Des orages ponctuellement forts ont évolué en cours d'après-midi et de soirée entre Auvergne et Rhône-Alpes notamment. Des chutes de grêle et quelques fortes rafales de vent isolées ont été observées.


Triple impact ramifié en air sec, à la sortie des Monts du Lyonnais, vers 21h30. Photo Will Hien Photography.

Des orages dès l'aube dans le sud-ouest

La dégradation orageuse a débuté dans la nuit du 29 au 30 juillet, par quelques cellules isolées et peu intenses sur la Gironde, les Pyrénées-Atlantiques et le Gers. Avant l'aube, ces cellules se sont multipliées pour progresser ensuite en début de matinée sur Midi-Pyrénées et Limousin. Après avoir atteint le Languedoc et l'Auvergne en fin de matinée, cette activité orageuse, pour l'essentiel alimentée à l'étage moyen, s'est dispersée à la mi-journée.


Orages forts l'après-midi aux abords de la Haute-Loire

Les orages se sont ensuite réactivés vers 16h30, notamment sur le nord de la Haute-Loire, où de forts orages producteurs de pluies intenses et de grêle ont sévi pendant près de 3 heures. L'activité orageuse, localement forte, s'est étendue en fin d'après-midi à la Loire et au Rhône. Dans le même temps, des orages modérés affectaient la Gironde et la Dordogne, ainsi que le Gers et le nord de la Haute-Garonne.


Un MCS venteux en soirée et début de nuit sur le nord de l'Auvergne

C'est en soirée et début de nuit que l'activité orageuse s'est organisée en plusieurs systèmes convectifs de mésoéchelle (MCS). Le premier MCS a pris son essor sur le Puy-de-Dôme, avant de balayer tout le nord de Rhône-Alpes ainsi que la Franche-Comté. Il a notamment produit de fortes rafales de vent sur le Puy-de-Dôme (jusqu'à 113 km/h).

Une amorce de supercellule, dont la photo est visible dans la galerie plus bas, s'est développée à l'avant de ce système, en produisant des chutes de grêle parfois fortes.

Les sommets pénétrants liés à cette forte activité orageuse apparaissent bien sur cette image satellite Météosat de 20h00 locales, sur le nord de l'Auvergne :




Le cliché suivant a été saisi par Ludovic Charlet dans le nord du Rhône, et témoigne de la forte activité électrique observée au passage de ce MCS :




Il a fusionné avec un second MCS, formé plus au sud, et qui a affecté notamment les abords du Cantal et de la Haute-Loire, en produisant là aussi très localement des rafales de vent proches de 100 km/h.
Un troisième MCS a pour sa part balayé la région Midi-Pyrénées, tous ces systèmes produisant une intense activité électrique.

La carte ci-dessous présente la situation observée à 23h30 locales :


A noter qu'une cellule isolée mais virulente a produit des chutes de grêle et des pluies passagèrement intenses entre Nîmes et Montpellier aux environs de minuit.

Au total, 58329 éclairs ont été détectés sur la journée du 31 juillet, dont 8396 pour le seul département du Puy-de-Dôme. C'est le secteur de Perpezat (63) qui a été le plus foudroyé.


Photographies des orages du 30 juillet

Cliquez sur les miniatures pour les détails :