Gaël Caplain était positionné en Picardie le 26 et 27 juin. Il nous livre son récit et ses clichés.

Bonjour à tous.

Après une courte nuit, plusieurs cellules isolées ont longé la côte d'opale. Une nouvelle journée chargée s'annonçait.

En effet vers 16h je décidais de prendre la route direction Amiens pour rejoindre mes compères de chasse Antoine Douniol et Alex Jannequin qui étaient déjà sur place pour intercepter une première grosse cellule qui avait pris naissance un peu plus au sud. Le temps de faire la route je pars de chez moi où il faisait seulement 19°C à cause de la brume maritime, arrivé sur Amiens un peu avant 17h où il faisait encore 29°C.

Je suis donc accueilli sous un véritable déluge et les conditions de circulation deviennent vite très compliquées.

Je rejoins tant bien que mal mes compères de l'autre côté de la ville ou ils étaient complètement au sec.

Pas le temps de s'attarder que de nouvelles cellules s'activent, nous décidons de retourner sur Amiens au niveau de la gare de péage de Dury pour contempler la très grosse cellule nous foncer droit dessus.

Petit replacement stratégique afin d'éviter les précipitations intenses qui arrivent. Nous décidons de partir vers le mémorial australien de Villers-Bretonneux mais arrivés sur place celle-ci a énormément perdu en activité.

Nous décidons de continuer vers l'est en direction de Peronne en faisant plusieurs arrêts minutes pour prendre quelques clichés de foudre. Nous retournons du côté de Ham pour capturer les magnifiques ambiances à l'arrière de l'orage qui file à toute vitesse et donc impossible pour nous de repasser devant.

Ensuite nous prenons la route vers Saint-Quentin pour se restaurer et rejoindre les copains Fabrice Bigand et Flo Bigand qui étaient également dans le secteur et qui ont fait de superbes clichés et dont je vous invite à aller visiter leurs pages photos.

Par la suite, nous décidons de partir sur la ville de Laon pour un festival nocturne prévu par les modèles. En effet, nous avons eu le droit à une succession de cellules lâchant par grappes de magnifiques impacts ramifiés en air sec. 

Vers 4h30, ce n'est plus qu'un amat pluvieux, il est temps de renter sur la côte.

Voici l'un des nombreux impacts tombant dans la mer 




Voici un second ramifié et en air sec toujours sut la côte d'opale 




Nous voilà maintenant face à une jolie supercellule à Dury au sud d'Amiens 


Premier impact nocturne du côté de Laon sous un petit monocellulaire 




Peu de temps après il lâchât plusieurs grappes de ramifiés toujours en air sec. D'ailleurs vous pouvez apercevoir le rideau de pluie à l'arrière 




Puis une seconde tout aussi magnifique.

Tandis que j'observe des flashs sur ma droite un nouveau mono commence à s'activer 




Ni une ni deux je change de direction et bingo !!

Encore une fois une jolie grappe de ramifiés




Celui ci est noyé dans les précipitations.

Et peu de temps après, nous avons du replier le temps de laisser la cellule nous passer dessus en perdant en activité car à l'arrière d'autres cellules remontent et sont au niveau de Soissons




Le temps que la cellule arrive à notre hauteur.

Un joli nuage rouleau se forme, masquant une partie des impacts tombant.

Par la suite celui-ci se transformera en un très joli et esthétique arcus 




Où l'activité électrique se fera essentiellement intranuageuse et quelques impacts noyés dans les précipitations arrivent à apparaître. 




La fin de la chasse se termine sous un amas pluvieux.

Mais voici donc une superposition de deux clichés pour clôturer le festival auquel nous avons pu assister.