Les deux premières décades du mois de mai qui viennent de s’achever se distinguent par une situation atypique par son caractère très contrasté.

En effet, l’anomalie d’instabilité* a été nettement positive sur le sud du pays du 1er au 20 mai, avec des valeurs de 40 à 50% supérieures à la normale. Entre Aquitaine et sud des Alpes, cette période se positionne généralement comme la plus instable depuis au moins une dizaine d’années.

A l’inverse, les régions de la moitié nord, confrontées à une dominante anticyclonique particulièrement tenace, ont connu deux décades extrêmement stables, avec des déficits de MUCAPE* qui sont même exceptionnels des Hauts-de-France à la Lorraine. Sur ces régions, le déficit approche localement 90%, ce qui positionne ces deux décades parmi les plus stables depuis les années 1940. Sur le Nord – Pas de Calais, il s’agit même des deux premières décades de mai les plus stables depuis 1963. Sur le nord de la Lorraine, il n’y a pas d’équivalent observé depuis au moins 75 ans et ces deux décades de mai 2020 constituent donc le nouveau record dans ce domaine.

La semaine à venir devrait conforter cette tendance, avec le maintien de conditions fortement anticycloniques, stables et sèches sur le nord de la France.

* l’instabilité latente est ici évaluée sur la base de la MUCAPE (Most Unstable Convective Potential Energy)