Le 17 août 2004un épisode orageux très actif concerne une grande partie du pays. Dans le sud de la vallée du Rhône, ces orages produisent des pluies particulièrement abondantes et font plusieurs morts.
 
 

Principales caractéristiques de l'épisode orageux

Violents orages le 17 août 2004, avec fortes pluies en basse vallée du Rhône* phénomènes observés : pluies intenses ; chutes de grêle, avec diamètres jusqu'à 4 cm ; rafales de vent localement > 100 km/h ; tornade
 
* structures convectives : vaste MCS en basse et moyenne vallée du Rhône

* régions traversées : pluies intenses sur LANGUEDOC-ROUSSILLON, RHÔNE-ALPES et PROVENCE-ALPES-COTE-D'AZUR

* principaux dégâts :
  pluies intenses : inondations et crues-éclairs (notamment en Ardèche et dans le Gard) ;
  vent : arbres déracinés et toitures endommagées
 
 
 
 

Pluies diluviennes en basse vallée du Rhône, et notamment en Ardèche

L'activité orageuse débute dans l'après-midi du 17 août sur l'Hérault, l'Ardèche et le Gard, avant de gagner en soirée et nuit suivante les départements du Vaucluse et du Var. Les orages sont intenses et produisent des pluies particulièrement violentes. Ainsi, Météo France relève une lame d'eau de 57,5 mm à Saint-Sauveur-de-Cruzières en 30 minutes seulement (62,8 mm en 1 heure). Dans le Gard, à Pujaut, 49,8 mm sont relevés en 30 minutes, et 74,8 mm en 1 heure.

Au total, les lames d'eau en 24 heures dépassent 100 mm sur l'ouest de la Lozère, le sud de l'Ardèche, le nord et l'est du Gard, ainsi que sur le Vaucluse. Les plus fortes lames d'eau, supérieures à 250 mm, sont observées en Ardèche.

 

Lames d'eau en 24 heures sur les départements les plus touchés par les orages diluviens du 17 août 2004. Données Météo France. (c) KERAUNOSLames d'eau en 24 heures sur les départements les plus touchés par les orages diluviens du 17 août 2004. Données Météo France. (c) KERAUNOS

 

A Roquemaure, dans le Gard, des inondations importantes sont constatées, avec plus de 50 cm d'eau dans certains quartiers. En Ardèche, une touriste est emportée par la crue d'une rivière, et plusieurs milliers de campeurs sont évacués. Au total, on déplore 2 noyés et 3 disparus sur l'Ardèche et l'Hérault.

Des chutes de grêle parfois fortes ont également accompagné ces orages, notamment sur les départements du Vaucluse et du Var. A Saint-Tropez, les plus gros grêlons atteignent 3 à 4 cm de diamètre.

De fortes rafales de vent provoquent par ailleurs des dommages à Saint-Hippolyte-du-Fort, ainsi qu'à Saint-Christol-les-Alès.

 
 

Tornade dans le Loir-et-Cher

Tornade à Lamotte-Beuvron le 17 août 2004. (c) INADans le Loir-et-Cher, les orages sont localement violents et une tornade s'abat sur la commune de Lamotte-Beuvron, causant des dommages notamment au centre équestre de la commune.
 
Cette tornade a été classée d'intensité EF1, soit des vents estimés entre 135 et 175 km/h.
 
 
>>> voir le dossier détaillé sur cette tornade

 

 

Forts orages sur Paris et sa région

A Paris, les orages produisent de fortes pluies, à l'origine d'inondations de chaussées et de plusieurs tunnels routiers. A l'hippodrome d'Auteuil, de fortes rafales de vent liées à ces orages perturbent la retransmission publique des Jeux Olympiques.

Les jardins publics de la région parisienne sont fermés.

 

Accumulations d'eau suite aux forts orages du 17 août 2004 à Paris. (c) INA       Accumulations d'eau suite aux forts orages du 17 août 2004 à Paris. (c) INA

 

 

Analyse de la situation météorologique

Cet épisode orageux de grande ampleur s'est développé au sein d'un rapide flux d'OSO, piloté par un minimum calé sur le proche Atlantique. Le courant-jet est positionné à une latitude très sud pour un mois d'août et pointe vers l'Espagne. Une seconde branche de jet circule par ailleurs sur le Benelux et le nord de l'Allemagne. Le flux de haute altitude est fortement diffluent de ce fait sur la majeure partie de la France, positionnée en configuration d'entrée droite (voir ci-dessous à gauche).

Un thalweg thermique modérément marqué circule dans ce flux à l'étage moyen (ci-dessous à droite).

 

Vent moyen 250 hPa et Z250, le 17 août 2004 à 20h locales. Reforecast WRF-NMM 27 km Europe. Run du 17.08.2014 06Z. (c) KERAUNOS       Tepérature 500 hPa et Z500, le 17 août 2004 à 20h locales. Reforecast WRF-NMM 27 km Europe. Run du 17.08.2014 06Z. (c) KERAUNOS

 

La masse d'air en présence sur la France est d'origine subtropicale, avec des valeurs de thêta'w supérieures à 15°C à 850 hPa sur la majeure partie du pays. La barre des 20°C est même dépassée à proximité des Cévennes (ci-dessous à gauche). Cet air très chaud et très humide est advecté vers la vallée du Rhône par un jet de basses couches de secteur sud, bien identifiable sur le champ de vent à 950 hPa (vers 500 mètres d'altitude) :

 

Thêta'w 850 hPa, le 17 août 2004 à 20h locales. Reforecast WRF-NMM 27 km Europe. Run du 17.08.2014 06Z. (c) KERAUNOS       Vent moyen 950 hPa et Z950, le 17 août 2004 à 20h locales. Reforecast WRF-NMM 27 km Europe. Run du 17.08.2014 06Z. (c) KERAUNOS

 

L'ensemble génère une situation très fortement instable sur la France, ainsi que sur le sud de l'Allemagne. Les valeurs de MUCAPE dépassent souvent 2.000 J/kg, avec MULI inférieurs à -5 K en vallée du Rhône :

 

MUCAPE et MULI, le 17 août 2004 à 20h locales. Reforecast WRF-NMM 27 km Europe. Run du 17.08.2014 06Z. (c) KERAUNOS

 

Il s'ensuit une véritable explosion convective en fin d'après-midi et soirée, notamment dans le quart sud-est du pays. Les deux images satellite ci-dessous témoignent de l'évolution de la situation entre 14h et 20h locales. On remarque tout particulièrement la constitution d'un MCS virulent et très vaste en vallée du Rhône, doté de plusieurs sommets pénétrants :

 

Image satellite du 17 août 2004 à 14h locales. (c) Météosat      Image satellite du 17 août 2004 à 20h locales. (c) Météosat