Le 3 novembre 2014, à 18h25 locales, une tornade de faible intensité (ponctuellement EF1), traverse le sud et l'est de la commune de Busigny (département du Nord) après avoir pris naissance au nord de l'Aisne.
 
Il est à noter que le nord-ouest de la commune de Busigny a déjà été frappé par la tornade de Pommereuil du 24 juin 1967. De fait, la trajectoire de la tornade du 3 novembre 2014 est presque confondue avec celle du 24 juin 1967.
 
La tornade de Busigny s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées), qui totalise 4 cas pour les journées des 3 et 4 novembre 2014 (24 heures glissantes), dont la tornade EF1 de Robersart (Nord), la tornade EF1 d'Arvert (Charente-Maritime), et la tornade EF1 de Martigues (Bouches-du-Rhône).
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF1 de Busigny (59) du 3 novembre 2014* intensité maximale : EF1 soit des vents estimés de 135 à 175 km/h
* distance parcourue : 5,4 kilomètres
* largeur moyenne : 90 mètres

* communes traversées : BECQUIGNY (rue de Prémont) ; BUSIGNY (chapelle Notre-Dame de Péruel, rue des Frères Desjardin, rue Pierre Galiègue, rue Pasteur, rue Jean Jaurès, rue de la Victoire) ; SAINT-SOUPLET [ESCAUFOURT (la Rochelle)]
* départements : AISNE (02), NORD (59)
* altitude moyenne du terrain : 155 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; terres arables hors périmètres d'irrigation ; prairies ; forêt de feuillus

* principaux dégâts : arbres feuillus adultes ébranchés ou vrillés; projections de grosses branches à 40 mètres ; toiture d'une chapelle partiellement arrachée ; habitations endommagées (antennes pliées, une maison éventrée dont la couverture est enlevée sur près de 40% du toit, vitres brisées, tuiles arrachées et projetées à faible distance) ; palissades en bois détruites ; toits de chalets de jardin décoiffés ; un trampoline propulsé dans des fils électriques ; un panneau de signalisation couché
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

Cliquer sur les cartes suivantes pour les agrandir:
 
Trajectoire de la tornade EF1 de Busigny (Nord) du 3 novembre 2014 - Trajectoire générale. © Keraunos (fond de carte: Géoportail)
© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 
Tornade EF1 de Busigny (Nord) du 3 novembre 2014 - Points rouges : principaux dégâts relevés. © Keraunos (fond de carte: Géoportail)
© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 

Une trajectoire presque confondue avec celle de la tornade de Pommereuil du 24 juin 1967

Sur les cinq kilomètres de sa trajectoire, la tornade de Busigny emprunte quasiment le même parcours que la tornade de Pommereuil du 24 juin 1967, dont la trajectoire avait d'ailleurs débuté au nord-ouest de Busigny.
 
Il convient également de rappeler que la trajectoire de la tornade de Landrecies du 10 août 2014 était également voisine de celle de Pommereuil :
 
 
Trajectoires comparatives de la tornade EF4 de Pommereuil du 24 juin 1967, de la tornade EF1 de Landrecies du 10 août 2014, et de la tornade EF1 de Busigny du 3 novembre 2014. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

 

Une toiture éventrée sur une construction neuve

Une enquête de terrain a été effectuée par KERAUNOS pour la tornade de Busigny du 3 novembre 2014.
 
La tornade prend naissance dans l’extrême nord du département de l’Aisne, à l’ouest de la commune de Becquigny. Dans un petit vallon situé à proximité du hameau de Becquignette, les premières traces de son passage sont visibles sur des saules, dont de grosses branches (2 à 3 mètres) sont brisées et projetées à 40 mètres de distance environ. L’un des arbres, vrillé à la base du tronc, est incliné vers le nord-nord-ouest.  

En suivant une trajectoire du sud-ouest au nord-est, la tornade prend rapidement la direction du département du Nord, où elle frappe l’extrémité sud d’un bois frontalier avec la Picardie.

