Benoit Colomb était positionné en Haute-Loire le 13 juin. Il nous livre ses clichés et son récit. 


Il est 17h30, cette image est prise un peu avant Langogne (48). Le cumulonimbus qui à pris naissance aux Estables (43) gonfle déjà depuis 1h30, son activité électrique est déjà très intense :



18h - Je m'approche du monstre en gardant mes distances, je me positionne tout d'abord du côté de Landos (43) 
Quelques mammatus se forment au-dessus de moi :



Un éleveur fait vite rentrer ses vaches, l'instabilité est perceptible, la tempête approche :



La structure déjà bien en place continue à gonfler, elle aspire tout autour d'elle :





Je rejoins Yannick placé entre Ussel et Bargès. Après avoir tenté d'avancer sur Costaros (43), on se retranche une dizaine de kilomètres plus au sud. On ne souhaite pas se retrouver sous la grêle et sous de grosses lames d'eau :



19h30, On se replie à nouveau à l'arrière sud-ouest de la cellule pour éviter la pluie. Le petit village de la Fagette est à une dizaine de km des averses de grêle :



Déjà près de 3h que cet orage déverse sa colère sur le secteur. Le radar kéraunique s’affole, plusieurs milliers d'éclairs sont déjà comptabilisés. Surtout des intranuageux, mais la nuit commence à tomber et on espère bien avoir quelques impacts visibles :




Vue panoramique de l’arrière de la cellule :



21h- On apprend que Costaros est inondée, et que la route est coupée :



On se dirige alors un peu plus vers l'est du côté de Coucouron :



Il est 21h30, l'activité de la cellule commence à faiblir un peu mais elle est encore bien active. Les premiers éclairs sont enfin visibles :





Triple impact ramifié :