L'ouragan Maria a son pic d'intensité le 19 septembre - Image satellite SUOMI/NPP


Impacts directs et catastrophiques sur la Dominique puis Porto-Rico

Maria est comme Irma un ouragan dit cap-verdien, qui a commencé à être surveillé par le NHC dès le 13 septembre. L'onde tropicale s'est intensifiée en dépression tropicale le 16 septembre puis en tempête tropicale quelques heures après le même jour.
Le système suit une trajectoire ouest/nord-ouest qui l'amène au large immédiat de la Martinique avant de s'intensifier en ouragan compte tenu des conditions favorables (cisaillements faibles et humidité en hausse à l'étage moyen). C'est le 17 septembre que Maria devient un ouragan de catégorie 1 puis un ouragan majeur le 18 septembre dans l'après-midi et enfin ouragan de catégorie 5 en fin de soirée.
Maria frappe alors la Dominique de plein fouet. Elle entre par le sud-est de l'île en catégorie 5 avant de ressortir par le nord-ouest de l'île en catégorie 4, légèrement affaibli par sa traversée des terres de Dominique. L'intensification en catégorie 5 a été extrêmement rapide. Ainsi, Maria a égalé le record de Wilma en prenant 54h pour passer de la catégorie 1 à la catégorie 5.
Une fois en mer des Caraïbes en frôlant l'archipel des Saintes en Guadeloupe, Maria atteint son pic d'intensité en regagnant la catégorie 5. Sa trajectoire l'amène a frôler les îles Vierges américaines puis à impacter de plein fouet le sud-est de Porto-Rico dans la région de Yabucoa. Maria devient l'ouragan le plus intense à avoir touché Porto-Rico directement depuis 1928.
Le relief de Porto Rico perturbe quelque peu l'ouragan qui ressort en catégorie 2 au nord-ouest de l'île. Une nouvelle intensification se produit ensuite au nord de la République Dominicaine et à l'est immédiat de Turks & Caïcos. Maria ne touchera ensuite plus aucune terre habitée et se maintiendra en ouragan jusqu'au 26 septembre en fin de journée au large de la Caroline du Nord. Maria, alors tempête tropicale est soumise aux eaux plus froides laissées liées à l'upwelling produit par l'ouragan Jose et à des cisaillements de plus en plus importants. Maria entame sa transition extratropicale le 29 septembre et la termine le 30.





Eléments climatologiques sur Maria :
- Maria est passé du stade de dépression tropicale à celui d'ouragan de catégorie 5 en 54h. Il égale ainsi le record de Wilma en 2005.
- Maria est passé du stade d'ouragan de catégorie 1 à catégorie 5 en 15h, deuxième durée la plus courte derrière Wilma en 2005 (12h). 
- La pression minimale relevée au centre de Maria a atteint 908 hPa, soit la 10ème valeur la plus faible observée dans l'Atlantique (record de 882 hPa détenu par Wilma en 2005).
- C'est la première fois que la Dominique est touchée par un ouragan de catégorie 5
- C'est la première fois depuis 1932 que Porto-Rico est impacté par un ouragan de catégorie 4


Les rafales de vent relevées au sol (pas de données à la Dominique) :
- 221 km/h à Culebrita (Porto Rico)
- 220 km/h à St Croix (Iles Vierges US)
- 190 km/h à Camp Santiago (Porto Rico)
- 190 km/h à Coco (Porto Rico)
- 188 km/h à Gurabo (dans l'intérieur de Porto Rico)
- 185 km/h à Yabucoa - El Negro (Porto Rico) avant fin de transmission des données
- 182 km/h à San Juan (Porto Rico)
162 km/h à Gourbeyre-Gros Morne (Guadeloupe)
159 km/h à Pointe-Noire (Guadeloupe)
148 km/h à Baillif (Guadeloupe)
136 km/h à Capesterre-Belle Eau (Guadeloupe)
125 km/h sur l'aéroport Pôle Caraïbes de Pointe-à-Pitre/Le Raizet et à la Désirade (Guadeloupe)
121 km/h à Morne à l'Eau (Guadeloupe)
A noter que l’œil de Maria est passé très proche des Saintes, où des rafales à 200 km/h se sont probablement produites.


