Une tornade de faible intensité (bas de l'échelon EF1) frappe trois communes de Seine-Maritime le 20 novembre 2013 vers 16h00 locales. Le phénomène, qui a été vu par plusieurs témoins, a notamment endommagé une habitation située dans le quartier de Versailles, à Heuqueville.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade EF1 de Heuqueville (76) le 20 novembre 2013* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 à 175 km/h
* distance parcourue : 2,9 kilomètres
* largeur moyenne : 30 mètres

* communes traversées : HEUQUEVILLE (la Cayenne, les Guildins, Versailles, la Garenne), CAUVILLE-SUR-MER (la Plaine de Saint-Jouin), HEUQUEVILLE (D111), SAINT-JOUIN-BRUNEVAL (la Morillière)
* département : SEINE-MARITIME (76)
* altitude moyenne du terrain : 90 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, systèmes culturaux et parcellaires complexes, terres arables hors périmètres d'irrigation, prairies

* principaux dégâts : une propriété récente endommagée (baie vitrée brisée, volets en PVC cassés, tuiles envolées, dégâts sur la toiture); trampoline tordu et projeté à faible distance; tôles emportées à 500 mètres; arbres couchés, dont certains brisés net (feuillus et conifères adultes de dimension moyenne); un cabanon avec tôles en éverite endommagé
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur les cartes ci-dessous pour les agrandir:
 
Trajectoire de la tornade EF1 de Heuqueville (76) du 20 novembre 2013© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 
Trajectoire de la tornade EF1 de Heuqueville (76) du 20 novembre 2013 © Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 
Les dégâts sont représentés par les plages de couleur rouge, et les projections à distance par les points jaunes.
 

Photographies des dégâts

Une enquête de terrain a été menée par Thibault Cormier pour Keraunos. Elle confirme le passage d'une tornade sur une trajectoire de près de 3 kilomètres et sur une faible largeur. Le phénomène a été vu par de nombreux témoins qui ont décrit un cône qui s'avançait rapidement en rasant le sol.
 
Compte-tenu de la trajectoire de dégâts observée, il est très probable que la tornade de Heuqueville soit issue d'une trombe marine. Mais faute de dommages relevés sur la bande côtière, et en l'absence de témoignages explicites en bord de mer, cette hypothèse reste incertaine.
 
Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Cèdre brisé au nord de Heuqueville. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS      Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Versailles - Bois endommagé. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS
© T. CORMIER / KERAUNOS
 
Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Versailles - Petite construction endommagée. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS      Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Versailles - Arbre brisé. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS
© T. CORMIER / KERAUNOS
 
Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Versailles - Habitation endommagée. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS      Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Versailles - Habitation endommagée. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS
© T. CORMIER / KERAUNOS
 
Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Tôle projetée dans les champs. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS      Tornade EF1 de Heuqueville (Seine-Maritime) le 20 novembre 2013 - Tôle projetée dans les champs. (c) Thibault CORMIER / KERAUNOS
© T. CORMIER / KERAUNOS
 
  

Coupure de presse

Paris-Normandie a évoqué en détail ce cas dans son édition du 22 novembre 2013. En voici un extrait :
 
Une voisine a vu avancer cet épouvantable front de masse nuageuse dans un ciel presque nocturne et empli de grêle. « J’ai vu un éclair et dans la foulée, il y a eu un gros coup de tonnerre. La pluie est tombée en trombe. Des arbres se couchaient de l’autre côté du champ. Mon fils m’a dit : c’est une tornade. J’ai vu une sorte de cône et sa queue qui passait très vite au-dessus d’une maison. Puis j’ai cru voir des tôles s’envoler. Les tuiles de la maison de Valérie », raconte Karine.

Rasant un champ, ce tourbillon « plus clair que le ciel », d’une puissance folle, lèche la pelouse, y laisse des traces. Puis il plie un trampoline, fait voler sur 20 mètres une balancelle. Avant de frapper la façade ouest. Des volets PVC cassent. Une porte s’ouvre. Les tuiles en terre cuite giclent. Au sud, la porte-fenêtre de la cuisine est brisée. De l’herbe s’engouffre dans le séjour, où se déplacent des objets. La toiture subit un même effet domino. Deux vitres tombent en miettes. Les ouvertures avalent des morceaux de tuiles. Tout cela ne dure « qu’une demi-seconde », dit Valérie, qui se trouve alors protégée, avec sa plus jeune fille, dans une chambre du rez-de-chaussée. Dans les combles aménagés, son époux et leur aînée sont heureusement dans la pièce centrale. « On ne s’est rendu compte qu’après de ce qui s’est passé. A 20 mètres de la maison, le cabanon n’a rien, enrage presque Valérie. Par réflexe, j’ai fermé les volets, fait sortir les enfants. Nous avons appelé nos voisins. Puis les pompiers. Ils étaient désemparés. »
 

Analyse de la situation météorologique

La tornade de Heuqueville s'est développée au sein d'une ligne de grains courte, très étroite, mais active. Cette ligne convective s'est constituée en mer sur une trace de front froid, au large immédiat de la Seine-Maritime. Elle a ensuite rapidement pénétré les terres normandes, en affectant essentiellement l'extrême ouest de la Seine-Maritime et en générant une activité électrique faible. La durée de vie de cette ligne de grains a été inférieure à 30 minutes.
 
Un rapide flux d’nord/nord-ouest à nord-ouest était alors en position sur l’ouest de la France. La Normandie se situent en milieu d’après-midi de ce 20 novembre en sortie gauche d’un puissant courant-jet qui pointe en direction de l'Espagne. Le flux d’altitude est dès lors rapide et fortement divergent aux abords des côtes de la Manche.
Dans ce flux rapide circule un thalweg thermique d'altitude (jusqu'à -28°C à 500 hPa), qui se présente sur la Normandie en cours d'après-midi. Il est associé, en basses couches, à la circulation rapide d'un front froid bien dessiné et logé dans un creux barométrique de surface très net, producteur d'une forte convergence. C’est au passage de cette limite froide qu'une activité convective profonde et active a été observée durant quelques dizaines de minutes, entre l'estuaire de la Seine et l'ouest de la Seine-Maritime.
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 20 novembre 2013, à 16h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 19.11.2013 18Z. (c) KERAUNOS       Température à 500 hPa et Z500, le 20 novembre 2013, à 16h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 19.11.2013 18Z. (c) KERAUNOS
 
 
Les intrusions froides d'altitude ont instabilisé les profils verticaux et activé la limite frontale, grâce à des valeurs de MUCAPE qui ont localement dépassé 300 J/kg, avec MULI jusqu’à -1 K. De forts cisaillements de basses couches ont accompagné cette situation. Le modèle WRF 8 km France simule ainsi une hélicité relative (SRH) qui avoisine 200 m²/s² sur l’épaisseur 0-1 km sur la zone frappée par la tornade.
 
MUCAPE et MULI, le 20 novembre 2013, à 16h locales. Modèle WRF 8 km France. Run du 19.11.2013 18Z. (c) KERAUNOS       SRH 0-1 km, le 20 novembre 2013, à 16h locales. Modèle WRF 8 km France. Run du 19.11.2013 18Z. (c) KERAUNOS