Le 21 mai 2014, un Q.L.C.S (système convectif quasi-linéaire) balaie le département de la Charente entre 15h30 et 17h30 locales. Les rafales de vent, généralisées sur toute la moitié est du département, présentent un caractère destructeur plus marqué entre Cherves-Châtelars et la Péruse, où plusieurs microrafales sont observées. D'autres communes de la Charente sont également touchées par de fortes rafales descendantes.
 
 

Principales caractéristiques de la microrafale

Microrafales en Charente le 21 mai 2014* intensité maximale : vents estimés entre 120 et 150 km/h
* superficie estimée : 20 km² (front de 2,5 km de large maximum sur 10 km de long)

* communes traversées : CHERVES-CHATELARS (ouest), MAZIERES, GENOUILLAC, ROUMAZIERES-LOUBERT (sud), LA PERUSE
* département : CHARENTE (16)
* altitude moyenne du terrain : 190 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels
 
* principaux dégâts : arbres feuillus adultes déracinés ou brisés net avec branches déposées à faible distance ; hangars endommagés (tôles arrachées)
 
 

Trajectoire des microrafales et localisation des dommages

Une enquête de terrain a été réalisée par Keraunos pour cet épisode venteux. Elle fait apparaître un front de dégâts diffus et divergents, sur une trajectoire totale de 10 kilomètres entre l'ouest de Cherves-Châtelars et la Péruse. Au-delà de cette dernière commune, des dégâts sont encore observés (comme à Chabanais par exemple), mais ils sont nettement plus dispersés.
 
Le front tracé par ces microrafales, dont la largeur est comprise entre 500 mètres et 2500 mètres, est constitué de multiples couloirs de dégâts linéaires en plusieurs points de la trajectoire. Les dommages, dans leur répartition et leurs caractéristiques, sont typiques de ceux générés par les microrafales. Ils sont plus significatifs dans les vallées de la Croutelle et de la Bonnieure (toitures de hangars enlevées, arbres brisés).

Aucun axe de convergence, ni aucun élément permettant d'identifier le passage d'une tornade n'a pu être identifié au sein de cette zone.
 
La carte ci-dessous synthétise les principales zones où les microrafales se sont abattues. Leur trajectoire a évolué du Sud-Ouest vers le Nord-Est:
 
Principaux dégâts relevés suite aux microrafales observées entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014. Jaune : dommages limités. Orange : dommages modérés. (c) KERAUNOS. Fond de carte IGN.
 (c) - Keraunos - Fond de carte: Géoportail
 
 

Photographie des dégâts

 
Microrafales entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014 - Hangar agricole endommagé dans un hameau de Cherves-Châtelars (c) - Sud-Ouest     Microrafales entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014 - Arbres brisés ou ébranchés près du Gazon, commune de Cherves-Châtelars (c) - Keraunos     Microrafales entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014 - Arbres couchés près du Gazon, commune de Cherves-Châtelars (c) - Keraunos
 
Microrafales entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014 - Arbres sectionnés à la base près de la Bonnieure, commune de Mazières (c) - Keraunos     Microrafales entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014 - Arbres déracinés aux Pradelles, commune de Roumazières-Loubert (c) - Marie-Françoise Cormier pour la Charente-Libre     Microrafales entre Cherves-Châtelars et la Péruse (Charente) le 21 mai 2014 - Arbres déracinés aux Pradelles, commune de Roumazières-Loubert (c) - Marie-Françoise Cormier pour la Charente-Libre
 
              

Analyse des images radar

L'analyse des images radar permet d'étudier en détail la structure du QLCS qui a balayé le sud-ouest du pays le 21 mai. L'image ci-dessous présente la situation à 17h00 locales. Les réflectivités en plages de couleurs permettent de juger de la répartition et de l'intensité des précipitations (source Météo France). Les carrés qui y sont superposés indiquent la localisation des impacts de foudre détectés par le réseau Météorage.
 
On identifie de manière évidente un système orageux étendu et quasi-linéaire, composé de sous-segments parfois arqués. Trois portions de ce QLCS présentent une morphologie plus particulièrement intéressante (flèches roses). On isole en effet dans ces trois zones des réflectivités sensiblement plus faibles, qui constituent autant d'entailles dans la ligne convective. Désignées sous l'acronyme RIN (Rear Inflow Notch), ces signatures radar témoignent de la présence d'un fort afflux d'air sec à l'arrière immédiat du bord d'attaque de l'axe orageux. Elles trahissent typiquement la présence de petits jets de basses couches drainant de l'air sec en direction du sol (Rear Inflow Jet) et sont très souvent associées à des déclenchements de microrafales ou macrorafales.
 
On note ici leur présence sur l'ouest et le nord-ouest de la Dordogne, ainsi qu'en Charente, qui comptent précisément parmi les zones frappées par les plus fortes microrafales ce jour-là en France.
 
 Image radar Météo-France et impacts de foudre (Météorage), le 21 mai 2014 à 17h00 locales.
 

Coupure de presse

Le quotidien Sud-Ouest évoque la dégradation orageuse du 21 mai 2014 en Charente dans son édition du 22 mai:
 
Cherves-Châtelars (16) : trois hameaux touchés par une petite tornade

La tempête de mercredi après-midi a endommagé des habitations, des bâtiments agricoles et abattu de nombreux arbres

Ce jeudi, l'heure était au bilan du côté de Cherves-Châtelars, petite commune de 450 âmes situé au nord de Montemboeuf en Charente. Accompagnée par le maire Gérard Morand, la sous-préfète de Confolens, Murièle Boireau, est venue évaluer les dégâts dans le village.

Mercredi, aux alentours de 17 heures, des vents tourbillonnants, dont la vitesse était estimée entre 90 et 110 km/h, ont suivi la vallée de la Croutelle, provoquant des dommages localisés à trois hameaux : les Fougères, les Jaulières et la Tuilière.

On comptait dans ces trois hameaux de nombreux arbres déracinés et brutalement coupés à mi-hauteur. Des toitures, essentiellement de bâtiments agricoles, ont été arrachées.

La tempête n'a duré que quelques minutes. Suffisamment pour priver d'électricité et de téléphone les habitants de Cherves-Châtelars. Ce jeudi après-midi, la situation revenait doucement à la normale.