Cumuls de pluie relevés :
- 960 mm à Caguas (Porto Rico)
- 707 mm à Vilalba (Porto Rico)
- 584 mm à Canovanas (Porto Rico)
480 mm à Saint-Claude (relief de la Soufrière)
- 275 mm à Vieux-Habitants
- 261 mm sur l'aéroport Pôle Caraïbes de Pointe-à-Pitre/Le Raizet
- 202 mm à Sainte-Rose
182 mm à Gourbeyre-Gros Morne


Pressions relevées :
Une pression minimale de 908 hPa a été relevée le 20 septembre par avion. Cette valeur constitue la 10ème pression la plus basse jamais observée dans l'Atlantique (le record étant 882 hPa avec Wilma en 2005).
Une pression de 929.4 hPa a été relevée par le chasseur d'ouragans Josh Morgerman à Porto-Rico à l'impact de Maria.


Bilan :
La Dominique a été l'île la plus touchée de l'arc antillais avec 44 morts à déplorer. L'île a été touchée à 100% et un tiers des maisons sont à reconstruire. L'hôpital notamment a été ravagé et l'aéroport de Canfiled est inopérant. 
En Guadeloupe, 4 personnes sont mortes. Les dégâts sont plus importants sur les Saintes. Le reste de l'archipel a connu des dégâts modérés en général, mais étendus.
En Martinique, les dégâts restent mineurs et l'on ne déplorait que deux blessés légers.
A Porto Rico et aux îles Vierges américaines les dégâts sont considérables. Il faudra des mois à Porto Rico pour se relever de tels dégâts, à la fois dus aux fortes pluies et aux vents destructeurs. Porto Rico a comptabilisé 45 victimes, les îles Vierges seulement une.
Trois personnes ont également été tuées à Haïti et une autre en République Dominicaine en raison des fortes pluies et des phénomènes de submersion marine.


Vidéo et photos 

En Guadeloupe :
















A la Dominique :












Porto Rico :


















Retrouvez ci-dessous le suivi de l'évolution de Maria effectué en temps réel

Des Petites Antilles à Porto-Rico, Maria a causé des dégâts considérables

Point du 21 septembre à 07h30 UTC
Maria se réorganise progressivement mais la partie sud-ouest de son corps interne est assez proche de la République Dominicaine. Toutefois, l’œil de Maria est rapidement devenu plus distinct dès hier soir et l'ouragan s'est ré-intensifié en catégorie 3 durant la nuit passée. De fortes pluies, une houle cyclonique importante et des vents parfois proches de 100 km/h sont attendus à la République Dominicaine (partie nord) durant ces prochaines heures.




Ensuite, Maria progressera vers le nord-ouest en frôlant Turks & Caïcos demain avant de gagner vers le nord, où il ne menacera plus aucune terre. A l'horizon d'une semaine environ, Maria devrait être repris dans la circulation générale d'ouest. Maria ne devant plus directement impacter de terres habitées, ce suivi est terminé. Des rafales de vent parfois violentes et de bonnes pluies sont tout de même prévues sur le sud-est des Bahamas et Turks-et-Caïcos.


Point du 20 septembre à 21h30 UTC
Maria continue de migrer vers l'ouest/nord-ouest depuis sa sortie de Porto Rico. Un passage près de la République Dominicaine est envisagé dans les prochaines 24h. La reconnaissance aérienne en cours a trouvé des vents de catégorie 3 au niveau de vol (vers 2600 m d'altitude) mais plus en surface. Ainsi, le NHC a rétrogradé Maria en catégorie 2. Une intensification en ouragan majeur est envisagée au cours des prochaines heures, à mesure que le corps interne de Maria se réorganisera une fois éloigné de Porto Rico.
Mis à part un passage près de la République Dominicaine mais sans impact direct prévu, Maria ne devrait plus concerner de terres habitées au cours de sa trajectoire qui l'amènera au large des USA ces prochains jours.


