Le 6 juin 1859, une tornade de faible intensité (EF1) est observée sur le territoire d'Azé, dans le Loir-et-Cher. Au-delà des dégâts habituels observés sur la végétation, le tourbillon soulève les eaux d'un cours d'eau à grande hauteur.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade d'Azé (41) le 6 juin 1859intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 1,5 kilomètre
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : AZÉ
* département : LOIR-ET-CHER (41)
* altitude moyenne du terrain : 92 mètres
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : pommiers couchés, tordus ou arrachés ; gros arbres déracinés, dont l'un porté à 9 mètres de distance ; presque toutes les tuiles d'une auberge enlevées ; champ de seigle broyé comme avec un rouleau ; eaux soulevées à une hauteur de 8 mètres environ ; plusieurs arpents de vigne dépouillés de leurs échalas ; foins enlevés et dispersés

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Parcours de la tornade



Un nuage noir et rougeâtre en forme de spirale

Les informations sur la tornade d'Azé du 6 juin 1859 sont détaillées dans l'annuaire de la société météorologique de France (1859), qui communique une note rédigée par E. Renou. Ce dernier, qui a pu se rendre sur les lieux, a recueilli de nombreux témoignages et évalué l'intensité des dommages causés par le phénomène.

Selon toute vraisemblance, la tornade a pris naissance au Sud du village d'Azé, sur les bords du ruisseau du Boulon, peu après quatre heures de l'après-midi : "On a vu d'abord, comme dans toutes les trombes, un entonnoir descendre des nuages en formant en bas une pointe aiguë. Aussitôt que cette pointe a touché le sol, elle s'est épanouie rapidement, et alors tous les objets qui se trouvaient sur son passage, les pierres des champs, l'eau du gouffre ou celle de la rivière, tous ces objets enfin étaient enlevés et portés à une hauteur considérable."

Accompagnée d'un bruit caractéristique, la tornade attire l'attention de nombreux habitants, parfois à plusieurs kilomètres de distance. D'après la France Centrale du 11 juin 1859, les dommages sont observés sur un parcours de 1,5 kilomètre, bien que la trajectoire exacte et le sens de déplacement ne soient pas déterminés avec certitude.

Les dommages relèvent d'une intensité EF1 et concernent essentiellement la végétation et les cultures : pommiers couchés, tordus ou arrachés, gros arbres déracinés, dont l'un d'eux transporté à 9 mètres de distance, presque toutes les tuiles d'une auberge enlevées, champ de seigle broyé comme avec un rouleau, plusieurs arpents de vigne dépouillés de leurs échalas, foins enlevés et dispersés. On signale également que les eaux du Boulon se sont soulevées à une hauteur de 8 mètres environ.

Il est à noter que la tornade d'Azé s'accompagne d'un orage très pluvieux. Plusieurs prairies de la vallée du Boulon sont temporairement inondées. A Galette, le chantier de réparation du pont est même envahi et les matériaux enlevés. Enfin, on signale de la grêle à Mazangé et certaines maisons sont inondées par 30 centimètres d'eau.

La tornade d'Azé a été vue durablement par de nombreux témoins, y-compris jusqu'à Vendôme. Beaucoup décrivent un entonnoir qui paraissait complètement immobile. D'après les horaires communiqués par ces témoins, le tourbillon semble avoir perduré plus d'une heure, probablement sous la forme d'un tuba.
 

En savoir plus sur les tornades