Le 17 septembre 1867, vers 19 heures, une tornade meurtrière de forte intensité (EF3) dévaste une cinquantaine d'habitations dans la campagne de Seillans, dans le Haut Var. Une personne meurt écrasée sous les décombres.
 
La tornade de Seillans s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 17 septembre 1867, dont la tornade EF1 de Bormes-les-Mimosas (Var).
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Seillans (83) du 17 septembre 1867intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 6 kilomètres
* largeur moyenne : 150 mètres

* commune traversée : SEILLANS (Notre-Dame de l'Ormeau, le Cuinier)
* département : VAR (83)
* altitude moyenne du terrain : 450 mètres
* type de terrain : territoires agricoles ; forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : énormes chênes blancs tordus ; arbres séculaires déracinés ou brisés (nature non précisée) ; cyprès arrachés ; vergers d'oliviers dont il ne reste pas trace (supposés arbres entiers emmenés à très grande distance) ; environ 50 petites maisons endommagées, renversées ou détruites jusqu'aux fondations ; toiture d'une chapelle arrachée ; objets lourds soulevés à grande hauteur ; débris divers transportés à de grandes distances

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF3 de Seillans (Var) du 17 septembre 1867. © Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
 

Environ 50 petites habitations endommagées ou détruites

Dans une lettre publiée dans le bulletin hebdomadaire de l'association scientifique de France, MM. Teulon et Allongue retracent le parcours et les dégâts occasionnés par la tornade de Seillans du 17 septembre 1867.
 
Sur une trajectoire de 6 kilomètres et une largeur moyenne de 150 mètres, la tornade de Seillans, accompagnée d'un bruit sourd caractéristique, s'est déplacée du Sud/Sud-Ouest vers le Nord/Nord-Est, en épargnant le cœur du village. L'analyse de la projections des débris montre que ceux-ci sont orientés vers le Nord-Ouest : tout porte à croire que la tornade, qui pourrait avoir adopté un sens de rotation cyclonique, a produit l'essentiel des dommages sur le flanc droit de son axe principal.
 
Selon une vitesse de déplacement estimée à 30 km/h environ, la tornade provoque de gros dégâts sur la végétation et les habitations : d'énormes chênes blancs sont tordus et de gros cyprès déracinés. D'autres arbres séculaires sont déracinés ou brisés. Des vergers d'oliviers sont également détruits et les parcelles ont disparu (nous pouvons donc supposer que les arbres entiers ont été brisés à la base et emmenés à distance). A travers la campagne, environ 50 petites maisons sont endommagées, renversées ou détruites jusqu'aux fondations et leurs débris projetés à distance vers le Nord-Ouest. Enfin, la toiture de la chapelle de Notre-Dame de l'Ormeau est arrachée, bien que les voûtes aient tenu bon. Des objets lourds sont également soulevés à grande hauteur, et des débris divers transportés à de grandes distances.
 
La tornade de Seillans, accompagné de grêlons amalgamés de petit diamètre, a tué une femme et plusieurs animaux. D'autres personnes, piégées dans l'effondrement de leurs maisons, ont pu être secourues.
 
Compte tenu de la structure de l'habitat détruit et des projections à distance, la tornade de Seillans peut être classée EF3 sur l'échelle améliorée de Fujita.
 

En savoir plus sur les tornades