Une tornade de très faible intensité (EF0), est observée dans la vallée de la Dordogne le 29 mai 2013, vers 16h locales. Le phénomène, qui a provoqué quelques légers dégâts matériels, a été aperçu par plusieurs témoins avant de se dissiper.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade d'Aiguillon (47) le 29 mai 2013intensité maximale :  EF0, soit des vents estimés de 105 km/h à 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : SAINT-ANTOINE-DE-BREUILH (route de Péricou)
* département : DORDOGNE (24)
* altitude moyenne du terrain : 20 mètres
* type de terrain : systèmes culturaux et parcellaires complexes

* principaux dégâts : exploitation maraîchère faiblement endommagée (couvertures, structures des serres, plantations)
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Parcours de la tornade

 
Tornade d'Aiguillon (47) le 29 mai 2013
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Un "entonnoir" qui a arraché plusieurs tunnels de culture

La tornade a été vue par plusieurs témoins qui ont décrit un entonnoir qui a subsisté pendant quelques minutes. Les dégâts sont restés localisés dans le périmètre d'une exploitation maraîchère, près de la route de Péricou.
 
Le maraîcher sinistré, qui n'était pas présent lors du phénomène, a pu constater les dégâts suivants qui ont pu être recueillis par Keraunos à la suite d'un entretien téléphonique :
 
- un premier tunnel de culture arraché du sol et projeté sur un pylône électrique situé au sud,
- un second tunnel de culture arraché dans les mêmes circonstances, et retrouvé à 250 mètres environ à l'est,
- structure et couverture d'une serre endommagées (construction légère),
- melons cultivés sous serre endommagés et disposés pêle-mêle; les plants semblaient couchés en décrivant plusieurs cercles.
 
L'un des tunnels de culture projeté a pu être photographié par Michel Labatut, journaliste pour le quotidien Sud-Ouest :
 
© Michel Labatut - Sud-Ouest
 
Les informations recueillies auprès de la mairie confirment, à ce jour, l'absence de dégâts en-dehors du périmètre de cette exploitation maraîchère. 
 

Analyse de la situation météorologique

La configuration synoptique associée à la tornade de Saint-Antoine-de-Breuilh est dominée par la présence sur la France d'un vaste minimum d'altitude qui pilote un flux de nord-ouest modérément rapide sur le sud du pays.
 
Le radiosondage réalisé à Bordeaux ce 29 mai 2013 à 14h locales (ci-dessous à gauche) présente l'intérêt d'être situé à une cinquantaine de kilomètres à peine à l'ouest de la zone impactée par la tornade et d'être ainsi situé en amont dans le flux, ce qui le rend représentatif du profil moyen qui a donné naissance au phénomène. On note une instabilité marquée, avec une MUCAPE/SBCAPE de 775 J/kg et une MLCAPE de 340 J/kg. Le MULI atteint -3 K et le TTI dépasse 55. Ce profil propice à une convection profonde et orageuse est par ailleurs modérément cisaillé en profondeur (14 m/s sur l'épaisseur 0-6 km) et doté d'une hélicité relative surtout concentrée dans les 2 premiers kilomètres de l'atmosphère (SRH 0-2 km de 80 m²/s²).
 
En surface, le contexte est faiblement dépressionnaire sur Midi-Pyrénées au moment de la tornade, en marge d'un minimum positionné au nord de Nice et d'un minimum relatif sur la Bretagne (voir ci-dessous à droite).
 
Radiosondage de Bordeaux du 29 mai à 14h locales. (c) KERAUNOS     Carte pointée du 29 mai 2013 à 14h locales. Réseau SYNOP. (c) KERAUNOS
  

Coupure de presse

Le journal Sud-Ouest consacre un article à cette tornade dans son édition du 31/05/2013:
 
Entonnoir nuageux
 
Mercredi après-midi, une tornade s’est formée à Saint-Antoine-de-Breuilh, détériorant un tunnel de culture maraîchère. Le nylon s’est retrouvé emmêlé sur une ligne à haute tension. Le phénomène, impressionnant, est resté visible pendant quelques minutes avant de se dissoudre dans l’atmosphère, laissant les témoins du phénomène pantois.