Point du 20 septembre à 19h UTC
Maria a émergé sur le nord-ouest de Porto Rico ce soir. Un avion de reconnaissance a intercepté l'oeil de l'ouragan, invisible sur le satellite conventionnel et sur l'imagerie radar (le radar de Porto Rico étant HS).
Les données montrent que Maria a faibli en catégorie 3. L'interaction avec les terres de Porto Rico a affaibli la structure interne et l'ouragan s'est comblé de près de 40 hPa puisqu'une pression au centre de 961 hPa a été mesurée.




Maria devrait pouvoir se réintensifier un peu s'il ne passe pas trop près de la République Dominicaine. Les conditions thermodynamiques restent favorables durant environ 36 à 48h avec très peu de cisaillements.

Ce soir Porto Rico est sans électricité, les dégâts sont très importants et des crues majeures se sont produites sur la majorité des cours d'eau de l'île. Les dégâts devraient être particulièrement importants. Une submersion marine de près de 1.5 m a été observée au point d'impact de Maria, au port de Yabucoa :





Point du 20 septembre à 14h30 UTC
Maria balaie Porto Rico. Outre les vents supérieurs à 200 km/h, des phénomènes de submersion marine, atteignant parfois 1 m et des inondations sévères sont en cours. De nombreux fleuves de l'île sont en crue, parfois importantes voire records, comme ici le Rio Guayama :



L'image satellite de 14h UTC révèle Maria transitant sur le centre de Porto Rico. L'oeil de Maria n'est plus distinct et l'ouragan faiblit progressivement dans les terres mais reste majeur et le restera jusqu'à sa sortie en mer sur le nord-ouest de l'île. Le soleil était de retour sur les Petites Antilles.




Point du 20 septembre à 09h30 UTC
Maria a terminé le cycle de remplacement du mur de l’œil. Un affaiblissement est observé en raison de ce cycle et de la prédominance du mur externe nouvellement créé. Le mur interne s'est effondré et a en partie fusionné avec le mur dominant. Ainsi, Maria est de catégorie 4 (à 2 noeuds toutefois de la catégorie 5). L'oeil mesure désormais près de 40 km de diamètre si l'on considère le mur dominant. Maria ne devrait pas avoir le temps de se réintensifier compte tenu de l'entrée dans les terres de Porto Rico.
Une partie de l’œil de l'ouragan entre sur Porto Rico. Des rafales proches de 190 km/h ont été relevées par des stations WindSurf à Yabucoa El Negro, sur la pointe sud-est de Porto Rico. Une autre valeur à 221 km/h a été relevée sur l'île Culebrita.




Point du 20 septembre à 06h UTC
Maria approche de St-Croix (ïles Vierges américaines) en produisant des rafales supérieures à 200 km/h. Une valeur de 204 km/h a été relevée entre 04h et 05h UTC puis une autre de 220 km/h entre 05h et 06h UTC. Ces rafales très violentes se produisent dans le mur externe de Maria.
L'image radar montre clairement deux murs concentriques, signe que Maria effectue un cycle de remplacement du mur de l'oeil qui devrait amortir son intensification. Néanmoins, avec 908 hPa relevé au minimum, Maria est entré dans le TOP 10 des plus basses pressions relevées dans l'Atlantique.
Les vents soutenus dans le mur interne atteignent actuellement 278 km/h (150 nœuds) et Maria restera un ouragan de catégorie 5 jusqu'à son impact sur Porto Rico ces prochaines heures.




Point du 19 septembre à 21h30 UTC
A 23h30, un troisième passage de l'avion de l'US Air Force dans l’œil de Maria a relevé une pression de 913 hPa, ce qui fait de Maria l'ouragan le plus intense en terme de pression devant Irma (914 hPa).


