Des chutes de neige intenses, accompagnées par un vent soufflant en tempête, ont surpris plusieurs centaines d'himalayistes et de randonneurs dans les hauteurs du massif des Annapurnas : la conséquence d’un ex-cyclone tropical venu se heurter aux reliefs extrêmes de l’Himalaya.

 
 La chaîne des Annapurnas. © EarthTrek
La chaîne des Annapurnas. © EarthTrek
 
 

Une conséquence du cyclone tropical Hudhud

L’événement météorologique qui a frappé la moitié ouest du Népal le mardi 14 octobre est atypique, autant par sa virulence que par la période de l’année où il s’est produit. En effet, octobre marque généralement le retour de conditions progressivement plus froides et plus sèches sur le massif de l’Himalaya, après la période de mousson qui court pour l’essentiel de juin à septembre. Les épisodes pluvieux ou neigeux y sont sensiblement plus rares, et les conditions redeviennent propices à la pratique de la haute-montagne.
 
 
Climat annuel à Katmandu, capitale du Népal. © KERAUNOS
Climat annuel à Katmandu, capitale du Népal.
 
 
Même si des vents violents soufflent encore périodiquement en cette saison, notamment en très haute montagne, le blizzard qui s’est abattu sur le massif des Annapurnas le 14 octobre a été rendu redoutable d’une part par l’intensité des précipitations neigeuses, et d’autre part la violence des rafales de vent. Cette conjonction de phénomènes extrêmes est une conséquence directe du cyclone tropical Hudhud. Ce dernier, formé dans le Golfe du Bengale le 8 octobre, a ensuite pris la route des côtes indiennes, qu’il a frappées le 12 octobre dans la région de Visakhapatnam, après avoir atteint une intensité maximale de classe 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson. Hudhud s’est alors dirigé vers le NNO tout en se déstructurant progressivement. C’est toutefois sous la forme d’un ex-cyclone tropical encore actif qu’il est venu se heurter aux hauts reliefs de l’Himalaya, y produisant une dégradation rapide et sévère des conditions météorologiques.
 
 
Image satellite infrarouge du 11 octobre 2014 à 12h TU. Le massif des Annapurnas est cerclé en rouge. © Eumetsat     Image satellite infrarouge du 12 octobre 2014 à 12h TU. Le massif des Annapurnas est cerclé en rouge. © Eumetsat     Image satellite infrarouge du 13 octobre 2014 à 12h TU. Le massif des Annapurnas est cerclé en rouge. © Eumetsat     Image satellite infrarouge du 14 octobre 2014 à 12h TU. Le massif des Annapurnas est cerclé en rouge. © Eumetsat
Images satellite infrarouge du 11, 12, 13 et 14 octobre 2014 à 12h TU. Le massif des Annapurnas est cerclé en rouge.
La progression du cyclone tropical Hudhud est bien identifiable, depuis le golfe du Bengale jusqu'à l'Himalaya. © Eumetsat
 
 
L'épais manteaux neigeux généré par cet épisode apparaît très clairement sur ces images satellite :
 
Evolution du manteau neigeux sur l'Himalaya entre le 10 et le 15 octobre 2014.
 
 
Au total, ce sont près de 400 randonneurs qui ont été pris au piège du blizzard, ce dernier réduisant la visibilité à néant et générant un refroidissement extrême. Une cinquantaine d'entre eux ont perdu la vie, parmi lesquels une vingtaine de sherpas et une trentaine de touristes.
 
 

Des rafales à plus de 100 km/h et des chutes de neige intenses

Le modèle WRF 8 km Inde - Himalaya, déployé par Keraunos depuis le début de l’année, a bien anticipé la trajectoire du cyclone et les conséquences de son impact sur l’Himalaya. Cette performance est illustrée par les champs ci-dessous, issus du run initialisé le dimanche 12 octobre à 18Z. La circulation de l’ex-cyclone en direction du Népal est précisément simulée avec 48 heures d’avance, ainsi que la concentration sur le massif des Annapurnas des vents les plus forts (> 120 km/h vers 5.500 mètres d’altitude) et des chutes de neige les plus intenses (plus de 1m50 de neige fraîche simulée par le modèle, avec des épaisseurs horaires qui excèdent parfois 20 cm).
 
Prévision du vent à 500 hPa (vers 5.500 mètres d'altitude), entre le 12 et le 14 octobre 2014. Modèle WRF 8 km Inde - Himalaya. Run du 12.10.2014 18Z. Un vent moyen supérieur à 120 km/h est simulé sur le massif des Annapurnas notamment. © KERAUNOS          Prévision des chutes de neige, heure par heure, entre le 12 et le 14 octobre 2014. Modèle WRF 8 km Inde - Himalaya. Run du 12.10.2014 18Z. On note les chutes de neige très fortes et durables correctement anticipées sur le massif des Annapurnas. © KERAUNOS
 
 
L’analyse des champs du modèle met par ailleurs en évidence un caractère convectif à cet épisode de blizzard (profils verticaux instables), ce qui a contribué à accentuer l’intensité des chutes de neige, par ailleurs alimentées par des advections de très hautes valeurs d’eau précipitable. On note en outre des intrusions d’air froid sur l’ouest du Népal, venues du haut plateau tibétain, à l’avant des restes du cyclone. Celles-ci ont contribué à accentuer l’isothermie et ont fait baisser soudainement la limite pluie-neige au sein de la perturbation.
 
 
MULI (instabilité) prévu pour le 14 octobre 2014 à 06h TU. Modèle WRF 8 km Inde - Himalaya. Run du 12.10.2014 18Z. On note une instabilité marquée sur les deux tiers est du Népal, y compris sur le massif des Annapurnas (-2 à -3 K). © KERAUNOS          Contenu en eau précipitable prévu pour le 14 octobre 2014 à 06h TU. Modèle WRF 8 km Inde - Himalaya. Run du 12.10.2014 18Z. De hautes valeurs sont advecées en direction du Népal (> 60 mm). © KERAUNOS
 

Cette interaction entre une perturbation d’origine tropicale et un contexte orographique extrême présentait un caractère potentiellement critique, et constitue l’un des scénarios météorologiques les plus sévères possibles en termes d’activité neigeuse convective.