Guillaume Scheib était positionné dans le Jura le 6 juillet. Il nous livre son récit et ses clichés.


Durant l'après-midi du samedi 06 Juillet 2019, nous nous rendons (moi ainsi que mon compère Alexandre Nicolle) dans la zone potentiellement orageuse bien au sud de notre région natale. Etant donné les incertitudes sur les mailles fines nous visons large et nous nous positionnons entre Lons-le-Saunier et Bourg-en-Bresse afin d'anticiper un quelconque déplacement vers le nord ou le sud. 

Durant l'après-midi, de nombreuses cellules circulent sur le lyonnais ainsi que sur le Massif-Central, nous décidons de rester sur place. Les cellules orographiques perdent systématiquement leur caractère orageux en abordant la plaine. Malgré cela quelques bandes d'altocumulus se forment à quelques kilomètres d'ici. L'ambiance devient orageuse mais ne menace pas directement notre position. Les heures passent, la lumière décline et les ambiances deviennent sympathiques 




Au début de l'heure bleue, les reliquats d'un cumulonimbus dévoilent de petits mammatus rougeoyants. La nuit va s'apprêter à tomber, pour l'instant la situation est encore calme. 




Après 23h nous remarquons qu'une petite cellule orageuse prend notre direction sur le radar, mais elle semble rapidement perdre en intensité. C'est sans compter sur la naissance d'une nouvelle cellule orageuse directement à l'avant. Immédiatement la foudre se montre généreuse. L'ensemble est encore loin, je visse le 85mm et réalise quelques captures




La foudre chute à plusieurs reprises sous une seule et même impulsion




Cette réalisation issue d'une minute de pose illustre l'activité électrique de l'orage qui pendant quelques minutes ne fais que de poser de la foudre en air sec.




Capture montrant une grosse initiation électrique particulièrement ramifiée, l'intégralité de cette décharge s'est manifestée en une impulsion.




L'orage se rapproche, il est temps de passer au 50mm car la foudre commence à tomber un peu partout.




Peu avant de me réfugier dans la voiture je monte le grand angle. J'ai juste le temps de claquer la porte de la voiture qu'un triple impact tombe devant nous, la décharge du milieu est imprimée sur le capteur, celle de droite, bien plus proche encore est hors cadre, mais les ramifications sont partiellement identifiables. 

Il s'en suivra quelques belles décharges proches, mais l'orage passe rapidement et le ciel devient très clair directement à l'arrière sans aucun nuage parasite laissant admirer le magnifique cumulonimbus s'illuminer par de fréquents éclairs

Par la suite d'autres chasseurs viendront sur le spot, un nouvel orage approche, très linéaire, mais avec très peu de foudre. Il nous évitera de peu. 

En fin de nuit, quelques nouvelles tentatives tentent d'aboutir à un orage, sans résister durablement. L'heure du retour à sonné et met fin à une belle séquence orageuse.