Dans la nuit du 30 janvier 1836, une tornade meurtrière de forte intensité (EF3) traverse l'ouest de la commune de Trébeurden, dans les Côtes-d'Armor. Issu d'une trombe marine, le phénomène détruit notamment le sémaphore de Bihit et le hameau de Trozoul, dont les maisons ne seront jamais reconstruites. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Trébeurden (22) du 30 janvier 1836intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 1,9 kilomètre
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : TRÉBEURDEN (Trozoul, sémaphore de Bihit)
* département : CÔTES-D'ARMOR (22)
* altitude moyenne du terrain : 30 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, zones humides

* principaux dégâts : 19 chaumières détruites (pas plus d'informations) ; talus, arbres et maisons renversés, déracinés, enlevés, dispersé ou détruits

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Trajectoire présumée de la tornade EF3 de Trébeurden (Côtes-d'Armor) du 30 janvier 1836. © Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)

 

Le sémaphore de Bihit et le hameau de Trozoul détruits

Selon toute vraisemblance, la tornade de Trébeurden, issue d'une trombe marine, est rentrée dans les terres au niveau de Trozoul, avant de traverser le secteur du sémaphore de Bihit.
 
Survenue dans un contexte de traîne active (de l'orage est signalé le même jour à Saint-Brieuc et à Pordic), la tornade de Trébeurden est remarquable par son intensité en pleine saison hivernale : au hameau de Trozoul, 19 habitations sont détruites et quatre enfants sont écrasés sous les décombres. Plusieurs d'entre eux (le nombre est incertain) périssent.
 
D'après le Lloyd Nantais du 9 février, la tornade dévaste tout sur son passage sur un parcours de 2 kilomètres : "Cette trombe dépassant presqu'aussitôt la pointe de cette île (Milliau), entre sur la commune de Trébeurden qu'elle sillonne l'espace d'une demie-lieue, dans la direction du Nord-Est [Ouest] au Sud-Est. Talus, arbres, maisons, en un mot, tout ce qui se trouve sur le passage de cet effrayant météore, est en un clin-d'oeil renversé, déraciné, enlevé, dispersé ou détruit." Le sémaphore de Bihit, situé dans l'axe du tourbillon, est également démoli.
 
En l'absence d'informations plus détaillées sur la structure du sémaphore et la nature de l'habitat dévasté, la tornade de Trébeurden est classée EF3 sur l'échelle de Fujita.
 
La tornade de Trébeurden a marqué les esprits du village, dont certains ont cru, à tort, à un raz-de-marée. Les habitants sinistrés du hameau de Trozoul n'ont jamais rebâti leurs maisons et ont dû s'installer dans le quartier voisin de Bonne Nouvelle.
 
 

En savoir plus sur les tornades