Point du 19 septembre à 21h UTC
Maria poursuit son intensification ce soir. L’œil continue de se contracter et ne mesure plus que 8 km de diamètre (pour rappel, celui d'Irma faisait 35 km de diamètre à son pic d'intensité) :




La pression au centre de Maria baisse encore à 916 hPa (pour rappel, Irma a atteint 914 hPa au minimum). La reconnaissance aérienne met désormais bien en évidence un double maximum de vent, surtout sur le quadrant nord de l'ouragan. En outre, la température mesurée au niveau de vol 700 hPa (environ 2600 m d'altitude) dans l’œil de l'ouragan reste bien chaude, supérieure à 20°C.
L'image radar de Porto Rico montre également un mur externe encore peu mâture et en cours d'organisation. Un cycle de remplacement du mur de l'oeil semble avoir débuté. Des fluctuations d'intensité seront donc possibles une fois que ce cycle sera bien entamé dans la nuit.




La dernière image micro-ondes confirme que deux murs concentriques sont en place. Comme le précise le NHC, le mur externe est encore trop peu contracté pour inhiber l'intensification du mur interne où les vents sont de catégorie 5 (contre catégorie 2 dans le mur externe) :






Point du 19 septembre à 18h UTC
Maria ne faiblit pas et poursuit sa route en direction de Sainte-Croix (Iles Vierges US) et l'est de Porto-Rico qu'il devrait impacter dans 9 à 12h a priori en catégorie 5. L'amorce d'un cycle de remplacement du mur de l’œil n'est pas évident. Les radars de Porto Rico et des Antilles suggèrent de manière peu évidente la constitution d'un mur externe.Toutefois, la portée des radars n'est pas idéale, Maria étant trop éloigné pour le moment.



Maria est passé à l'est d'une bouée au large de Montserrat. Une pression de 955 hPa a été mesurée mais le cœur de l'ouragan n'est pas passé sur la bouée même.
Un nouvel avion de reconnaissance est actuellement sur zone. Une pression extrapolée de 919.6 hPa a été relevée ainsi que des vents de 153 nœuds (283 km/h) au niveau de vol. Ces valeurs sont les plus importantes relevées jusqu'à présent.

Concernant la Guadeloupe, les premières nouvelles des Saintes ne font état a priori d'aucune victime mais réseaux (électrique, téléphone, eau), infrastructures et paysages ont beaucoup souffert. La situation semble un peu similaire à Marie-Galante. La communication reste difficile avec le sud de la Guadeloupe.

Les nouvelles de la Dominique sont également peu nombreuses pour le moment.



Point du 19 septembre à 14h30 UTC
Maria continue sa trajectoire vers l'ouest/nord-ouest, qui l'amènera sur les Iles Vierges en fin de nuit prochaine. Maria reste un ouragan très intense, de catégorie 5. On a même observé une intensification supplémentaire cet après-midi avec une convection virulente dans le mur de l’œil. Un refroidissement des sommets nuageux peut être observé sur l'imagerie satellite thermique.

Par ailleurs, les mesures effectuées par avion montrent une baisse légère mais continue de la pression à 927 hPa avec un réchauffement sensible de l’œil de l'ouragan (jusqu'à 20°C vers 2600 m d'altitude). 
Seul un cycle de remplacement du mur de l’œil pourra affaiblir l'ouragan. Celui-ci est peu prévisible, bien que la taille réduite de l’œil permette de l'envisager sous peu.

Les premiers clichés en provenance des Saintes témoignent de l'ampleur des dégâts causés par Maria il y a plusieurs heures :




Point du 19 septembre à 09h30 UTC
Maria s'éloigne de la Guadeloupe où il continue de fortement pleuvoir. Des cumuls de 460 mm sont relevés à Sainte-Claude contre la Soufrière. Une rafale maximale de 159 km/h à Pointe Noire en Basse Terre et 148 km/h à Baillif. L'oeil de Maria est passé à environ 20 km de Terre-de-Bas dans l'archipel des Saintes.

Une nouvelle reconnaissance aérienne est en cours et confirme que Maria est repassé catégorie 5. Des vents soutenus de 155 nœuds ont été relevés au niveau de vol.





