Une tornade de très faible intensité (EF0) a été aperçue dans deux communes de Charente-Maritime et de Charente le 4 novembre 2013 vers 12h25 locales. Le phénomène, rapporté par le site d'actualités du canton de Baignes-Sainte-Radegonde, n'a provoqué que de faibles dégâts matériels et a pu être identifié grâce à une enquête menée auprès des témoins et victimes.
 
La tornade de Saint-Maigrin s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 4 cas pour la journée du 4 novembre 2013, dont celui des Pins (Charente), de Bourg-du-Bost (Dordogne), et de Douchapt (Dordogne).
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade EF0 de Saint-Maigrin (17) le 4 novembre 2013* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés de 105 à 135 km/h
* distance parcourue : 2,5 kilomètres
* largeur moyenne : 50 mètres

* communes traversées : SAINT-MAIGRIN (Passignac), BAIGNES-SAINTE-RADEGONDE (Fonçut)
* départements : CHARENTE-MARITIME (17), CHARENTE (16)
* altitude moyenne du terrain : 80 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation, vignobles, forêts de feuillus

* principaux dégâts : deux propriétés faiblement endommagées (tuiles ciment enlevées sur une maison de Passignac, trou de deux mètres de diamètre dans une habitation de Fonçut) ; deux arbres fruitiers brisés ; un marronnier d'Inde centenaire plié au niveau de la base des branches, plusieurs arbres endommagés, tôles d'une distillerie artisanale enlevées avec les chevrons, poutrelle métallique de 7 mètres de longueur emmenée d'un seul bloc, un mur en parpaings (faible maçonnerie) effondré 
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

La trajectoire de la tornade a pu être établie grâce aux précieuses informations recueillies auprès de M. Claude Réaud, l'un des sinistrés:
 
Trajectoire de la tornade EF0 de Saint-Maigrin (17) le 4 novembre 2013© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 

Caractéristiques du phénomène : trajectoire parcourue et intensité retenue

Le phénomène semble avoir débuté à l’ouest de Passignac (commune de Saint-Maigrin) où une parcelle de vigne de 700 à 800 mètres de long a été touchée (un voisin, témoin du phénomène, a aperçu un « champignon » accompagné de feuilles de vignes qui se détachaient des ceps). La tornade, qui atteint ensuite le nord du hameau de Passignac, frappe une propriété et une distillerie. Concernant l’habitation, seules de solides tuiles ont été délogées. Le toit de la distillerie, en revanche, a davantage souffert : des tôles ont été enlevées avec les chevrons, et même une poutrelle de 7 mètres de longueur a été emmenée d’un seul bloc. Dans le jardin, les dégâts sont faibles : un marronnier d’Inde centenaire a cédé sous le poids des branches et de l'action du vent, un tilleul a été faiblement endommagé et d'autres arbres aux alentours ont subi le même sort.

Après le hameau de Passignac, le phénomène traverse des champs mais aucun dégât n’est reporté. Mais côté Charente, dans le hameau de Fonçut (commune de Baignes-Sainte-Radegonde), la tornade endommage une seconde propriété et brise deux arbres fruitiers de faibles dimensions. Au-delà de ce hameau, le phénomène semble se dissiper.

Selon les témoins, la largeur du phénomène n’excède pas 50 mètres. L'analyse des dégâts recensés permet de classer le phénomène en tornade d'intensité EF0 (haut de l'échelon) sur l’échelle de Fujita améliorée. 
 

Témoignage

Claude Réaud, habitant sinistré du hameau de Passignac (Saint-Maigrin), nous livre en substance le témoignage suivant :

« Vers 12h20 ou 12h25, alors que je m’apprêtais à déjeuner, un coup de vent extrêmement bref d’une durée de 3 à 4 secondes est passé sur ma maison. Le temps que je sorte pour prendre connaissance d’éventuels dégâts, tout était déjà fini. Mon habitation a été touchée, ainsi que la distillerie attenante. Un voisin a distinctement vu un champignon traverser une parcelle du vignoble situé à l’ouest du hameau. Il était accompagné de feuilles.

