Entre le soir du 16 septembre et la nuit du 18 au 19 septembre 2014un épisode orageux virulent producteur de pluies diluviennes a frappé l'ouest du Languedoc, et tout particulièrement le département de l'Hérault. Les lames d'eau ont localement dépassé 400 mm en 24 heures, avec des cumuls horaires qui ont avoisiné 100 mm par endroits. Cet épisode relève dès lors de la catégorie R5+ et peut ainsi être considéré comme remarquable. Deux orages en V se sont développés : le premier au large immédiat de l'Hérault le matin du 18 septembre, et le second entre Bouches-du-Rhône et Var le matin du 19 septembre.
 
 Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA
Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA
 
 

Principales caractéristiques de l'épisode orageux

Orages diluviens sur le Languedoc les 17 et 18 septembre 2014* phénomènes observés : pluies diluviennes ; isolément des rafales entre 110 et 130 km/h et des grêlons jusqu'à 5 cm de diamètre (sur le sud du Var)
 
* structures convectives : systèmes convectifs de méso-echelle à propagation rétrograde, orage en V

* région concernée : LANGUEDOC-ROUSSILLON, et dans une moindre mesure PROVENCE-ALPES-CÔTE-D'AZUR

* principaux dégâts : crues éclairs, inondations, un camping dévasté à Lamalou-les-Bains (Hérault) ; 6 personnes décédées
 
 
 
 

Résumé de l'épisode

L'épisode méditerranéen du 17 au 19 septembre 2014 s'est illustré par une succession de vagues orageuses caractérisées par un potentiel précipitable très important. Outre les cumuls de pluie qui atteignent 300 à 500 mm du piémont cévenol aux Cévennes ardéchoises, ce sont les lames d'eau horaires ou tri-horaires qui s'avèrent particulièrement remarquables. Il est par exemple tombé plus de 100 mm en 1h à Saint-Gervais-sur-Mare (34) ou à Colognac (30). En 3h, des cumuls de 180 à 250 mm ont été fréquemment relevés de l'Hérault au Gard et du sud Lozère à l'Ardèche. Ce sont ces très forts cumuls en un court laps de temps qui ont contribué à activer des crues rapides et marquées sur des cours d'eau relativement bas. La catastrophe de Lamalou-les-Bains et les dégâts considérables observés près de Saint-Hippolyte-du-Fort témoignent de cette très forte activité pluvio-orageuse.
Ces orages se sont organisés en systèmes convectifs de méso-échelle à propagation rétrograde. Ils se sont de fait montrés stationnaires durant quelques heures. Parmis ces systèmes, deux ont adopté une structuration dite en V, l'un est resté en mer au large de l'Hérault au matin du 18 septembre, l'autre a balayé le Var le 19 septembre.
Dans la nuit du 19 au 20 septembre, de nouveaux orages ont repris du nord du Gard à l'Ardèche. Le bassin alésien a enregistré de nouveaux forts cumuls supérieurs à 150 mm.
Au total, il est par exemple tombé jusqu'à 503 mm à Saint-Gervais-sur-Mare (34), 456 mm à Anduze (30), 437 mm à Barnas (07) et 425 mm à Salindres (30).
 
 
 

Carte de synthèse des cumuls pluviométriques

 

Carte des cumuls de pluie observés sur l'épisode

 Données Météo-France et Hydroreel
 
 

Inondations destructrices à Lamalou-les-Bains, dans l'Hérault

L'une des zones les plus sinistrées suite aux orages est centrée sur la commune de Lamalou-les-Bains. Le reportage photo réalisé par Ludovic Cabrita illustre la sévérité des dommages :

 

Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA

Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA

Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA

Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA

Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA

Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA     Dégâts consécutifs aux violents orages du 17 septembre 2014 dans l'Hérault, dans les environs de Lamalou-les-Bains. © Ludovic CABRITA

 

 

Vidéos des dégâts dans l'Hérault et le Gard

Deux vidéos illustrent bien l'ampleur des dégâts dans deux villages du Gard et de l'Hérault.
La vidéo du Midi-Libre ci-dessous montre l'ampleur des dégâts sur le village de Saint-Laurent-le-Minier près de Ganges, sur le bassin de l'Hérault amont :
 
 
 
La vidéo suivante a été tournée, toujours pas Midi-Libre à Lamalou-les-Bains, où plusieurs personnes ont trouvé la mort :
 
 
 
Cet autre film a été réalisé à Moulès-et-Baucels près de Saint-Hippolyte-du-Fort :
 
 

 

Conséquences hydrologiques

Les hydrogrammes de crue présentés ci-après témoignent de la virulence des ondes de crue formées sur les amonts suite à l'épisode des 17 et 18 septembre:
+ A Lodève, la côte de 3.28 m sur la Lergue correspond à un débit de pointe de 350 m3/s. Ce débit est supérieur à une période de retour de 50 ans sur ce secteur.
+ A Saint-Hippolyte-du-Fort, le Vidourle est monté de près de 5 m en quelques dizaines de minutes, la crue est là aussi très significative.
+ A Laroque, l'Hérault est monté jusqu'à 8.84 m, ce qui correspond à un débit de 1.200 m3/s. Cette valeur est significative et correspond à une crue de période de retour comprise entre 10 et 20 ans.
+ A Pradal, la Mare a connu deux pics de crue, correspondant à un débit de 240 m3/s, soit deux pics de période de retour proche de 20 ans.
+ Enfin à Anduze, le Gardon est rapidement monté mais la crue observée reste modérée.