Point du 19 septembre à 06h UTC
Suite à son passage sur la Dominique, Maria a un peu faibli en catégorie 4. Depuis que le corps interne de Maria est à nouveau en mer au large immédiat des Saintes, l'image satellite montre un nouveau refroidissement des sommets nuageux et le dernier passage de l'avion de reconnaissance suggère que Maria s'intensifie à nouveau progressivement.
Les premiers rapports venus de Dominique font état de sévères dévastations, d'après le Premier Ministre. De nombreuses toitures ont été arrachées, dont celle de l'hôpital.
L'image satellite thermique ci-dessous montre le moment où Maria a impacté la Dominique. Il s'agit pour l'île du premier ouragan de catégorie 5 depuis 1851 et le début des archives climatologiques :



Maria évolue à présent très près de l'archipel des Saintes avec lequel le contact a été perdu tôt ce matin. Le mur de l’œil de Maria n'est qu'à quelques km de Terre-de-Bas et passera au plus près de Basse-Terre dans les heures à venir :




Point du 19 septembre à 04h45 UTC
Maria a traversé de part en part, du sud-est vers le nord-ouest l'île de la Dominique. Les premiers signalements sur place font état de très gros dégâts mais sans précision pour l'heure. C'est la première fois dans les annales climatologiques que la Dominique est impactée par un ouragan de catégorie 5.

Le passage sur les terrains de la Dominique ont affaibli de manière très légère et temporaire l'ouragan Maria. A sa sortie du côté nord-ouest de l'île, la pression au centre avait gagné 18 hPa à 946 hPa
A présent, le centre de Maria migre vers le nord-ouest en mer des Caraïbes. Le mur de l’œil s'approche très près des Saintes dans le sud Guadeloupe.


Point du 19 septembre à 01h UTC
La reconnaissance en cours confirme que Maria s'est intensifiée ces dernières heures, de manière spectaculaire. Pour preuve, la pression a chuté de 25 hPa en 6h, ce qui est considérable. Des vents de catégorie 5 ont été trouvés par l'avion de l'USAF. Maria est donc un ouragan de catégorie 5 avant son impact sur la Dominique. Il faut noter qu'il y a 36h, Maria était encore une tempête tropicale. L'intensification a été rapide, mais moins que celles observées avec Wilma, Ike ou Gilbert par exemple.

Seule "bonne nouvelle", le corps de Maria est très compact, avec des rayons de vents extrêmes assez réduits sur quelques dizaines de kilomètres. Mais l'est de la Dominique est directement impacté par Maria, qui causera certainement des dégâts catastrophiques :




Point du 18 septembre à 21h30 UTC
Maria a poursuivi sa phase d'intensification rapide au cours des dernières heures et a dévoilé son œil qui ne mesure qu'environ 14 km de diamètre, soit une dimension assez restreinte. L’œil, de type "pinhole eye" reflète l'intensité de l'ouragan, qui est devenu catégorie 4 en l'attente d'une reconnaissance aérienne qui pourrait trouver un ouragan plus intense encore.

Les deux images satellite visible et infra-rouge montrent un système très intense, susceptible d'impacter la Dominique puis l'extrême sud Guadeloupe (les Saintes notamment) d'ici demain matin avec une puissance potentiellement très destructrice.







Point du 18 septembre à 17h30 UTC
Maria s'est intensifié et continue de s'intensifier ce soir. C'est à présent un ouragan majeur de catégorie 3 et menace d'atteindre la catégorie 4 d'ici demain matin. 
Une dropsonde, lancée dans le quadrant sud-est de Maria a fini dans le quadrant nord-est et a relevé des vents en surface de 105 nœuds en fin d'après-midi :




La pression au centre de Maria a chuté de 11 hPa en l'espace de 4 passages de l'avion de reconnaissance de l'US Air Force (soit en environ 3h). L'image satellite visible montre toujours une violente convection dans le mur de l'oeil et une activité électrique marquée.




La trajectoire officielle qui fait consensus envisage un passage de Maria sur le sud de la Dominique qui devrait être directement impacté. Quelques modèles dynamiques maintiennent toutefois une trajectoire plus au nord, qui n'est donc pas à exclure totalement à cette heure.
Des rafales de vent de 200 km/h sont à prévoir sur le nord Martinique si la trajectoire officielle se vérifie. Le sud Guadeloupe pourrait être concerné par des rafales > 150 km/h dans le cas où la trajectoire attendue se confirme.


