Le 15 juin 2014, vers 00h05 locales (22h05 TU le 14 juin), une tornade de faible intensité (haut de l'échelon EF1) traverse l'extrémité Est de la Corse, selon une trajectoire inhabituelle du Nord vers le Sud. Le phénomène, issu d'une trombe marine, endommage quatre communes littorales, dont San-Giuliano qui s'avère être la plus touchée.
 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014* intensité maximale : EF1 soit des vents estimés de 135 à 175 km/h
* distance parcourue : 9,5 kilomètres (distance minimale reconnue à ce jour)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : SANTA-MARIA-POGGIO (Taverna), VALLE-DI-CAMPOLORO (Padulone), CERVIONE (Acqua Nera), SAN-GIULIANO (Fiorentine, Poggie Sottane, Alistro)
* département : HAUTE-CORSE (2B)
* altitude moyenne du terrain : 25 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; terres arables hors périmètres d'irrigation ; vergers et petits fruits ; systèmes culturaux et parcellaires complexes ; surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants

* principaux dégâts : vitres brisées ; un bateau déplacé alors qu'il était au sec ; mobilier d'un restaurant soufflé ; deux toitures de hangars (charpente avec bois et métal) envolées; l'une d'entre elles, après avoir survolé la cime des arbres, est venue s'écraser dans un pré voisin ; arbres de plus d'un mètre de circonférence arrachés, brisés, tordus et jetés à une vingtaine de mètres de leur enracinement ; toiture d'un chalet de 25 m² arrachée et emmenée à grande distance ; toiture d'une entreprise emportée ; habitations endommagées (toitures, portes d'entrée et portails)
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir:
 
Trajectoire de la tornade EF1 de San-Giuliano (Haute-Corse) du 14 juin 2014. © Keraunos (fond de carte: Géoportail)
© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 
 

Une tornade qui entre dans les terres par le port de Taverna

La tornade de San-Giuliano semble prendre naissance en mer sous la forme d’une trombe, car les premiers dégâts sont observés dans le port de plaisance de Taverna, commune de Santa-Maria-Poggio. Dans le périmètre du restaurant « Le Cargo » et du bar « Le Flibustier », le mobilier est soufflé ou détruit, des vitres sont brisées et un bateau déplacé alors qu’il était au sec.

Plusieurs vidéos de surveillance appartenant à l’établissement « Le Flibustier » ont filmé le phénomène à 23h55 locales. En l’espace de quelques secondes, l’électricité est coupée, puis le mobilier propulsé avec violence et de façon aléatoire. En fin de séquence, des chaises qui avaient été déplacées de gauche à droite semblent être happées une seconde fois selon une trajectoire perpendiculaire à la première. Le caractère localisé des dégâts est confirmé par un témoin présent dans le port au moment du phénomène : «à quelques dizaines de mètres du passage de la tornade, rien ou presque, un orage normal ».  
 
 
Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. Bar     Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. Bar     Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. Bar    Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. Bar
© Archives France 3 Corse
 

Plus au sud, les dégâts se multiplient le long de la N198. A Padulone (Valle-di-Campoloro) la toiture d’une menuiserie est enlevée et les débris demeurent introuvables. Plus loin, à Acqua Nera (Cervione), des toitures, des portails et des portes d’entrée ont souffert. Plusieurs habitations sont sinistrées.

La tornade, continuant sa route selon une trajectoire nord-sud, quitte la N198 et prend la direction d’Alistro (San-Giuliano). A Fiorentine (San-Giuliano), un chalet de jardin situé à côté de l'Atelier de la Noisette de Charles Sforzini a perdu son toit et ses murs ; ces derniers n'ont pas été retrouvés.

A Poggie Sottane, la bergerie des agnelles et la fromagerie de Jean Cardi ont été touchées. Deux toitures (charpente en bois et couvertures en tôle) sont arrachées et deux autres endommagées. L’une d'entre elles, après avoir survolé la cime des arbres, est venue s'écraser dans un pré voisin à 60 mètres de distance.
 
Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. San Giuliano (Fiorentine) - Toit d'un chalet de jardin entièrement arraché. © Archives Corse-Matin      Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. San Giuliano (Poggie Sottane) - débris de toiture à la bergerie des agnelles. © Archives France 3 Corse      Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. San Giuliano (Poggie Sottane) - Ce qu'il reste d'une toiture de hangar, bergerie des agnelles. © Archives France 3 Corse
                  © Archives Corse-Matin                                                             © Archives France 3 Corse                                                   
 
 
Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. San Giuliano (Poggie Sottane) - Tôles d'un hangar projetées à environ 60 mètres, bergerie des agnelles. © Archives France 3 Corse      Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. San Giuliano (Poggie Sottane) - Arbre arraché, bergerie des agnelles. © Archives France 3 Corse      Tornade EF1 de San-Giuliano (2B) du 14 juin 2014. San Giuliano (Poggie Sottane) - Hangar endommagé, bergerie des agnelles. © Archives France 3 Corse
© Archives France 3 Corse
 

Après plus de 9 kilomètres de trajectoire, la tornade endommage le quartier du phare d’Alistro : des arbres de plus d'un mètre de circonférence sont arrachés, brisés, tordus et jetés à une vingtaine de mètres de leur enracinement. La station Météo-France de San-Giuliano, positionnée au niveau du phare d’Alistro, enregistre une rafale de 162 km/h à 00h09 locales, horaire qui coïncide exactement avec le passage de l’extrémité sud-ouest de la cellule orageuse, dont la vitesse de déplacement est évalué à 40 km/h.
 
Ce relevé est exceptionnel dans la mesure où il pourrait s’agir de l’une des très rares mesures de vent tourbillonnaire enregistrée par une station météorologique en France.
 

Coupure de presse

Dans son édition du 16 juin 2014, le quotidien régional Corse-Matin illustre bien le phénomène. En voici un extrait :
 
Mais peut-on parler d'épicentre pour un phénomène qui semble circonscrit dans un périmètre relativement restreint. Une bande de terre s'étalant du nord de Prunete au lotissement du phare d'Alistru. Un phénomène d'aspiration et de rejet très fort arrachant tout sur son passage : il s'agit effectivement d'une tornade.

Qui d'ailleurs alterne avec des épisodes pluvieux et de beaux ciels bleus. Dimanche à 00h30 les pompiers sont alertés pour intervenir sur le secteur du phare : des arbres de plus d'un mètre de circonférence sont arrachés, brisés, tordus et jetés à une vingtaine de mètres de leur enracinement.

Le chalet jouxtant L'atelier de la noisette de Charles Sforzini d'une surface de 25 m² est devenu une structure plein air, le toit et les murs ont été emportés et n'ont pas été retrouvés. Les chênes et autres bois lourds ont changé de propriété, emportés comme fétus de paille.
 

Analyse des conditions météorologiques

La tornade de San-Giuliano s'est formée sur le flanc ouest d'une cellule orageuse active, qui longeait au même moment la côte orientale de la Corse. La tornade a ainsi circulé sur les terres, tandis que l'essentiel de l'activité pluvieuse et orageuse était concentrée sur la mer ainsi que sur une mince frange littorale.
 
Le cellule orageuse à l'origine de cette tornade s'est formée dans un contexte fortement cisaillé, à l'avant d'un minimum d'altitude avec goutte froide, qui était en cours d'enfoncement sur le sud de la France.
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 14 juin 2014 à 22h TU. Modèle WRF France 7 km. Run du 14.06.2014 00Z. (c) KERAUNOS              Température à 500 hPa et Z500, le 14 juin 2014 à 22h TU. Modèle WRF France 7 km. Run du 14.06.2014 00Z. (c) KERAUNOS
 
 
Une dépression lâche était alors en cours de constitution vers 3.000 mètres d'altitude, avec formation d'un faible thalweg de basses couches étiré sur la Corse. L'ensemble était associé à des profils verticaux bien instables, dotés d'une MUCAPE proche de 1.000 J/kg, comme l'illustre le champ du modèle WRF France 7 km ci-dessous à droite :
 
Vent moyen 700 hPa et Z700, le 14 juin 2014 à 22h TU. Modèle WRF France 7 km. Run du 14.06.2014 00Z. (c) KERAUNOS              MUCAPE, le 14 juin 2014 à 22h TU. Modèle WRF France 7 km. Run du 14.06.2014 00Z. (c) KERAUNOS