Une tornade de faible intensité (EF1) touche quelques hameaux de la commune de Saint-Rémy-des-Landes (Manche) le 4 décembre 2000 en fin de nuit. Le phénomène est confirmé par une enquête de terrain et par la presse locale.
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 3,4 kilomètres
* largeur moyenne : 150 mètres

* commune traversée : SAINT-RÉMY-DES-LANDES (la Bergerie, le Château, la Roulanderie)
* département : MANCHE (50)
* altitude moyenne du terrain : 15 mètres
* type de terrain : prairies ; landes et broussailles ; plages, dunes et sable

* principaux dégâts : arbres abattus (dont des chênes) ; vitres brisées sur un château ; cheminée d’une maison arrachée ; toitures de hangars en tôle endommagées ; plaques de fibrociment emportées, débris de laine de verre retrouvés à plusieurs kilomètres

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF,
mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Saint-Rémy-des-Landes (Manche) du 4 décembre 2000
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
  

Un couloir de 150 mètres de large

La tornade de Saint-Rémy-des-Landes, issue d'une trombe marine, a parcouru une distance de 3,4 kilomètres d'Ouest en Est, sur une bande de terrain large de 150 mètres. Les dommages présentent sans conteste les effets d'un tourbillon, avec des phénomènes d'aspiration et de projections à distance. D'après certains habitants, on a retrouvé, à près de 10 kilomètres des lieux, de la laine de verre qui provenait de l'un des bâtiments atteints par la tornade.

Les dommages sont essentiellement concentrés entre la Bergerie et la Roulanderie, en passant par le Château où de nombreux arbres du parc sont abattus, et les vitres de la bâtisse soufflées. Ailleurs, ce sont surtout des exploitations agricoles ou des habitations qui ont souffert : cheminée d’une maison écroulée, toitures de hangars en tôle endommagées, plaques de fibrociment emportées.

* * *

Le quotidien La Presse de la Manche évoque la tornade dans son édition du 10 décembre 2000. Voici un extrait de l'article :
 
Lundi matin vers 7h30, la commune de Saint-Rémy-des-Landes a fait les frais d’un phénomène météorologique assimilable à une tornade très localisée qui a provoqué des dégâts matériels spectaculaires.

Le jour n’était pas encore levé lorsque le gardien de la colonie de vacances appartenant à la ville de Carrières-sous-Poissy (Val d’Oise) a soudain vu trembler le pavillon où il réside. Une petite maison située dans l’enceinte d’un château désaffecté, qui abritait autrefois un centre de vacances. Sa fille qui se trouvait avec lui a constaté le même phénomène, lequel a duré environ une minute.

Une minute durant laquelle ni l’un ni l’autre n’ont vraiment compris ce qui se passait. Ce n’est qu’ensuite qu’ils ont pu constater les dégâts à l’extérieur. Dans le parc, des branches cassées jonchaient le sol ici et là, des arbres avaient été arrachés, et plusieurs fenêtres du château avaient été soufflées, projetées sur plusieurs dizaines de mètres.

Ailleurs, dans la petite commune, et principalement sur les villages de la Bergerie et de la Roulanderie, d’autres qu’eux étaient plongés dans la même perplexité, voire dans une réelle inquiétude, face à une mini -tornade en provenance de la mer. Un phénomène météorologique qui s’est montré plutôt dévastateur sur un couloir d’environ 150 mètres de large et quelques kilomètres de long.

Bizarrement, ni les pompiers ni la gendarmerie ne semblent avoir été alerté alors que, selon Michèle Brochard, maire de Saint-Rémy-des Landes, « les dégâts sont spectaculaires ».