Martial Romero était positionné en Haute-Loire le 16 août. Il nous livre son récit et ses clichés.

Je vous partage l'expérience d'une séquence surréaliste dans l'Est de la Haute-Loire hier dimanche 16 Août 2020, avec la formation d'une brève supercellule anticyclonique à moins de 5km de ma position. Une nouvelle fois, les orages me rappellent qu'il n'y a pas nécessairement le besoin d'avoir la foudre en visuel pour pouvoir assister à des instants magiques.

Il est 17h20, lorsqu'un orage organisé en petite ligne remonte en direction du nord-est en longeant la frontière Haute-Loire / Ardèche. A hauteur d'Yssingeaux, une structure très suspecte se forme sur le flanc ouest de la petite ligne, à l'avant immédiat du bord d'attaque de la cellule.




L'orage a maturité constitue un arcus très rapidement à 17h25, les rideaux de précipitations ne sont plus très loin. Je garde un oeil attentif sur les bases surbaissées suspectes, et je contemple cet arcus qui ne rentre même pas totalement dans le cadre à 16mm. Le tonnerre est constant, mais la foudre n'est pas en visuel, tout se produit visiblement derrière les rideaux compacts.




A 17h27, j'assiste à un dédoublement supercellulaire. A ma droite (à l'ouest du système, géographiquement), l'ambiance devient carrément surréaliste, une partie de l'arcus se déchire, comme si il était arraché de force, et je commence à distinguer deux noyaux orageux bien distincts dans le ciel dont celui de droite présentant une rotation nette, plus aucun doute il s'agit bien d'un "split", j'assiste à la naissance d'une supercellule anticyclonique.




17h30, la supercellule fille se détache complètement de la cellule mère, et prend une trajectoire plein nord alors que les autres orages continuent leur route en direction du nord-est. L'imagerie radar le confirme une nouvelle fois.




A 17h32, la rotation est intense, parfaitement visible à l'oeil nu sans faire d'accéléré.




A 17h35 je suis contraint de me replier dans la voiture, et se sont des seaux de grêle qui se déversent sur le secteur.
En 10 ans de chasse à l'orage, c'est la toute première fois que j'ai le privilège de pouvoir assister d'aussi près à un split supercellulaire. C'était intimidant, effrayant, fascinant.


Merci, merci au ciel pour m'avoir offert ce spectacle.





Imagerie radars du phénomène, source Infoclimat: