Le 8 septembre 1994, à 14h30 locales, une tornade d'intensité modérée (haut de l'échelon EF2) traverse deux communes du département des Alpes de Haute-Provence. Les dégâts sont localement importants, notamment à Cruis où les habitations et la végétation ont souffert.

La tornade de Cruis s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 2 cas pour les journées des 7 et 8 septembre 1994 (période de 24 heures glissantes), dont celui de Sougéal (Ille-et-Vilaine).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 4 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 400 mètres (jusqu'à 500 mètres au maximum)

* communes traversées : CRUIS (bois de l'Espinasse, la Lentilière), MONTLAUX (Sambuc), CRUIS (Bayard, Bel-Air, village)
* département : ALPES DE HAUTE-PROVENCE (04)
* altitude moyenne du terrain : 750 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation, autres territoires agricoles, landes et broussailles, forêt et végétation arbustive en mutation

* principaux dégâts : arbres déracinés, dont certains de bonne taille emmenés dans les airs (distance inconnue), toitures endommagées (>20%), toitures sérieusement endommagées, voire totalement soufflées, poteaux électriques et téléphoniques abattus (bois et béton), broyeur de 2 tonnes déplacé sur 5 mètres; caravane écrasée contre la façade d'une maison

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Cruis (Alpes de Haute-Provence) du 8 septembre 1994. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Un cerisier emporté à 200 mètres

La tornade de Cruis a longé le flanc sud de la montagne de Lure, sur un parcours d'au moins 4 kilomètres et une largeur moyenne remarquable de 400 mètres. Le phénomène s'est en outre illustré par d'importantes aspirations périphériques.
 
Vingt ans après les faits, un témoignage a pu être recueilli au hameau de Bayard, par X. Delorme. Le parcours de la tornade a pu être retracé avec précision sur ce secteur : sur une bande de terrain de 400 mètres de part et d'autres de la D951, selon une orientation OSO-ENE, la tornade endommage sérieusement plusieurs toitures et de nombreux arbres dans le bois de l'Espinasse. Les stigmates de la tornade sont toujours visibles en 2014 : sur le chemin de la Fourmi, un monument de faibles dimensions a été détruit. Un peu plus à l'est, près du ravin de Martinon, bordé de peupliers avant la tornade, un seul arbre est resté debout.
 
Ce témoignage vient s'ajouter à d'autres récits recueillis au lendemain de la tornade, et repris dans la presse locale. Tous s'accordent sur un phénomène d'une grande violence et d'une durée très brève, et dont les dégâts sont localement importants : arbres déracinés, dont certains de bonne taille emmenés dans les airs (distance inconnue), toitures sérieusement endommagées, voire totalement soufflées, poteaux électriques et téléphoniques abattus (bois et béton), broyeur de 2 tonnes déplacé sur 5 mètres, caravane écrasée contre la façade d'une maison. Selon un témoin, un cerisier aurait été emporté à 200 mètres de distance. Les dégâts observés partout ailleurs rendent cette observation crédible.
 
Après avoir quitté les fermes de la Lentilière, de Sambuc, de Bayard et de Bel-Air, la tornade traverse le centre de Cruis, en perdant fort heureusement de son activité. Quelques dommages sont toutefois observés sur l'église et sur quelques toitures. Un survol aérien de la zone sinistrée montre que des dégâts se produisent encore au nord-est du village, avant que la tornade ne se dissipe.  


* * *
 
Le journal La Provence consacre plusieurs articles à l'événement, notamment dans l'édition du 9 septembre 1994:
 
Une quarantaine d'habitations touchées et deux blessés

Tornade dévastatrice sur Cruis

Tout s'est passé de 14h30 à 14h45 environ, de façon violente et subite.

« Mon cousin M. Bouchet a vu une caravane sauter une voiture et s'écraser contre la façade d'une maison. Heureusement, son occupante n'y faisait pas la sieste comme d'habitude », raconte Paul Magdeleine, dont la grand-mère vit au Sambuc, la ferme la plus touchée. Cette dame de 89 ans a été recueillie dans sa famille à Aubignosc.

C'est à 200 mètres de cette habitation que la tornade a commencé ses ravages. Les fermes du Petit-Bayard, du Grand-Bayard, de La Fourmi et de Bel-Air ont vu presque toute leur toiture arrachée et les cloisons intérieures détruites.

Les habitants ont subi de front une tornade qui a déraciné les arbres et arraché partiellement les toitures. « Dans la maison, les cloisons se sont effondrées, raconte une sinistrée. Tout partait dans tous les sens, reprend Mme Borel. Une partie de la toiture a volé, de même que la cheminée. Sous l'effet du vent, le portail est sorti de ses gonds. Un arbre est tombé devant chez nous. Les sapeurs-pompiers sont venus l'enlever. Je peux dire que nous avons eu peur, mais il y a des gens plus mal lotis. »

Des gens qui ont vu la toiture s'effondrer dans la maison et chez qui il a plu. Un éleveur de lapins, M. Labrousse, a vu la presque totalité du toit du hangar, dans lequel étaient ses bêtes, s'arracher sous l'effet de la tempête. Un broyeur de deux tonnes a été déplacé sur 5 mètres, un lourd cerisier a été emporté à 200 mètres. Des dizaines d'arbres ont volé comme des brindilles au vent. Même la toiture de l'église, classée monument historique, a souffert.

Après la tornade, les gens sont sortis, afin d'essayer de remettre en état leur toiture. Les deux maçons de cette commune de 416 habitants ont été soudainement submergés de travail.