Point du 18 septembre à 12h UTC
L'image radar de la Martinique suggère que Maria a commencé à ralentir un peu sa progression, ce qui était une constante dans la prévision depuis plusieurs jours. L'ouragan est située à l'est immédiat du sud de la Martinique et devrait entamer une trajectoire WNW dans les prochaines heures.
Les deux modèles dynamiques HMON et HWRF sont en désaccord de quelques kilomètres quant à l'impact sur les Antilles : HMON privilégie un impact sur la Dominique alors que HWRF privilégie un impact direct sur la Guadeloupe, les deux en ouragan majeur.
Le consensus tend tout de même à envisager un impact sur la Dominique. Ainsi, le sud de l'archipel guadeloupéen serait le plus concerné par les vents extrêmes. Des pluies diluviennes sont également envisagées au passage de Maria, parfois plus de 200 à 300 mm voire davantage notamment sur le relief de la Basse Terre.




Un avion de reconnaissance est actuellement sur place et a mesuré une pression extrapolée de 966 hPa. Les vents relevés sur le quadrant est deviennent très violents et relèvent de la catégorie 3. Maria est en phase d'intensification d'après l'imagerie satellite qui montre une convection virulente autour du centre. Maria est donc en passe de devenir ouragan majeur.




Point du 18 septembre à 07h30 UTC
Ce matin, Maria est entré dans la zone de couverture des radars antillais. L'imagerie radar montre que des bandes convectives périphériques actives ont déjà atteint la Martinique, Saint-Lucie et très bientôt et la Dominique. On observe que le mur de l'oeil est bien établi et vigoureux sur le quadrant nord du système, il est un peu plus faible sur le quadrant sud de l'ouragan.




Maria se dirige vers l'ouest/nord-ouest et sa trajectoire a été légèrement corrigée vers le sud. Ainsi, Maria devrait impacter les îles antillaises plutôt au niveau de la Dominique. La Guadeloupe serait alors située sur le flanc nord du système et la Martinique sur le flanc sud :




La prochaine reconnaissance aérienne concernant Maria aura lieu en début d'après-midi vers 12h UTC. Elle viendra confirmer ou non une intensification du système d'autant que Maria devrait à présent franchir l'arc antillais en ouragan majeur de catégorie 3 avant d'atteindre la catégorie 4 à mesure de sa progression vers Porto-Rico.



Point du 17 septembre à 21h30 UTC
Les trois passage de l'avion de reconnaissance au centre de Maria ont montré une baisse continue de la pression jusqu'à 982 hPa. Compte tenu des vents observés, le NHC a classé Maria en tant qu'ouragan de catégorie 1 ce soir.
La dernière image micro-ondes présentée ci-dessous et les données avions confirment que Maria construit un mur interne. Ce dernier est encore ouvert dans sa partie sud mais bien vigoureux dans le quadrant nord, comme suggéré par les modèles de prévision dynamiques.





Point du 17 septembre à 18h UTC
Malgré une dissymétrie dans l'apparence de Maria sur l'imagerie satellite, la reconnaissance aérienne montre que la tempête est forte, pas loin du stade d'ouragan avec une pression au centre estimée à 986 hPa.
Le quadrant ouest de Maria semble un peu inhibé par de l'air sec qui pourrait être la conséquence de son propre outflow ou issu de la masse d'air plus sèche en position sur l'arc antillais.
Les données de vent récoltées par avion montrent par ailleurs qu'un corps interne robuste est en cours de constitution, notamment sur le quadrant nord du système. La reconnaissance aérienne confirme également un œil clos mais encore elliptique.
Depuis quelques heures ce soir, de nouvelles poussées convectives s'opèrent près du centre de Maria.




