Le 8 mai 1923 dans l'après-midi, une tornade d'intensité modérée (EF2) est aperçue dans plusieurs communes d'Ille-et-Vilaine, dont Tremblay qui apparaît la plus sinistrée. Le phénomène blesse au moins deux personnes, dont l'une grièvement. En raison d'une enquête de terrain partielle, la trajectoire définitive du phénomène reste indéterminée à ce jour.
 
La tornade de Tremblay s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 8 mai 1923, dont celui du Ménil-de-Briouze (Orne) survenu trois-quarts d'heure plus tôt.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF2 de Tremblay (Ille-et-Vilaine) du 8 mai 1923* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 14,7 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : SAINT-RÉMY-DU-PLAIN (la Touche, Guette, le Plessis), ROMAZY (la Genais), TREMBLAY (Rinan, le Bois Briand, la Croix Blanche, la Daie)
* département : ILLE-ET-VILAINE (35)
* altitude moyenne du terrain : 70 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : pommiers et cerisiers arrachés par centaines ; chênes robustes déracinés et déposés à quelques mètres ; toitures de bâtiments (corps de ferme, dépendances, habitations) arrachées et murs lézardés ; plusieurs hangars entièrement détruits, dont l'un entièrement soufflé ; pans de toitures déposés entiers à une certaine distance

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
  

Trajectoire de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Des dégâts venteux sur une trajectoire de 38 kilomètres

La tornade de Tremblay du 8 mai 1923 survient au sein d'une dégradation orageuse de grande ampleur dans le département de l'Ille-et-Vilaine. Selon toute vraisemblance, une structure de type supercellulaire a transité sur le Nord du département entre Aubigné et Saint-Georges-de-Reintembault, en passant par Feins, Saint-Rémy-du-Plain, Tremblay, Saint-Brice-en-Coglès, Montours et le Ferré, soit sur un parcours de 38 kilomètres.

D'après les témoignages recueillis et une enquête de terrain partielle menée par une équipe de l'Ouest-Eclair, des vents de nature tourbillonnaire sont attestés au sein de cet axe sur une portion de près de 15 kilomètres entre Saint-Rémy-du-Plain et Tremblay. La trajectoire pourrait être supérieure mais la nature des vents en amont et en aval de ce couloir n'a pas pu être déterminée.

Les témoins, qui ont vu la tornade dans le secteur de Tremblay, évoquent "une sorte de ronflement sourd" qui accompagne une "masse nuageuse qui s’abaisse vers le sol, se forme en sorte de cône qui bientôt touche terre et se met à tourner avec un mouvement giratoire de plus en plus accentué." Sur le parcours du phénomène, les dommages relèvent d'une intensité EF2 :
pommiers et cerisiers arrachés par centaines, chênes robustes déracinés et déposés à quelques mètres, toitures de bâtiments (corps de ferme, dépendances, habitations) arrachées et murs lézardés, plusieurs hangars entièrement détruits, dont l'un d'eux est rasé et dispersé, pans de toitures déposés entiers à une certaine distance.

Deux personnes sont blessées suite à cette tornade : un homme est enseveli à moitié sous les débris de sa grange, un autre est gravement blessé par la chute d'une poutre. On cite également plusieurs victimes animales, mais dont le nombre exact n'est pas connu.

Un mois après l'événement, les pertes constatées par les commissaires vérificateurs et l'administration des contributions directes se montent à 1 127 743 Francs. Plusieurs communes atteintes par le vent ou la grêle ont également présenté des demandes collectives de remises d'impôts


Un outbreak remarquable mais localisé dans l'Ouest

Les tornades de Tremblay et du Ménil-de-Briouze prennent part à une dégradation orageuse remarquable, principalement dans l'Ouest de la France où la Bretagne et la Normandie sont les régions les plus durement touchées. En plusieurs points des Côtes-d'Armor et de la Manche, on signale notamment des inondations causées par des pluies orageuses diluviennes.

Mais c'est sans conteste en Ille-et-Vilaine et dans l'Orne que la dégradation orageuse est la plus remarquable. Un premier axe orageux virulent, qui prend naissance dans la région de Rennes, provoque des chutes de grêle destructrices entre Domloup et la Bouëxière vers 15 heures locales. Cet axe prend ensuite la direction de Fougères, puis probablement du Nord de la Mayenne et de l'Orne, avant de provoquer des chutes de grêlons exceptionnelles à Domfront (16h30 locales), une tornade d'intensité EF3 au Ménil-de-Briouze (17 heures locales), puis de nouvelles chutes de grêle destructrices entre Trun et Vimoutiers (18 heures locales). Selon toute vraisemblance, cet axe orageux a pu évoluer en structure de type supercellulaire a minima dans l'Orne, si l'on analyse précisément la répartition des zones dévastées à la fois par le vent et la grêle, et leur niveau d'intensité.

Un second axe orageux virulent, qui se déclenche entre 17h30 et 18 heures locales au Nord de l'Ille-et-Vilaine, est exclusivement marqué par des dégâts venteux sur une bande de terrain large de plusieurs kilomètres. Au sein de cet axe, une tornade d'intensité EF2 est observée dans la région de Tremblay. Plusieurs communes situées en périphérie Sud sont également sinistrées par le vent. L'hypothèse d'une structure de type supercellulaire HP est rendue possible après analyse de la répartition des dégâts venteux, de la reconstitution chronologique de l'événement, et du contexte météorologique qui prévalait le 8 mai 1923 (voire analyse ci-après).

Carte synthétique des principaux événements météorologiques survenus entre l'Ille-et-Vilaine et l'Orne durant l'après-midi du 8 mai 1923 (en bleu : chute de grêle remarquable, en jaune : axe venteux, en rouge : tornade).

© Keraunos (fond de carte : Google Mymaps)


En savoir plus sur les tornades