La tornade touche ensuite le sud de la commune de Busigny, et notamment le carrefour de la chapelle Notre-Dame de Péruel, dont la toiture est endommagée. Un axe de convergence est parfaitement défini à cet emplacement : un panneau de signalisation, situé au sud-est de la chapelle, est incliné vers le nord-ouest, ce qui traduit une aspiration en direction du cœur du tourbillon. Autour de la chapelle, plusieurs habitations sont endommagées (tuiles arrachées et projetées à distance, antennes pliées, faîtage détruit, palissades pulvérisées, vitres brisées). On observe également des vitres brisées sur quelques véhicules en stationnement. A cet endroit, le couloir de dégâts atteint 80 mètres de large.

La tornade prend ensuite la direction de la butte de l’ancien château de Busigny qu’elle contourne de justesse par l’est. Avant d’atteindre ce point culminant, le tourbillon survole deux nouvelles constructions (rue Pierre Galiègue) qui sont plus sérieusement atteintes. L’une d’elles, dont la toiture est éventrée, perd une partie importante de sa couverture (30 à 40%) sur la face exposée au nord-est. La tornade endommage également deux chalets de jardin, et décoiffe le toit de l’un d’entre eux qui est projeté à 40 mètres au nord-ouest. Face aux deux maisons touchées, côté sud-ouest, un toboggan et un ballon sont déposés dans une prairie, sachant qu’ils sont situés à 50 mètres des jardins les plus proches.   

Entre la rue Pierre Galiègue et la rue Pasteur, la tornade aspire un trampoline (plusieurs dizaines de kilos) qu’elle propulse dans des fils électriques. Des branches de saules sont également brisées en périphérie nord-ouest. Le couloir de dégâts mesuré atteint 100 mètres à ce niveau.

Après avoir franchi les rues Pasteur et Jean Jaurès, où de faibles dégâts sont observés sur quelques habitations, la tornade survole une prairie où elle endommage une haie bocagère. Rue de la Victoire, la tornade pulvérise des palissades en bois, ôte quelques tuiles sur une habitation et prend la direction du bois Proyart.

La tornade se dissipe lors de son entrée au sud d’Escaufourt, commune de Saint-Souplet, après un parcours de 1,5 kilomètre sans dégâts perceptibles. Au hameau de la Rochelle, quelques branchages et des pots de fleurs sont éparpillés au sol, preuves de l’ultime influence de la tornade au niveau du sol avant sa dissipation.  
 
Compte tenu des dégâts observés, la tornade acquiert un maximum d'intensité au niveau de la rue Pierre Galiègue, où elle relève d'une intensité EF1. Partout ailleurs, les dommages relèvent d'une intensité EF0.

Becquigny (Aisne) - Premiers dégâts - Saules adultes de grandes dimensions ébranchés - Un saule de taille modeste vrillé et incliné vers le nord-ouest. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Becquigny (Aisne) - Branches de saules (2 à 3 mètres) éparpillées dans une prairie, à 40 mètres de distance. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Becquigny (Aisne) - Vue d'ensemble d'une grosse branches de saule (3 mètres) déposée dans une prairie, à 40 mètres de distance. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek
© KERAUNOS / P. MAHIEU – E. WESOLEK
 
Busigny (Nord) - Branches brisées en lisière d'un bois frontalier avec le département de l'Aisne. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Chapelle Notre-Dame de Péruel - Toiture partiellement arrachée. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Carrefour de la chapelle Notre-Dame de Péruel. Flèches rouges : trajectoire de la tornade. Axe de convergence illustré par les flèches jaunes : chute d'un panneau de signalisation et de branches de végétation vers le nord-ouest. Au second plan, la chapelle endommagée. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Rue du Lieutenant Vilette - Toiture d'habitation faiblement endommagée. © La Voix du Nord
© KERAUNOS / P. MAHIEU – E. WESOLEK
 
Busigny (Nord) - Un toboggan et un ballon déposés dans une prairie, près de la rue Pierre Galiègue. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Toiture d'une habitation éventrée - Couverture enlevée sur environ 30 à 40% de sa surface, côté nord-est. © La Voix du Nord     Busigny (Nord) - Rue Pierre Galiègue - Porte de garage désencastrée et consolidée avec des planches de bois. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Rue Pierre Galiègue - Toit d'un abri de jardin arraché et projeté à 40 mètres au nord-ouest. Contenu partiellement éparpillé aux alentours. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek
© KERAUNOS / P. MAHIEU – E. WESOLEK
 
