Le 25 mai 1948, une tornade d'intensité modérée (haut de l'échelon EF2) traverse toute la moitié nord de l'agglomération de Vannes, dans le Morbihan. Ses effets se font particulièrement sentir à Saint-Avé où les dégâts sont nombreux. Faute de reconnaissance de terrain, la trajectoire totale du phénomène reste indéterminée à ce jour.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Saint-Avé (56) le 25 mai 1948intensité maximale : EF2, soit des vents estimés de 175 km/h à 220 km/h
* distance parcourue : 14 kilomètres (distance retenue à ce jour)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : ARRADON, VANNES (le Vincin, Menimur, Saint-Guen), SAINT-AVÉ (la Briqueterie, chapelle Notre-Dame-du-Loc), MONTERBLANC
* département : MORBIHAN (56)
* altitude moyenne du terrain : 40 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : arbres déracinés ou brisés net et projetés sur des maisons ; toitures arrachées ; hangars détruits ; tôles expédiées à 2 kilomètres ; deux adolescentes soulevées de terre puis projetées à 20 mètres ; clocher de la chapelle Notre-Dame-du-Loc détruit

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Saint-Avé (Morbihan) du 25 mai 1948. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Le clocher d'une chapelle est détruit par la tornade

La tornade de Saint-Avé a fait l'objet d'un compte-rendu de Météo-France pour l'année 1948 : « Le 25 mai 1948, une violente tornade démarre d'Arradon au bord du golfe, puis termine son périple à une vingtaine de kilomètres plus loin au nord-est de Vannes. Les dégâts, comparés à l'époque aux conséquences d'un bombardement, sont nombreux. Entre autres, il est dénombré des arbres projetés sur des maisons, un champ de pommiers déraciné sur 100 mètres, des toitures arrachées, une briqueterie totalement détruite, des tôles expédiées à 2 kilomètres et deux adolescentes soulevées de terre puis projetées à 20 mètres. »
 
Un autre témoignage recueilli auprès d'une habitante des lieux a permis de reconstituer le phénomène entre Arradon et le nord-est de Saint-Avé en direction de Monterblanc. En amont et en aval de ce couloir, aucune information complémentaire n'a pu être recueillie. La trajectoire de 14 kilomètres correspond donc aux deux points extrêmes connus à ce jour.
 
Ce même témoin a gardé un vif souvenir de la tornade de Saint-Avé : « Je me trouvais dans le champ à garder le troupeau de vaches, quand j'ai aperçu un mur noir devant moi et un bruit de moteur d'avion ou d'un train - le temps de se jeter à terre et de voir tout voler ».
 
Parmi les dégâts qu'elle a provoqués, la tornade a notamment détruit le clocher de la chapelle de Notre-Dame-du-Loc, à Saint-Avé. Plusieurs hangars d'une briqueterie ont également été détruits.