 
Hydrogramme de crue - Vigicrues    Hydrogramme de crue - Vigicrues    Hydrogramme de crue - Vigicrues
Hydrogrammes de crue de la Lergue à Lodève, du Vidourle à St Hippolyte-du-Fort et de l'Hérault à Laroque
 
Hydrogramme de crue - Vigicrues    Hydrogramme de crue - Vigicrues
Hydrogrammes de crue de la Mare à Villemagne-l'Argentière et du Gardon à Anduze
 

 

Consécutivement aux orages très pluvieux du 18 septembre et nuit suivante, les cours d'eau ont fortement réagi, notamment le Chassezac et l'Ardèche. A Gravières, les débits du Chassezac ont brutalement atteint 1500 m3/s au cours de la nuit (débits de période de retour de 20 ans). Avec les apports de la Baume, du Chassezac et de l'Ardèche, l'aval de l'Ardèche réagit également fortement à Vallon-Pont-d'Arc, avec une hausse des débits à plus de 2.200 m3/s.
La crue observée sur l'Eyrieux est forte, dépassant largement la crue de référence de novembre 2008 avec une côte à près de 2.5 m aux Ollières (crue de période de retour supérieure à 50 ans).
 
Hydrogramme de crue du Chassezac - Vigicrues     Hydrogramme de crue de l'Ardèche aval - Vigicrues     Hydrogramme de crue de l'Eyrieux - Vigicrues
Hydrogrammes de crues du Chassezac, de l'Ardèche aval et de l'Eyrieux - Vigicrues
 



Violent orage en V sur le Var en fin de matinée du 19 septembre

Image satellite visible et IR de l'orage en V du 19 septembre 2014 sur le Var.En matinée du 19 septembre, un système convectif très puissant s'est développé au large des Bouches-du-Rhône. Le système a rapidement adopté une structuration dite en V. L'image satellite présentée ci-contre montre parfaitement ce système à maturité, à 12h26 locales.
 
Des sommets pénétrants très froids ont persisté plusieurs heures sur la pointe sud du système. Deux branches de convection profonde et une traîne chaude au centre de ces deux branches sont clairement visibles sur cette image. Après avoir opéré un split, ce système a évolué en supercellule HP avec structure en V. Abritant un mésocyclone, l'orage a été capable de générer des chutes de grêle jusqu'à 5 cm de diamètre, des rafales de 110 à 130 km/h et de très fortes pluies. Il est tombé à Toulon près de 40 mm de pluie en 20 minutes seulement. Par ailleurs, l'activité électrique s'est révélée particulièrement intense avec plusieurs centaines d'impacts chaque 10 minutes et plus de 10.000 impacts de foudre chaque heure.
 
Cet orage supercellulaire avec structure en V s'est développé au sein d'un court thalweg thermique secondaire, qui a circulé entre le Golfe du Lion et le Var en cours de matinée du 19 septembre. Les cisaillements profonds ont été temporairement accrus de ce fait, suite à la circulation d'un jet-streak sur la zone, tandis que l'hélicité relative devenait particulièrement forte en basses couches en raison du renforcement d'un jet de basses couches bien concentré dans l'épaisseur 0-800 mètres.
 
Profil vertical reconstitué pour le secteur de Toulon (Var), le 19 septembre 2014 à 11h00 locales. © KERAUNOSUne reconstitution fine de l'environnement qui a donné naissance à cet orage a pu être effectuée grâce à la confrontation des données d'observations réelles au sol, des données de réanalyse de la NOAA et d'une modélisation à courte échéance du modèle à ultra-haute résolution WRF 1 km France (Keraunos) en configuration opérationnelle. Le profil vertical qui en résulte sur le secteur de Toulon (ci-contre) présente l'environnement vers 11h00 locales, donc à l'avant immédiat de la supercellule. On remarque notamment la présence conjointe d'une forte instabilité latente et de puissants cisaillements, associés à un profil thermique et hygrométrique de basses couches générateur d'une inhibition convective (CIN) favorablement disposée pour accentuer le caractère explosif de la convection. Le profil est par ailleurs peu humide dans les épaisseurs moyennes, ce qui génère une DCAPE supérieure à 1.000 J/kg, d'où le fort potentiel venteux qui s'est manifesté notamment aux abords de Toulon.
 