Busigny (Nord) - Rue Pasteur. Faîtière endommagée sur une habitation proche de l'ancien château. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Rue de la Victoire - Mur en palissade détruit. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek     Busigny (Nord) - Haie bocagère endommagée en contrebas de la rue de la Victoire. © Keraunos / P. Mahieu – E. Wesolek
© KERAUNOS / P. MAHIEU – E. WESOLEK
  

Analyse des conditions météorologiques

La tornade de Busigny s'est formée  au passage d'une limite frontale instable, qui s'est activée tout en prenant un caractère ondulant en début de soirée sur le sud du département du Nord et le nord de l'Aisne :
 
Image radar de 18h30 locales, le 3 novembre 2014. © Météo-France
Image radar de 18h30 locales, le 3 novembre 2014. © Météo-France
 
 
Cette limite frontale circulait dans un rapide flux de sud-ouest piloté par un minimum d'altitude calé sur l'Ecosse. Le flux de haute altitude était plus particulièrement rapide en soirée le long d'un axe Vendée - Nord, en lien avec un courant-jet générant des vents supérieurs à 160 km/h vers 10.000 mètres d'altitude (voir le champ du modèle WRF 13 km Europe ci-dessous à gauche). A l'étage moyen, le flux était également bien contrasté au moment de la tornade, mais sans advection froide marquée pour autant (voir ci-dessous à droite).
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 3 novembre 2014 à 19h locales. Modèle WRF 13 km Europe. Run du 03.11.2014 06Z. © KERAUNOS              Température à 500 hPa et Z500, le 3 novembre 2014 à 19h locales. Modèle WRF 13 km Europe. Run du 03.11.2014 06Z. © KERAUNOS
 
De fait, l'instabilité latente est restée modeste à proximité de la limite frontale : les indices de soulèvement étaient neutres ou faiblement positifs sur le nord du pays, comme l'illustre la simulation du modèle à ultra-haute résolution WRF 1 km France (exemple avec le MULI ci-dessous à gauche). Mais cette instabilité était plus particulièrement concentrée dans les basses couches de l'atmosphère, qui se sont trouvées simultanément très cisaillées. En effet, l'hélicité relative associée sur l'épaisseur 0-1 km a été accentuée à l'avant immédiat du front froid, avec des valeurs simulées supérieures à 300 m²/s² sur le Nord - Pas de Calais (ci-dessous à doirte). De telles valeurs sont élevées et suffisantes pour supporter des développements tornadiques aboutis.
 
MULI (instabilité latente), le 3 novembre 2014 à 18h locales. Modèle WRF 1 km France. Run du 03.11.2014 00Z. © KERAUNOS              SRH 0-1 km, le 3 novembre 2014 à 18h locales. Modèle WRF 1 km France. Run du 03.11.2014 00Z. © KERAUNOS
 
 
Le radiosondage effectué à Trappes à 13h locales est le plus proche, géographiquement et temporellement, de la tornade de Busigny. Il est représentatif de l'environnement à proximité du front au passage duquel la tornade s'est formée. L'analyse de celui-ci permet en effet d'établir les valeurs suivantes, qui témoignent de conditions faiblement instables mais très fortement cisaillées :
 
* MUCAPE de 141 J/kg
* MLCAPE de 93 J/kg
* MULI de 0 K
* MLLI de +1 K
* LCL bien abaissé à 456 mètres
* cisaillements 0-6 km de 29 m/s
* SRH 0-1 km de 224 m²/s²
* SRH 0-3 km de 303 m²/s²
 
Profil vertical réalisé sur la base du radiosondage de Trappes, le 3 novembre 2014 à 13h locales. © KERAUNOS
 

En savoir plus sur les tornades en région Nord-Pas de Calais

 
Evénéments orageux remarquables en région Nord-Pas de Calais.          Climatologie des tornades en région Nord-Pas de Calais.