Le 21 juin 1861, vers 17 heures, une tornade de forte intensité (haut de l'échelon EF3) prend naissance près de la frontière française et traverse plusieurs territoires de la Belgique flamande et wallonne. Les dégâts dans la section communale de Wijtschate sont considérables.
 

Principales caractéristiques de la tornade                                                                  

* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 17 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées en France : BAILLEUL, NIEPPE
* communes traversées en Belgique : MESSINES (Institution Royale), HEUVELLAND (WIJTSCHATE : les Quatre Rois), COMINES-WARNETON (HOUTHEM, TEN-BRIELEN)
* département français : NORD (59)
* provinces belges : FLANDRE OCCIDENTALE (WEST-VLAANDEREN), HAINAUT
* altitude moyenne du terrain : 30 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : nombreux arbres, parfois de grande taille, déracinés, brisés, tordus, et débris emportés à distance ; un pommier de 80 cm de circonférence emporté à 250 mètres et retrouvé dépouillé de ses branches et de ses racines ; deux fermes presque totalement détruites, dont l'une bâtie en dur (granges, étables, écuries renversées) ; enclos de l'Institut Royal de Messines renversé en partie ; un jeune homme lancé à 20 mètres de distance ; une vache transportée à 10 mètres, mais retenue par le pieu auquel elle était attachée ; toitures emportées dans la tornade et débris de paille et de bois retrouvés à grande distance

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade


 
© Keraunos (fond de carte : Google Maps)

Une ferme détruite de fond en comble

La tornade EF3 de Nieppe-Wijtschate du 21 juin 1861 est l'une des plus intenses à être observée sur cette partie du territoire flamand. Le sinistre a considérablement marqué les esprits à l'époque, ce qui explique le nombre exceptionnel de curieux qui, venus des villes voisines d'Ypres ou de Lille, ont été plus de 10 000 à visiter les lieux.

Un témoin oculaire, probablement situé dans la commune belge de Comines-Warneton, a pu assister à la formation de la tornade et décrire l'aspect du ciel pendant le phénomène. Selon ses termes, deux énormes nuages chargés d'électricité se sont rencontrés au Sud-Ouest, et la tornade s'est ainsi formée à leur point de jonction sous la forme d'un cône renversé surplombé d'un gros nuage noir et animé d'un mouvement giratoire. Accompagné d'un bruit caractéristique de "charrette roulant sur un chemin rocailleux", le phénomène est comparé à "une masse d'eau qu'on verserait d'un vase dans un entonnoir."

Les premiers dégâts sont identifiés près de la frontière, côté français. Aux confins de Bailleul et de Nieppe, une grande quantité d'arbres sont abattus.

Selon une trajectoire du Sud-Ouest vers le Nord-Est (240°), la tornade atteint rapidement la Belgique et prend la direction de Messines. Au Sud de la commune, l'Institution Royale (Koninklijk Gesticht) est frôlée par la tornade et seul l'enclos est en partie renversé. Dans une parcelle voisine, environ 80 gros arbres sont déracinés, tordus ou brisés net.

A l'extrémité du village de Wijtschate (aujourd'hui une section de la commune de Heuvelland), la tornade provoque des dégâts considérables dans le périmètre du lieu-dit des Quatre Rois. A cet endroit, environ 300 gros arbres sont abattus ou dépouillés, et leurs débris jetés au loin. Une première ferme, bâtie en bois, est détruite de fond en comble. Les 13 personnes présentes à l'intérieur s'en sortent indemnes. Une deuxième ferme, bâtie en dur, est presque aussi ravagée que la première : les granges, les étables et l'écurie sont renversées. Du corps de logis, il ne reste que les murs. Enfin, concernant la troisième ferme, seule la toiture a été touchée.

Ce sont surtout les phénomènes d'aspiration et de projections à grande distance qui motivent le classement en intensité maximale EF3 (haut de l'échelon). On cite, par exemple, un pommier de 80 centimètres de circonférence, emporté au-dessus d'une haie élevée et projeté à 250 mètres de distance. L'arbre gît, entièrement dépouillé de ses racines et de ses branches, dans un champ de fèves. Un jeune homme, placé sur le trajet de la tornade, est lancé à une distance de 20 mètres. Plus remarquable, une vache présente dans une étable qui s'effondrait, et attachée à un pieu, est transportée à 10 mètres et retenue par son pieu encré en terre. Sans cette attache, l'animal aurait peut-être parcouru une distance plus importante. Enfin, de nombreux témoins ont aperçu les toitures des fermes ravagées tourbillonner dans la tornade, avant d'être dispersées à distance.

En poursuivant sa course vers le Nord-Est, la tornade continue ses ravages, quoiqu'elle diminue d'intensité en abordant le territoire wallon de Comines-Warneton, et notamment les sections de Houthem et de Ten-Brielen. Le tourbillon est alors comparé à une cheminée tortueuse ou à un serpent. Au-delà de ces territoires, les investigations cessent.

Malgré l'intensité de la tornade, aucune victime humaine ni animale ne sont à déplorer. Un ouvrier reçoit simplement quelques égratignures.

En savoir plus sur les tornades