Une tornade de très faible intensité (EF0) s'est abattue sur la Haute-Vienne, le 27 février 2014, à 16h45 locales. Le phénomène, qui a produit quelques dégâts matériels, a particulièrement touché le hameau de la Chassagne, commune de Laurière.

La tornade de Laurière s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées), qui totalise 4 cas pour les journées des 27 et 28 février 2014 (24 heures glissantes), dont celui de Breuillet (Charente-Maritime), de Chenay (Deux-Sèvres) et de Châteauneuf-sur-Charente (Charente).
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF0 de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014* intensité maximale : EF0 soit des vents estimés entre 105 et 135 km/h
* distance parcourue : 2,1 kilomètres
* largeur moyenne : 60 mètres (largeur mesurée au niveau de la Chassagne)

* communes traversées : BERSAC-SUR-RIVALIER (D 28a, le Noyer), LAURIÈRE (la Chassagne)
* département : HAUTE-VIENNE (87)
* altitude moyenne du terrain : 330 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation, prairies

* principaux dégâts : grosses branches cassées sur des arbres feuillus adultes ; arbres fruitiers déracinés ; toitures faiblement endommagées ; abri en tôles pulvérisé ; toitures en tôles partiellement arrachées (faible maçonnerie) ; projection de tôles et de branches à faible distance
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF0 de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Un couloir net et bien délimité

Une enquête de terrain a été effectuée par Y. Beunaiche pour KERAUNOS. Elle a permis de mettre en évidence un couloir de dégâts net et bien délimité, sur une trajectoire totale d'un peu plus de 2 kilomètres et une largeur de 60 mètres au niveau de la Chassagne. La nature tourbillonnaire du phénomène a pu être établie par la convergence des dégâts observée à la Chassagne. Cette conclusion est confirmée par les observations communiquées par les témoins (durée de quelques secondes, bruit caractéristique).
 
Le quotidien régional Le Populaire du Centre mentionne également le phénomène dans son édition du 12 février 2014:
 
Une mini-tornade endommage des habitations et une bergerie

Ce jeudi en début de soirée, une mini-tornade a balayé le lieu-dit "Chassagne", sur la commune de Laurière.

Les vents violents ont endommagée 4 à 5 habitations et intégralement arraché la toiture d'une bergerie, selon les sapeurs-pompiers, qui ont dépêché une quinzaine d'hommes sur place.
 
* * *
 
Les photographies suivantes montrent les dégâts occasionnés par la tornade de Laurière :
 
Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - Arbres déracinés vers le nord-est à l'entrée de la Chassagne. Sens de déplacement de la tornade en rouge, et sens d'aspiration en bleu. © Y. Beunaiche / KERAUNOS    Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - Grosses branches cassées vers le sud-est (la Chassagne).  Sens de déplacement de la tornade en rouge, et sens d'aspiration en bleu. © Y. Beunaiche / KERAUNOS    Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - Entrée du hameau de la Chassagne (la tornade a circulé de gauche à droite). Sens de déplacement de la tornade en flèches rouges. © Y. Beunaiche / KERAUNOS    Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - La Chassagne - Petite structure en tôles détruite. © Y. Beunaiche / KERAUNOS
© Y. Beunaiche / KERAUNOS
 
Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - La Chassagne - Toitures endommagées. © Y. Beunaiche / KERAUNOS    Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - D 223 - Arbre ébranché. Sens de déplacement de la tornade en flèches rouges. © Y. Beunaiche / KERAUNOS    Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - Bersac-sur-Rivalier (le Noyer) - Toiture d'une écurie endommagée. Sens de déplacement de la tornade en flèches rouges. © Y. Beunaiche / KERAUNOS    Tornade de Laurière (Haute-Vienne) du 27 février 2014 - Bersac-sur-Rivalier (D 28a) - Arbre de faibles dimensions vrillé. © Y. Beunaiche / KERAUNOS
© Y. Beunaiche / KERAUNOS
 

Analyse des conditions météorologiques

La tornade de Laurière s'est formée dans un contexte de traîne active, au sein d'un rapide flux d'ouest/nord-ouest. Durant l'après-midi, un thalweg d'altitude balaie la France et advecte de l'air d'origine polaire dans les couches moyennes de l'atmosphère (-30 à -33°C vers 5.500 mètres d'altitude). L'instabilité résultante est restée modérée (MUCAPE de 100 à 300 J/kg), mais suffisante pour supporter une convection souvent profonde sur une grande moitié ouest du pays, comme en témoigne l'image satellite ci-dessous (prise à 16h00 locales).
 
 
Image satellite canal visible du 27 février 2014 à 16h00 locales. (c) Météosat
 
 
L'environnement cet après-midi là se caractérise en outre par de puissants cisaillements. Ainsi, le radiosondage de Bordeaux effectué le 27 février 2014 à 13h00 locales fait état de cisaillements supérieurs à 30 m/s sur l'épaisseur 0-6 km. L'hélicité relative est très forte en basses couches, avec une SRH 0-1 km de 226 m²/s², et une SRH 0-3 km de 269 m²/s².
 
C'est dans ce contexte instable et cisaillé que de nombreuses averses et quelques orages circulent en cours d'après-midi sur l'ouest du pays. Tandis qu'une ligne de grains, orageuse et très venteuse, balaie la Normandie et le Centre, un petit amas convectif se forme vers 15h45 aux frontières nord-ouest du département de l'Indre-et-Loire. Il transite ensuite sur le nord du département, pour atteindre la commune de Laurière vers 16h45. C'est à cet instant qu'il donne naissance à la tornade.
 
La cellule convective responsable de ce phénomène a été photographiée peu après par Sébastien DOURSENAUD. Il nous livre ici s son témoignage :
 
"La prise de vue a été faite à 17h10 au lieu-dit Batissou sur la commune de Rilhac-Rancon en périphérie nord-est de Limoges. A cette heure là, la cellule était à la limite entre un Cumulus congestus et un Cumulonimbus de masse d'air froid. La zone de pluie sous cette cellule était très compacte et localisée à l'arrière de cette dernière."
 
 
Cellule convective de masse d'air froid responsable du phénomène venteux de Laurière. © Sébastien DOURSENAUD© Sébastien DOURSENAUD
 
Cellule convective de masse d'air froid responsable du phénomène venteux de Laurière. © Sébastien DOURSENAUD© Sébastien DOURSENAUD