Une microrafale provoque des dégâts dans le département de la Charente-Maritime en fin d'après-midi du 18 juillet.

 
 
Une microrafale s'est abattue sur la commune du Pin, aux environs de 17h15 locales, le jeudi 18 juillet. Le phénomène, qualifié à tort de tornade par les medias, a été observé par plusieurs témoins et a fait l'objet d'une analyse de terrain détaillée par KERAUNOS.
 
 

Des dommages mineurs

Associé à un orage de type monocellulaire de petite dimension mais actif, ce phénomène venteux localisé mais destructeur a déraciné plusieurs arbres, endommagé quelques habitations et déplacé une mangeoire pour bovins.
 
Le quotidien Sud-Ouest s'est fait l'écho des dommages consécutifs à ce phénomène :
 
Possible tornade en Charente-Maritime le 18 juillet 2013. (c) SUD-OUEST
Copyright : Sud-Ouest (Ysaline SEURIN)
 
 
L'enquête de terrain menée par KERAUNOS a permis de mettre en évidence des dommages caractéristiques d'une microrafale, ce que sont venus confirmer les témoignages recueillis parmi les habitants.
 
 

Témoignage

Mme Lafaurie, résidant au bourg du Pin, nous livre par exemple le témoignage suivant :
 
"J'étais en voiture lorsque le phénomène est arrivé. D'un seul coup, des bourrasques de vent mêlées à la pluie se sont mises à souffler à l'horizontale. La visibilité était extrêmement réduite et je ne voyais plus devant moi. Plusieurs fois la voiture a été secouée ; c'était très impressionnant. Les rafales venaient s'écraser jusqu'au sol et on se serait cru dans un mixeur. Au bout de cinq bonnes minutes, les conditions se sont rétablies et ce n'est qu'une fois ressortie de la voiture que j'ai constaté les dégâts.  

Le phénomène est venu de Barbezieux [comprendre au nord-est du Pin] et a pris la direction de Chatenet [sud-ouest du Pin].

Concernant les dégâts, nous avons pu relever des arbres déracinés en plusieurs points de la commune, notamment des chênes centenaires chez Taillé, de part et d'autre de la route. Toujours chez Taillé, un hangar a été endommagé. En face de ma propriété, un hangar a également souffert. Enfin, l'auvent de la piscine de M. le Maire, M. Fourcade, a été emporté et projeté en direction de l'église. Pour terminer, une mangeoire à bestiaux a été traînée."
 
 

Nature du phénomène

Le témoignage, riche en informations, a permis de confirmer l'analyse des dommages, qui atteste pour sa part le déclenchement d'une microrafale dans un couloir bien délimité de 500 mètres de longueur sur 200 mètres de largeur en moyenne, selon une trajectoire du nord-est vers le sud-ouest. Les premiers dégâts, observés à l'entrée du village peu avant l'intersection avec la D256, confirment l'aspect diffus des dommages dans la zone atteinte.

L'inventaire détaillé des dégâts confirme par ailleurs que tous les débris ont été projetés dans le sens du flux, tout comme les arbres déracinés qui présentent leur cime dirigée vers le sud-ouest (flèches jaunes sur la carte de synthèse, qui indiquent le sens de projection des débris et/ou le sens de chute des arbres déracinés).

Les rafales de vent associées au phénomène sont estimée voisines de 120 km/h.

Répartition des dommages causés par la microrafale du Pin (Charente-Maritime), le 18 juillet 2013. (c) KERAUNOS
 
 
Si, vous aussi, vous avez été témoin de ce phénomène, n'hésitez pas à nous contacter.