L'ensemble des modèles de prévision suggère une phase d'intensification rapide qui devrait débuter en journée de lundi. Ainsi, Maria devrait franchir l'arc antillais en ouragan de catégorie 2 ou 3. La prévision de trajectoire fait à présent à peu près consensus, avec un passage probablement très près voir sur la Guadeloupe. Des rafales de vent de 180 à 230 km/h sont de fait envisageables sur cette île, comme possiblement sur la Dominique.
Dans le détail, le modèle européen reste plus "sud" et entrevoit le maximum de vent sur le sud Guadeloupe et le nord Dominique (incluant les Saintes et Marie-Galante). Les autres modèles optent pour un passage de Maria sur le nord immédiat de la Guadeloupe.
Après avoir traversé l'arc antillais, Maria devrait poursuivre sa route vers Porto-Rico et les Iles Vierges en continuant son intensification, probablement en catégorie 4.



Point du 17 septembre à 11h UTC
Le soleil se lève sur Maria et les premières images satellite du canal visible permettent de distinguer de nombreux vigoureux sommets convectifs, notamment près du centre de la tempête. Maria continue son intensification progressive et les dernières images micro-ondes suggèrent qu'un mur est en cours de construction.
La première reconnaissance aérienne de la NOAA aura lieu ce soir. Les données seront alors intégrées à certains modèles de prévision et permettront de mieux appréhender l'intensité de Maria.




La prévision de trajectoire et d'intensité reste encore un peu incertaine. Le modèle d'ensemble européen est le plus au sud, faisant passer Maria sur la Guadeloupe. La plupart des autres modélisations envisagent un passage un peu plus au nord. Et de façon plus extrême, le dernier modèle américain et HWRF impactent directement les îles du nord (Saint-Martin/Saint-Barthélémy). 


Point du 17 septembre à 06h30 UTC
Au cours des heures passées, l'image satellite infra-rouge montre une concentration de l'activité convective près du centre dépressionnaire de la tempête Maria. Il n'y a pas d'images satellite micro-ondes récentes concernant Maria, il est donc difficile d'avoir un aperçu sur son corps interne mais il semble probable que celui-ci s'organise compte tenu des images de la veille où l'on distinguait déjà des bandes convectives bien établies et un centre dépressionnaire bien défini.
La philosophie de la trajectoire n'a pas beaucoup évolué : la Guadeloupe reste en ligne de mire de la tempête. Une incertitude demeure toutefois sur l'impact de Maria au niveau des îles du nord : certains modèles dynamiques adoptant davantage une trajectoire nord.


Point du 16 septembre à 19h UTC
Une onde tropicale s'est intensifiée ce samedi en dépression puis tempête tropicale Maria. Elle évolue à plus de 1000 km au sud-est de la Barbade. Depuis plusieurs heures ce samedi, l'onde présentait une meilleure organisation avec une concentration de l'activité convective et une rotation cyclonique de plus en plus nette. Malgré l'absence récente de données satellite de type ASCAT, l'imagerie conventionnelle et micro-ondes permet de confirmer que Maria s'est intensifiée avec des vents soutenus de 40 nœuds.

Au cours des prochains jours, d'après les modèles statistiques, l'onde va rencontrer un environnement favorable à son développement. Les cisaillements sont prévus baisser significativement pour devenir modérés puis faibles. Ce système, qui se nommera Maria, va survoler des eaux à 29/30°C et trouvera une humidité relative suffisamment importante à l'étage moyen pour autoriser un développement significatif. 

La trajectoire prévue semble faire relativement consensus avec un franchissement de l'arc antillais d'ici mardi 19 septembre au stade d'ouragan entre Dominique et Guadeloupe et Saint-Kitts & Nevis  :




Par la suite, Maria entrera en mer des Caraïbes avec une intensification qui devrait se poursuivre d'après l'ensemble des modèles de prévision. L'intensification pourrait ensuite être freinée en milieu ou seconde partie de semaine prochaine par l'interaction avec Porto Rico ou l'île d'Hispaniola, actuellement dans la trajectoire prévue. 
Le panel de modèles dynamiques, spécialisés dans la prévision d'intensité reflète bien cette intensification continue jusqu'en milieu de semaine prochaine :