Une tornade de très faible intensité (EF0), a brièvement touché le sol en lisière de la forêt de Macheren (Moselle) le 23 mai 2013 vers 18h35 locales. Le tourbillon, dont la structure était relativement chaotique, a été vu, photographié et filmé par un grand nombre de témoins.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade de Sainte-Maxime, dans le Var, le 18 mai 2013 : localisation de la tornade.intensité maximale :  EF0, soit des vents estimés de 105 km/h à 135 km/h
* distance parcourue : 800 mètres
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : MACHEREN
* département : MOSELLE (57)
* altitude moyenne du terrain : 275 mètres
* type de terrain : forêt de feuillus, prairies, systèmes culturaux et parcellaires complexes

* principaux dégâts : végétation agitée (branches d'arbres en forêt), herbes couchées
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.

Parcours de la tornade

 

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Illustrations du phénomène

La tornade a fait l'objet d'une importante médiatisation. Plusieurs témoins ont pu photographier ou filmer l'événement qui a été aperçu jusqu'à 5, voire 7 kilomètres à la ronde:
 
 
 
 
 
 La capture vidéo ci-dessous montre la partie inférieure de la tornade, vue depuis la D656:
 
Tornade en Moselle (57) à Saint-Avold le 23 mai 2013.
source : Facebook
 
 La photo ci-dessous a été prise depuis l'autoroute A4, dans les environs d'Henriville, en direction de l'ouest. On y voit la tornade au centre de l'image :
 
Tornade en Moselle (57) à Saint-Avold le 23 mai 2013. (c) A. LALES© A. LALES
 
Cette autre photo montre l'aspect de la tornade, vue depuis le hameau de Petit-Ebersviller (commune de Macheren):
 
Tornade en Moselle (57) à Macheren le 23 mai 2013. (c) V. LIEBER© V. LIEBER
 

Enquête de terrain

Une enquête de terrain a été effectuée par Kévin Leclercq pour Keraunos. Les témoins interrogés sur place évoquent un tourbillon d'une durée de vie proche de 10 minutes, et dont la structure et le déplacement furent chaotiques. Ces observations sont corroborées par les résultats de l'analyse du radiosondage le plus proche de la tornade (Idar-Oberstein, Allemagne) dont l'hodographe présente une morphologie anarchique, peu propice aux phénomènes tourbillonnaires puissants et durables (voir l'analyse de la situation météorologique plus bas dans cette page).
 
Bien qu'aucun dégât n'ait pu être observé, la tornade a cependant agité des branches d'arbres en lisière de forêt de Macheren, et couché plusieurs parcelles d'herbes dans des prairies.
  
Parcelle d'herbe couchée en lisière de forêt - Localisation exacte de la tornade confirmée par témoignage:
© Kévin Leclercq
 
Nouvelle parcelle d'herbe couchée au-delà de la D656, dans la continuité de la parcelle précédente:
© Kévin Leclercq
 

Analyse de la situation météorologique

La configuration synoptique associée à la tornade de Macheren est dominée par un vaste minimum d'altitude étiré du nord de la France jusqu'à la mer du Nord (voir ci-dessous à gauche). Ce système dépressinnaire draine à l'étage moyen un air exceptionnellement froid pour une dernière décade de mai (jusqu'à -35°C à 500 hPa). Les profils verticaux sont donc instables en journée, avec une activité convective de masse d'air froid parfois marquée, notamment de la Normandie à la Picardie et au Nord - Pas de Calais en matinée, puis entre Champagne et Lorraine en fin d'après-midi et début de soirée.
En surface, le contexte est faiblement dépressionnaire sur la Lorraine au moment de la tornade, en marge d'un minimum positionné sur l'Allemagne (voir ci-dessous à droite).
 
Isohypses et température à 500 hPa. Modèle WRF 16km Europe pour le 23 mai 2013 à 20h locales. Run du 23.05.2013 06Z. (c) KERAUNOS     Carte pointée du 23 mai 2013 à 20h locales. Réseau SYNOP. (c) KERAUNOS
 
Le radiosondage le plus proche de la tornade est celui réalisé en Allemagne, à Idar-Oberstein, le 23 mai à 14h locales. Il témoigne d'un profil faiblement instable sur les 3 premiers kilomètres d'atmosphère, avec une MUCAPE de 76 J/kg (MULI de +3 K) et une MLCAPE de 1 J/kg (MLLI de +5 K). La tropopause est basse, vers 7 km d'altitude. Ce profil est typique d'une instabilité de masse d'air froid, même s'il est en l'état incapable de supporter une convection profonde. De fait, ce radiosondage a été tiré plusieurs heures avant les advections froides les plus marquées à l'étage moyen sur la Lorraine. En intégrant celles-ci au profil d'Idar-Obserstein, la MUCAPE résultante devient sensiblement plus forte (270 J/kg) et les indices de soulèvement deviennent négatifs (MULI de -2 K). Le potentiel orageux de la fin de journée de ce 23 mai sur la Lorraine était donc bien modéré.
En revanche, si les cisaillements profonds sont assez forts (20 m/s), l'hélicité est marginale en basses couches (-17 m²/s² sur l'épaisseur 0-1 km). Il en résulte une morphologie d'hodographe particulièrement anarchique, peu propice au développement de tornades durables ou d'intensité significative (voir ci-dessous à droite).
 
Radiosondage d'Idar-Oberstein du 23 mai à 14h locales. On note une faible instabilité dans les basses couches de l'atmosphère.     Hodographe d'Idar-Oberstein du 23 mai à 14h locales. Sa morphologie est particulièrement anarchique.
 

Coupure de presse

FRANCE 3 LORRAINE , dont une équipe s'est jointe à l'enquête de terrain, évoque la tornade sur son site Internet (24 mai 2013):

Tornades en Lorraine : sommes-nous un territoire à risque ?

Après la tornade vue jeudi 23 mai 2013 dans la région de Saint-Avold, sachant que le phénomène s'est déjà produit en Lorraine, peut-on penser que nous sommes un territoire à risque ?

"La Lorraine n'est pas une région qui est fortement soumise aux risques de tornades, mais il arrive que quelques cas surviennent" Pierre Mahieu - Cofondateur de l'Observatoire national des tornades et orages violents.