Le 20 septembre 1982, une tornade de forte intensité (EF3) frappe plusieurs communes du département français des Ardennes et de la province belge de Luxembourg. Le phénomène provoque des dégâts spectaculaires, notamment à Sachy (Ardennes, France) et à Florenville (section de Chassepierre, Belgique). Cette tornade a fait l'objet d'une publication par Guy Caniaux (Trombes et chutes de grêle du 20 septembre 1982 sur les Ardennes) en 1984.
 
La tornade de Sachy-Chassepierre s'inscrit dans un outbreak de tornades franco-belge (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas pour la journée du 20 septembre 1982, dont celui de Signy-l'Abbaye (Ardennes, France) et de Léglise (Province belge de Luxembourg) dont la trajectoire est détaillée dans ce dossier.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Sachy (08) du 20 septembre 1982* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 27 kilomètres
* largeur moyenne : 200 mètres
 
* communes traversées en France : VILLERS-DEVANT-MOUZON, AMBLIMONT (rives de la Meuse), SACHY, PURE (Messempré, bois de Pure)
* communes traversées en Belgique : FLORENVILLE (CHASSEPIERRE, AZY), CHINY
* département français: ARDENNES (08)
* province belge: PROVINCE DE LUXEMBOURG
* altitude moyenne du terrain : 250 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels, surfaces en eau

* principaux dégâts : arbres déracinés, arrachés, broyés, dont certains ont été aperçus dans la colonne (chênes, bouleaux) (distance inconnue); toitures arrachées; voiture soulevée sur 40 mètres et disloquée; pylônes électriques en ciment brisés net, dont un support de câbles à haute tension; animaux aspirés (moutons et veaux auraient été aperçus dans la colonne); débris projetés à plusieurs centaines de mètres (France); caravanes broyées, retournées et débris emportés sur plusieurs kilomètres (Belgique); eaux de la Meuse et d'autres rivières soulevées

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir:
 
Trajectoire de la tornade EF3 de Sachy (Ardennes) et de Chassepierre (Belgique) du 20 septembre 1982. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Deux tornades sur une trajectoire globale de près de 60 kilomètres

D'après les analyses météorologiques effectuées par Guy Caniaux, une cellule orageuse unique est à l'origine de dégâts venteux survenus en France et en Belgique sur une trajectoire totale de 60 kilomètres, entre les communes de Raucourt-et-Flaba (Ardennes françaises) et de Wisembach (Belgique). L'intégralité de la zone a fait l'objet d'une enquête de terrain et d'un survol aérien.
 
A partir de Villers-devant-Mouzon (17h55 locales), la nature tourbillonnaire des vents est confirmée. La tornade traverse respectivement Amblimont, Sachy, Pure, Florenville et Chiny (18h20 locales) avant de se dissiper temporairement à l'approche de la forêt de Suxy.

Après environ 12 kilomètres d'interruption au-delà de Chiny, la tornade réapparaît près du village de Léglise, qui est dévasté à 18h40 locales. Après un parcours plus chaotique, elle se dissipe définitivement à Wisembach (18h55 locales) près de la frontière luxembourgeoise.
 
Trajectoires des tornades EF3 de Sachy (Ardennes) et de Léglise (Belgique) du 20 septembre 1982 - L'interruption dans les dégâts est représentée par des tirets rouges. © Keraunos (fond de carte : Google Maps)
© Keraunos (fond de carte : Google Maps)
 
Compte-tenu d'une interruption significative des dégâts (plus de 10 kilomètres) entre les deux zones dévastées, nous pouvons considérer que deux phénomènes distincts se sont produits sous cette même cellule orageuse:
 
- la tornade de Sachy-Chassepierre en France et en Belgique (intensité EF3, trajectoire de 27 kilomètres),
- la tornade de Léglise en Belgique (intensité EF3, trajectoire de 18 kilomètres).
 
* * *
 
Aperçu des dégâts occasionnés par la tornade de Léglise (archives du journal belge L'Avenir):
 
Tornade EF3 de Léglise (Belgique) du 20 septembre 1982 - Vue générale. © Archives L'Avenir   Tornade EF3 de Léglise (Belgique) du 20 septembre 1982 - Dégâts sur l'église. © Archives L'Avenir   Tornade EF3 de Léglise (Belgique) du 20 septembre 1982 - Véhicule emporté et freiné dans sa course par un tronc d'arbre. © Archives L'Avenir
© Archives L'Avenir
 

Un outbreak de trois tornades pour la journée du 20 septembre 1982

L'importante dégradation orageuse survenue le 20 septembre 1982 en France et en Belgique est donc à l'origine de trois tornades survenues dans un périmètre restreint. Les dégâts matériels sont chiffrés à plusieurs millions de Francs.
 
