Une tornade de faible intensité (EF1) touche le quartier de Rosendaël, commune de Dunkerque (Nord) le 6 octobre 1981 vers 16h30 locales. Le phénomène provoque des dommages dans des serres et sur plusieurs bâtiments.

Il est à noter que la ville de Dunkerque sera de nouveau touchée par une tornade EF3 le 9 novembre 2001.
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 1,7 kilomètre
* largeur moyenne : 150 mètres

* commune traversée : DUNKERQUE (Rosendaël) (passage à niveau, centre commercial, église Saint-Zéphyrin, lycée Angellier, collège)
* département : NORD (59)
* altitude moyenne du terrain : 5 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : toiture complète du gymnase du lycée Angellier enlevée (matériaux légers); barrière du passage à niveau de la gare cassée net; vitrines de magasin brisées; nombreuses tuiles sur des maisons individuelles enlevées; faîtière de l’église Saint-Zéphyrin endommagée; 3000 mètres carrés de serres soulevées, bousculées dans un grand fracas de vitres brisées

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Dunkerque (Nord) du 6 octobre 1981. © Keraunos (fond de carte : Géoportail) 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Des barrières de passage à niveau cisaillées

La tornade de Dunkerque-Rosendaël s'est développée dans un rapide flux de sud-ouest dépressionnaire, en lien avec un minimum présent sur la péninsule Ibérique.
 
La Voix du Nord du 8 octobre 1981 établit une analogie avec la tornade de Pommereuil, en reconnaissant toutefois un niveau d'intensité moindre : "Il y avait eu Pommerœuil au sud du département du Nord, voici quelques années. Mardi soir, il y a eu Rosendaël… Sans que sur le plan de l’intensité, de la gravité, l’on puisse établir une totale analogie entre les deux événements, il n’en demeure pas moins que tout un quartier, situé à l’est de Dunkerque a été durement secoué par la tornade qui l’a traversé en empruntant un couloir – l’axe de la voie ferrée – de 200 mètres de large au grand maximum (voir «  La Voix du Nord » d’hier).

L’étonnant de l’affaire est, en effet, que le phénomène ait été très localisé. La progression du formidable tourbillon était hier, encore, très nettement marquée sur le terrain. Des barrières du passage à niveau de Rosendaël, littéralement cisaillées à la base, à la salle de sport du lycée Angellier, désormais « à ciel ouvert », les blessures laissées par le passage de la turbulence resteront longtemps apparentes."
 
Sur la base des informations disponibles, la trajectoire de la tornade est limitée à 1,7 kilomètre, sur une largeur moyenne de 150 mètres. Le couloir de dégâts, parfaitement délimité, s'étire du passage à niveau de la D204 au collège de Rosendaël, selon un sens de déplacement Sud-Ouest/Nord-Est.
 
Les dégâts, qui relèvent de l'intensité EF1, sont détaillés dans la suite de l'article :

Ainsi, chez ce maraîcher, M. Yvon Vervoort, dont 3 000 mètres carrés de serres ont été soulevées, bousculées dans un grand fracas de vitres brisées, tandis que le rosendaëlien et son épouse trouvaient juste le temps de se réfugier sous un chariot.

Ainsi encore, sur le parking de cette grande surface d’où les clients ont vu s’envoler d’immenses panneaux publicitaires emportés comme fétus de paille.

Ainsi, toujours dans l’établissement scolaire déjà cité (fort heureusement les élèves étaient en cours à ce moment là), les éléments de toitures, celle du gymnase et du garage à bicyclettes, ont pu s’éparpiller alentour, traverser un boulevard, sans autres dommages que matériels.

Pas de victimes donc, mais d’importants dégâts sur les toitures des maisons particulières, dans le supermarché et l’église Saint-Zéphyrin, restés hier d’accès interdit, parmi les voitures regroupées sur les parkings environnants…

Hier après-midi, la municipalité de Dunkerque a réuni ceux de ses administrés qui avaient subi peu ou prou, les effets de la tornade. De 150 à 200 personnes avaient répondu à l’appel. Le conseil municipal tiendra, ce soir une réunion exceptionnelle pour demander que le quartier soit classé « zone sinistrée ».
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).