Du côté de Fonçut, hameau de Baignes-Sainte-Radegonde, la tornade a également été aperçue, telle une « spirale » rasant la terre. Une habitation a également été touchée, ainsi que deux arbres fruitiers. Nous n’avons pas connaissance de dégâts au-delà de cette zone.

Enfin, à quelques centaines de mètres de mon habitation, un voisin a entendu un bruit de ronflement. Pensant qu’un avion circulait sur la zone, il ne s’est pas particulièrement inquiété car sa propriété n'a subi aucun dommage.
 
Nous n'avons pas connaissance de dégâts à l'ouest de Passignac, notamment à Champgrand qui aurait pu se trouver sur la trajectoire de la tornade. »
 

Analyse de la situation météorologique

La tornade de Saint-Maigrin s'est développée au sein d'une cellule convective de nature monocellulaire, qui a transité sur la moitié sud du département de la Charente-Maritime entre 11h15 et 12h30 locales. Elle a connu deux phases distinctes de forte activité, la seconde d'entre elles ayant généré la tornade de Saint-Maigrin
 
Un rapide flux d’ouest/nord-ouest à nord-ouest était alors en position sur l’ouest de la France. Le nord de l’Aquitaine et la région Poitou-Charentes se situent en début d’après-midi de ce 4 novembre en sortie gauche d’un violent courant-jet qui pointe en direction des Cantabriques. Le flux d’altitude est dès lors rapide et fortement divergent, avec un soulèvement dynamique induit particulièrement propice à un entretien de la convection.
Dans ce flux rapide circule un thalweg dont l’axe principal se présente sur la façade Atlantique en milieu de journée. C’est juste à l’avant de cet axe de thalweg que l’activité convective la plus profonde et active a été observée, entre Gironde, Charente, Dordogne et Haute-Vienne. Elle a été favorisée par des advections d’air froid marquées à l’étage moyen (jusqu’à -22°C à 500 hPa).
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 4 novembre 2013, à 13h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 04.11.2013 06Z. (c) KERAUNOS       Température à 500 hPa et Z500, le 4 novembre 2013, à 13h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 04.11.2013 06Z. (c) KERAUNOS
 
 
Ces intrusions froides en altitude ont instabilisé les profils verticaux et activé la traîne, grâce à des valeurs de MUCAPE qui ont localement dépassé 500 J/kg, avec MULI jusqu’à -2. De forts cisaillements de basses couches ont accompagné cette situation. Le modèle WRF 16 km Europe simule ainsi une hélicité relative (SRH) qui avoisine 200 m²/s² sur l’épaisseur 0-1 km sur la zone frappée par la tornade.
 
MUCAPE et MULI, le 4 novembre 2013, à 13h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 04.11.2013 06Z. (c) KERAUNOS       SRH 0-1 km, le 4 novembre 2013, à 13h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 04.11.2013 06Z. (c) KERAUNOS
 
 
 
Le radiosondage effectué à Bordeaux à 13h locales est le plus proche, géographiquement et temporellement, de la tornade de Saint-Maigrin. Son analyse est instructive dans la mesure où le profil thermique et hygrométrique est bien représentatif de l’environnement dans lequel s’est développée cette tornade. La position géographique de Bordeaux rend toutefois les conditions de cisaillements moins représentatives de celles qui prévalaient en Charente-Maritime au même moment.
 
L'analyse de celui-ci permet d'établir les valeurs suivantes :
* MUCAPE de 648 J/kg
* MLCAPE de 199 J/kg
* MULI de -2 K
* MLLI de +1 K
* LCL très abaissés à 63 mètres
* EL situés à proximité de la tropopause à 7.960 mètres
* cisaillements 0-6 km de 22 m/s
* SRH 0-1 km de 9 m²/s²
* SRH 0-3 km de 72 m²/s²
 
Profil vertical réalisé sur la base du radiosondage de Bordeaux, le 4 novembre 2013 à 13h locales. (c) KERAUNOS