La tempête Petra en approche sur l'Atlantique, le 4 février 2014 à 13h locales. Système dépressionnaire très virulent, avec forte instabilité à l'arrière du front froid. (c) Météosat
La tempête Petra en approche sur l'Atlantique, le 4 février 2014 à 13h locales.
Système dépressionnaire très virulent, avec forte instabilité à l'arrière du front froid. (c) Météosat
 
 
 

Une instabilité moyenne proche des records pour la saison

MUCAPE moyenne France du 1er janvier au 10 février (J/kg). (c) KERAUNOSLes conditions météorologiques sont particulièrement agitées depuis plusieurs semaines sur l'Europe de l'ouest. Cette succession de dépressions qui se creusent dans un rapide flux d'ouest dirige régulièrement de l'air polaire, en altitude, depuis l'Irlande et le proche Atlantique en direction de la France.
 
Ces irruptions d'air polaire venant surplomber de l'air à la fois doux et humide près du sol, les conditions ont été très régulièrement instables sur notre pays depuis le début de l'année. A tel point que l'instabilité moyenne nationale sur la période du 1er janvier au 10 février 2014 ressort à 51,3 J/kg (MUCAPE), soit la 2ème plus forte valeur depuis la fin des années 1940.
 
C'est ainsi un début d'année remarquablement instable que vient de connaître la France. Seul le début d'année 1988 avait présenté une instabilité latente moyenne plus élevée (voir graphique ci-dessus). Ceci explique les fréquents orages de masse d'air froid qui ont affecté notre pays ces dernières semaines, avec chutes de grêle et fortes rafales de vent. Dans les années récentes, 2001 et 2003 avaient également débuté par des conditions sensiblement plus instables que la normale, sans toutefois atteindre des valeurs aussi élevées qu'en ce début d'année 2014.
 
 
 

Un début d'année exceptionnel entre Poitou-Charentes et nord de l'Aquitaine

Ecart à la normale de la MUCAPE sur la période du 1er janvier au 10 février 2014. (c) KERAUNOSUne analyse plus détaillée des valeurs d'instabilité montre que ce sont l'ouest, le centre-ouest et le nord-ouest du pays qui ont connu les conditions les plus instables en ce début de l'année. Ainsi, c'est la Bretagne qui, en valeur absolue, enregistre la MUCAPE moyenne la plus élevée sur ce début d'année, avec près de 120 J/kg.
 
Pour ce qui concerne l'écart à la normale (voir carte ci-contre), c'est le département de la Charente qui arrive en tête des départements français, avec un excédent +298%. Il est suivi de près par la Dordogne (+295%), la Gironde (+285 %), la Charente-Maritime et les Deux-Sèvres (+278%).
 
Les excédents sont plus modestes sur la façade orientale du pays (+84% en Moselle et Bas-Rhin) et plus encore sur les régions du sud-est (+2% en Haute-Corse et +8% en Corse-du-Sud).
 
Même si la moyenne France reste derrière les scores de 1988, certaines régions établissent cette année leur nouveau record d'instabilité sur la période du 1er janvier au 10 février. Tel est le cas du nord de l'Aquitaine et du Poitou-Charentes. Sur cette zone, jamais un début d'année n'avait été aussi instable depuis plus d'un demi-siècle.