Le 23 août 1865, une tornade de forte intensité (EF3) ravage plusieurs communes de la vallée de l'Oise, dont Ribécourt-Dreslincourt qui apparaît la plus éprouvée. Les dégâts sont considérables dans plusieurs localités.

La tornade de Ribécourt-Dreslincourt s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 5 cas pour la journée du 23 août 1865, dont la la tornade EF2 d'Orry-la-Ville (Oise), la tornade EF1 de la Neuville-Bosmont (Aisne), la tornade EF2 de Sissonne (Aisne) et la tornade de Sinsin (province de Namur, Belgique).

Cet outbreak est probablement l'un des plus intenses du XIXe siècle en France et en Belgique.
 

Principales caractéristiques de la tornade                                                                      

* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 13 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 50 mètres

* communes traversées : COUDUN, MÉLICOCQ, MACHEMONT, CAMBRONNE-LÈS-RIBÉCOURT, RIBÉCOURT-DRESLINCOURT, PIMPREZ
* département touché : OISE (60)
* altitude moyenne du terrain : 70 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : environ mille arbres, dont certains ayant jusqu'à 2 mètres de circonférence à la base, déracinés ou brisés ; toitures enlevées ; bâtiments détruits à Ribécourt ; cultures anéanties

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade 



Bâtiments renversés et toitures emportées

La tornade de Ribécourt-Dreslincourt se produit quarante minutes après la tornade EF1 de la Neuville-Bosmont (dans le département voisin de l'Aisne) à 70 kilomètres de là.

Le phénomène, qui évolue du Sud-Ouest vers le Nord-Est (240°) survient au sein d'une cellule orageuse grêligène virulente, probablement de type supercellulaire, et qui traverse les territoires de Coudun, Villers-sur-Coudun, Marest-sur-Matz, Mélicocq, Machemont, Cambronne-lès-Ribécourt, Ribécourt-Dreslincourt, Pimprez et Carlepont, où les récoltes sont perdues.

Entre Coudun et Pimprez, sur une trajectoire minimale de 13 kilomètres, une tornade d'intensité EF3 provoque de très gros dégâts, notamment à Ribécourt-Dreslincourt22 bâtiments sont renversés et des arbres ayant jusqu'à 2 mètres de circonférence, brisés net à la base. Dans la commune voisine de Machemont, onze toitures sont arrachées. A Coudun, environ 1000 arbres sont abattus.

Outre les dégâts causés par la tornade, on signale également des inondations dans les maisons. Les pertes sont évaluées à 20 000 Francs à Ribécourt. Aucun blessé n'est toutefois à déplorer suite à cette tornade. 

Un outbreak franco-belge remarquable

L'outbreak du 23 août 1865 coïncide avec une importante dégradation orageuse qui circule entre le Nord de la France et le Sud de la Belgique, et plus particulièrement :

- dans l'Oise, l'Aisne, les Ardennes, la Marne, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle pour la partie française,
- dans les provinces de Namur, de Liège et de Luxembourg pour la partie belge.

Entre 12h00 et 14h10, quatre tornades (dont trois presque simultanées) sont observées en Picardie et provoquent de nombreux dégâts, sans toutefois causer de victimes :

- tornade EF2 à Orry-la-Ville (Oise) à 12h00 locales,
- tornade EF1 à la Neuville-Bosmont (Aisne) à 13h30 locales,

- tornade EF2 à Sissonne (Aisne) à 13h50 locales,
- tornade EF3 à Ribécourt-Dreslincourt (Oise) à 14h10 locales.

En Belgique, entre 15h30 et 17h00 environ, des orages très venteux sont signalés dans trois provinces de la région Wallonne. A Theux (province de Liège), des arbres sont couchés sur la voie de chemin de fer. A Eneille (Durbuy, province de Luxembourg), des peupliers d'un mètre et demi de tour sont brisés net et les cimes projetées à de grandes distances. En province de Namur, les dégâts sont très importants dans le périmètre de Jannée, d'Haversin (Ciney) et de Sinsin (Somme-Leuze). Dans cette dernière localité, une tornade provoque des dégâts sur de la végétation : "A une demi lieue du village, un amas de vapeurs venait de l'Ouest et se dirigeait vers l'Est. Les nuages environnants semblaient venir se fondre dans un énorme cône de plus de trente mètres de diamètre. Il s'avançait avec une rapidité effrayante, animé d'un mouvement giratoire très remarquable et d'une violence incroyable. Il parcourait une zone de deux cents mètres de largeur environ. La trombe lançait la foudre et était accompagnée d'une pluie torrentielle. Soixante-deux peupliers très gros ont été cassés net à deux ou trois mètres de hauteur ; le craquement a duré à peine deux secondes. Les bois de Jannée et d'Haversin ont été également dévastés."

A ce jour, 5 tornades certaines ont pu être identifiées au cours de cet outbreak franco-belge remarquable. Plusieurs autres cas venteux peuvent être fortement suspectés, mais leur nature exacte n'a pas pu être identifiée à ce jour.

Carte synthétique des cinq tornades observées lors de l'outbreak du 23 août 1865 en France et en Belgique :


© Keraunos (fond de carte : Google Maps)

En savoir plus sur les tornades