Lors de l'outbreak du 9 mai dernier en Oklahoma, un phénomène rare semble s'être produit sous la supercellule qui a donné lieu à la tornade EF4 de Katie.

Une possible tornade anticyclonique inédite

L'une de ces tornades a circulé au nord-ouest de Roff, à quelques kilomètres de la tornade EF4 de Katie. 
L'imagerie radar Doppler du 9 mai mettait en effet en évidence un second dipôle au niveau des vitesses radiales à l'est du dipôle principal, ce qui témoignait donc de la présence d'une seconde rotation et d'une possible tornade.
L'évolution de ces vitesses radiales suggère par ailleurs une rotation anticyclonique. Or, des dégâts ont été observés et analysés à l'ouest de Roff sur une trajectoire d'une vingtaine de kilomètres. Suite à l'analyse de la nature des dégâts observés, le NWS confirme pour le moment le phénomène de tornade anticyclonique :

Image radar Doppler du 9 mai 2016
Image radar Doppler du 9 mai 2016


Toutefois, jamais il n'avait été observé dans la littérature (cf. Joshua Wurman & Karen Kosiba Center for Severe Weather Research, Boulder, Colorado) comme sur le terrain de tornade anticyclonique au sein du courant descendant avant d'une supercellule (FFD pour forward flank downdraft). 
L'image radar ci-dessous montrent la localisation des deux tornades : la tornade principale, classique et d'intensité EF4 à Katie ; et une possible tornade secondaire et anticyclonique d'intensité EF1 à Roff. 
La tornade de Roff aurait donc été masquée par les intenses précipitations de pluie et de grêle et aucun chasseur d'orages sur le terrain n'a pu l'observer :



La structure de la supercellule est telle qu'elle empêche théoriquement ce type de phénomène ; les fortes précipitations s'accompagnent de courants descendants froids non propices à la formation d'une tornade.


Coupe horizontale d'une supercellule classique


Ce possible cas de tornade anticyclonique à Roff est donc considéré comme inédit comme l'expliquent plusieurs spécialistes américains dans l'article de Bob Henson sur son blog, d'autant plus que la trajectoire parcourue est exceptionnelle (près de 20 km) pour une tornade anticyclonique. 

Si cette trajectoire était définitivement confirmée par l'analyse complète des dommages, cela ferait de la tornade de Roff la plus longue tornade anticyclonique observée aux USA. Aucune explication crédible n'est pour l'heure émise quant à ce phénomène de tornade anticyclonique au sein des courants descendants avant, a priori inédit dans l'histoire récente.


D'autres cas connus de tornades anticycloniques

Les tornades anticycloniques représentent environ 1% des cas de tornades qui sont observés aux USA. Ces phénomènes sont donc relativement rares et se produisent fréquemment sous des supercellules moteur gauche ou accompagnent des tornades classiques au sein de supercellules massives, comme ce fut le cas en Oklahoma ce 9 mai 2016.

Les phénomènes de tornades "secondaires" ou "satellites" à rotation anticyclonique, accompagnant les tourbillons principaux ne sont donc pas des cas complètement isolés. 
Le cas le plus marquant reste celui de juin 1976 dans l'Iowa, examiné par Fujita et Wakimoto au début des années 1980. La structure des dommages, la plus complexe jamais observée à ce jour [James McDonald (Texas Tech University) dans le the Bulletin of the American Meteorological Society)] mettait en évidence trois tornades : une tornade F5 principale (ligne violette), une tornade anticyclonique F3, parallèle à la tornade F5 (ligne verte) et une tornade satellite classique F2 en rotation autour de la tornade F5 (ligne jaune).


NWS/Des Moines


Un autre cas, plus récent, est celui du 31 mai 2013. Une tornade EF2 à rotation anticyclonique avait accompagné la tornade EF3 d'El Reno qui avait tué Tim Samaras et son équipe.