Au deux tiers de l'automne météorologique, les données compilées font ressortir un fort déficit d'orages par rapport à la moyenne de ces 8 dernières années.

Des orages remarquablement peu fréquents dans le sud

Sur les deux mois de cet automne 2017 (septembre et octobre), la sécheresse s'est nettement accentuée dans le sud-est de la France. Cet état de fait se reflète au niveau de l'activité orageuse, qui s'est révélée extrêmement peu fréquente durant ces deux mois habituellement bien orageux entre Languedoc et Corse.

La carte présentée ci-dessous à gauche illustre le nombre de jours d'orage moyen relevés en septembre et octobre (moyenne de ces 8 dernières années). En moyenne, ce sont 15 jours d'orage qui sont relevés sur ces deux mois sur les départements de l'est de la a Provence et la Corse. La carte de droite montre le nombre de jours d'orage relevés en septembre et octobre 2017, nettement plus faible que la moyenne de ces 8 dernières années : 




On constate de fait une France coupée en deux avec une activité orageuse nettement déficitaire sur le sud du pays, et plus encore dans le sud-est puisque ce déficit atteint jusqu'à 9 jours sur les Alpes-Maritimes :
Les orages ont été nettement plus fréquents que la moyenne au mois de septembre de la Normandie aux Ardennes, grâce à des incursions d'air froid en altitude. C'est pour cela que la zone ressort en excédent. Outre cet axe, tout le reste du territoire est en déficit d'orages.




Un indice de sévérité orageuse exceptionnellement bas sur les deux mois

L'indice de sévérité orageuse (ISO) a pour objectif de rendre compte de l'intensité globale des orages, et non simplement de l'activité foudre, et de pouvoir comparer objectivement les mois entre eux et les années entre elles sur le plan de l'activité et de la sévérité orageuse nationale. 
Il a pour vocation de donner une appréciation à échelle nationale de l'intensité des orages couplée à l'étendue spatiale concernée par la convection orageuse sur le territoire français (continent et Corse) et sur une période de 24 heures.

A l'échelle nationale, l'indice de sévérité orageuse relevé en septembre 2017 a été le plus bas pour un mois de septembre depuis 2009. Pas de changement en octobre 2017, l'indice de sévérité orageuse mensuel ressort à des niveaux exceptionnellement bas (0,20) et une nouvelle fois jamais observé un mois d'octobre depuis 2009.


Des conditions très anticycloniques et très stables dans le sud

Sur ces deux mois, les conditions anticycloniques ont largement dominé. Ainsi, on retrouve une anomalie de hauts géopotentiels marquée de la péninsule Ibérique au bassin méditerranéen occidental (carte ci-dessous à gauche). Cela ne favorise évidemment pas un temps perturbé et encore moins instable. Au sol, on retrouve la même anomalie de hautes pression des Açores jusqu'aux Alpes (carte ci-dessous à droite).




Toujours sur les deux mois d'automne qui viennent de s'écouler, on retrouve une France coupée en deux sur la carte de l'anomalie d'instabilité latente présentée ci-dessous. Le bassin méditerranéen, le sud de la France et la péninsule Ibérique ont été concernés par une masse d'air globalement plus stable que la normale. Cette anomalie est bien corrélée à l'anomalie de hautes pressions abordée plus haut.
La moitié nord du pays a été concernée quant à elle par une masse d'air globalement un peu plus instable que la normale (c'est le mois de septembre qui fait remonter ces valeurs) :