Par miracle, aucune victime décédée n'est à déplorer, bien que la tornade ait traversé plusieurs zones habitées et dévasté des campings.
 

Publication scientifique

L'ensemble de l'épisode tornadique a fait l'objet d'une publication par Guy Caniaux (Trombes et chutes de grêle du 20 septembre 1982 sur les Ardennes) en 1984. Voici les conclusions concernant le cas de Sachy-Chassepierre:
 
Les premiers dégâts ne sont visibles qu'à Villers-devant-Mouzon. Une toiture est aspirée et projetée trente mètres plus loin. De nombreux arbres sont cassés ou déracinés. Des tôles ondulées sont retrouvées accrochées aux arbres, à plusieurs dizaines de mètres de leur point initial.

« Le tourbillon noir, d'environ cinquante mètres à la base, traverse la Meuse en faisant jaillir des gerbes d'eau », note un témoin à Amblimont.

A Tétaigne, village situé environ un kilomètre au sud de la trajectoire, des personnes interrogées ont observe une rotation cyclonique dans le tourbillon mais, à cette distance, elles n'ont ressenti aucun souffle de vent a son passage et noté aucune précipitation. Par contre, elles ont pu observer un éclair pratiquement au sein de la trombe, lorsque celle-ci traversait la Chiers en aspirant l'eau.

Poursuivant une trajectoire toujours rectiligne, la trombe dévaste en quelques dizaines de secondes l'entrée sud du village de Sachy. Un témoin décrit: « Hier, vers 18h (légales), je travaillais à mon silo de maïs, à proximité de la route de Messincourt à Sachy, lorsque mon attention fut attirée par un bruit sourd. Dans la prairie de Sachy, j'ai vu un tourbillon de poussière, se déplaçant à vive allure vers la commune. Au fur et à mesure que le tourbillon avançait, il brisait tout sur son passage et emportait les débris. Lorsque la tornade a atteint la voie ferrée, j'ai vu des débris importants s'élever à plus de deux cents mètres et retomber autour de nous. J'ai eu l'impression que le cyclone avait des difficultés à se diriger pour prendre la direction de Pure » (au flanc d'une colline relativement pentue). On a pu également observer que les nombreux arbres fruitiers situés en amont de ce relief étaient tous cassés au niveau du sol ou déracinés. Les débris arrachés ont été aspirés et projetés à des centaines de mètres plus loin, en général sur la gauche de la trajectoire.

Il est 16.05 h TU lorsque la trombe arrive sur Messempré, arrachant la toiture de la tribune du stade, déracinant un énorme marronnier, centenaire, de quelques dizaines de mètres de haut et au tronc impressionnant de deux mètres de diamètre. De petits étangs sont asséchés. Une voiture est projetée quarante mètres plus loin. Des témoins affirment avoir vu "voler" des moutons.

En forêt de Pure, quinze hectares de bois sont détruits ; sur le territoire belge plusieurs hectares de résineux paraissent avoir été sciés à la base.

A Chassepierre, le camping municipal, situé en aval d'un relief bordant la Semoy, a subi un sort peu commun: cent caravanes ont été broyées, retournées, emportées sur six kilomètres environ. Ici, à la différence de Sachy qui se trouvait en amont d'un relief, seuls les grands arbres sont endommagés et étêtés à leur sommet. Il semble donc qu'en aval d'un relief, le tourbillon de vent n'exerce qu'une action limitée au niveau du sol. Les dégâts sont dus en majeure partie à l'effet d'aspiration créé par la forte dépression qui règne au sein de la trombe. Celui-ci apparaît clairement dans les deux faits suivants.

Dans une habitation proche, les vitres et la porte d'entrée ont explosé vers l'extérieur. Une caravane a été soulevée avec ses occupants par la trombe qui l'a fait tourbillonner plusieurs fois avant de l'écraser contre des obstacles.

Il est environ 16.15h TU lorsque la trombe atteint le village d'Azy. A Chiny, elle a encore suffisamment de force pour abattre quelques arbres mais, dans la forêt suivante elle a dû disparaître puisqu'aucune trace n'est visible.

D'après tous les témoignages recueillis, la rotation du tourbillon était cyclonique et la trombe n'était accompagnée d'aucune précipitation lors de son passage. Sa durée de vie a été d'environ une demi-heure, sa vitesse de translation de 60 km/h, son sens de déplacement voisin de 60 °.