orages ont été nombreux, localement forts, surtout caractérisés par de fortes pluies.
Dans le nord, la masse d'air était plus instable avec des valeurs de MLCAPE largement supérieures à 2500 J/kg. En conséquence, les orages ont pu profiter d'un environnement thermique très favorable et de forçages modérés sur le nord-est. 

Orages virulents dans le nord et le nord-est

Les forçages les plus importants se sont mis en place dans l'après-midi par le nord-est (Lorraine, Alsace) et ont ensuite circulé dans un flux d'est vers la Champagne, l'Ile-de-France et ses abords et la Normandie.
Les premières cellules, très actives et potentiellement de nature supercellulaire ont éclos sur les Vosges d'une part, sur l'Aube d'autre part. Dans les Vosges puis sur le reste de la Lorraine, des chutes de grêle de 2 à 4 cm de diamètre, des rafales de vent puissantes mais localisées et des pluies intenses ont été observées :


Les orages ont été photographiés depuis Nancy (où inondations, dégâts dus au vent ont été reportés) par Météo Lor' :




La région de Troyes a également été concernée par le passage d'un système très actif, causant des inondations locales et de fortes rafales (93 km/h relevé à la station de Barberey). Ce système orageux a ensuite progressé vers le sud de la Marne, où il a conservé sa virulence (rafale de 103 km/h relevée), avant d'aborder l'est du bassin parisien.

La convection a pris de l'ampleur sur le centre-est en fin d'après-midi, grâce à l'arrivée d'un second forçage d'altitude (sortie gauche de jet) par le sud-est. Des orages forts, accompagnés de grêle significative ont été ainsi touché le nord de Rhône-Alpes la Franche-Comté et le sud de la Bourgogne. Ces orages ont progressé vers le nord


Grêle observée dans le Jura - Facebook Angèle Morin


Orages localement diluviens en Normandie

Dès le début d'après-midi, l'activité orageuse s'est amplifiée sur la Normandie, jusqu'à la Bretagne et au nord des Pays-de-la-Loire. La zone était soumise à de faibles cisaillements et à un flux peu dynamique. En conséquence, les orages bien qu'intenses ont été peu organisés mais aussi peu mobiles. Des lames d'eau remarquables, dépassant 80 mm en 3h ont localement été relevées dans le Calvados.
La lame d'eau radar met en évidence ces forts cumuls de pluie dans l'est du Calvados mais aussi dans l'Orne :




Sur tout le reste du nord-ouest, les orages, plutôt de nature monocellulaire ont été fréquents et ponctuellement intenses. En l'absence de cisaillements suffisants, la convection n'est pas parvenue à s'organiser en systèmes plus complexes. Des chutes de grêle proches de 2 cm ont tout de même été signalées.

Ces orages virulents sur tout le nord du pays se distinguent sur l'animation radar entre 13h et 19h locales. On identifie clairement le premier départ convectif virulent sur les Vosges, en direction du nord de la Lorraine. Un deuxième foyer virulent de l'Aube à la Marne et enfin les orages moins organisés mais très nombreux sur le nord-ouest du pays :




En soirée, l'activité convective s'est organisée en un vaste système convectif très pluvieux, modérément venteux et localement grêligène. L'activité électrique est restée importante sous ce système circulant de la Champagne à l'Ile-de-France, de la Picardie à la Normandie.

Bertand Kulik a photographié la foudre tombant la Tour Eiffel en soirée :




Sur cette journée, à ce jour la plus orageuse de l'année, près de 100 000 éclairs ont été détectés sur la France :