Dans le détail, on note les éléments suivants :
MUCAPE : 1.669 J/kg
MLCAPE : 1.237 J/kg
MULI : -6 K
MLLI : -5 K
LCL : 777 mètres
EL : 11.798 mètres
SRH 0-1 km : 160 m²/s²
SRH 0-2 km : 239 m²/s²
SRH 0-3 km : 264 m²/s²
cis. 0-6 km : 33 m/s
 
L'aspect visuel de cet orage, depuis le sol, a été spectaculaire, comme le montre cette vidéo tournée depuis les hauteurs de La Garde (Var). On y voit la ville se faire littéralement engloutir par l'orage et être plongée dans la nuit :
 
 
 
 

Analyse de la situation météorologique

Cet épisode orageux s'est organisé au sein d'un flux de sud-ouest cyclonique et modérément rapide, piloté par un minimum dépressionnaire d'altitude qui est venu se caler au nord-ouest de la pointe Finisterre, tout en se creusant. Plusieurs thalwegs secondaires se sont succédés dans ce flux et ont affecté plus particulièrement le sud-est du pays. Le plus vigoureux d'entre eux, bien en phase avec une anomalie au niveau de la tropopause dynamique, a concerné le Languedoc dans la nuit du 17 au 18. Cette évolution est illustrée par les champs du modèle WRF 13 km Europe ci-dessous, valables pour le 16 septembre à 18h TU, le 17 septembre à 12h TU et le 18 septembre à 00h TU :

 

Z1,5 PVU et Z300 le 16 septembre 2014 à 20h locales. Modèle WRF Europe 13 km. © KERAUNOS       Tourbillon et Z500 le 16 septembre 2014 à 20h locales. Modèle WRF Europe 13 km. © KERAUNOS

 

Z1,5 PVU et Z300 le 17 septembre 2014 à 14h locales. Modèle WRF Europe 13 km. © KERAUNOS       Tourbillon et Z500 le 17 septembre 2014 à 14h locales. Modèle WRF Europe 13 km. © KERAUNOS

 

Z1,5 PVU et Z300 le 18 septembre 2014 à 02h locales. Modèle WRF Europe 13 km. © KERAUNOS       Tourbillon et Z500 le 18 septembre 2014 à 02h locales. Modèle WRF Europe 13 km. © KERAUNOS

 

De manière caractéristique dans ce type d'épisode orageux méditerranéen, le forçage orographique généré par un fort vent marin vient alimenter durablement la convection, tout en canalisant les déclenchements sur les premiers reliefs. On note ainsi sur ces champs du modèle WRF France 7 km un fort vent de secteur SE aux abords du Languedoc, avec un jet de basses couches surtout concentré entre le sol et 750 mètres d'altitude. Ce jet se fait progressivement moins net aux altitudes supérieures pour disparaître au-dessus de 1.500 mètres d'altitude et céder la place à un flux modéré de secteur SO :

 

Vent moyen 10 m et Pmer le 17 septembre 2014 à 20h locales. Modèle WRF France 7 km. © KERAUNOS       Vent moyen 950 hPa et Z950 le 17 septembre 2014 à 20h locales. Modèle WRF France 7 km. © KERAUNOS

 

Vent moyen 900 hPa et Z900 le 17 septembre 2014 à 20h locales. Modèle WRF France 7 km. © KERAUNOS       Vent moyen 700 hPa et Z700 le 17 septembre 2014 à 20h locales. Modèle WRF France 7 km. © KERAUNOS

 

Ce puissant flux de basses couches véhicule une masse d'air fortement humidifiée par son transit sur la mer Méditerranée. Il en résulte de hautes valeurs de contenu en eau précipitable du Golfe du Lion aux plaines languedociennes (> 40 mm) ainsi qu'une très forte instabilité latente. Les valeurs de MULI s'abaissent ainsi localement sous les -7 K en pleine nuit sur ce champ du modèle WRF 1 km  France :

 

Eau précipitable le 18 septembre 2014 à 05h locales. Modèle WRF France 1 km. © KERAUNOS       Most Unstable Lifted Index (instabilité) le 18 septembre 2014 à 05h locales. Modèle WRF France 1 km. © KERAUNOS

 

L'animation satellite infra-rouge ci-dessous, entre 18h et 05h TU,  illustre l'ampleur de la convection profonde lors de l'épisode des 17 et 18 septembre :

Animation satellite EUMETSAT des 17/18 septembre 2014EUMETSAT

 

Cette dernière animation retrace enfin l'ensemble de l'épisode, de mardi 16 septembre en soirée à samedi 20 septembre au petit matin :
 
Animation satellite depuis 22h locales le 16 septembre - Par pas de 1h © NRL
Animation satellite depuis 22h locales le 16 septembre - Par pas de 1h © NRL