Une tornade de faible intensité (EF1) parcourt le nord de la Thiérache (Aisne) le 20 octobre 2013, vers 19h20 locales. Le phénomène, confirmé par une enquête de terrain, a plus particulièrement touché la vallée de la rivière de Landouzy, avant de se dissiper sur un plateau situé à plus de cinq kilomètres de son point de départ.
 
La tornade de Landouzy-la-Cour s'inscrit dans un "outbreak de tornades" (épisode de tornades groupées) qui totalise six cas en France, et de nombreux autres en Angleterre et au Bénélux. Un épisode de cette envergure est tout à fait exceptionnel.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour (02) le 20 octobre 2013.* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 à 175 km/h
* distance parcourue : 5,4 kilomètres
* largeur moyenne : 90 mètres (largeur observée en deux points distincts)

* communes traversées : THENAILLES (la Petite Denteuse, les Ninelles, le Landouzy), LANDOUZY-LA-COUR (le Landouzy, la rue des Rois, le Grand Champ)
* département : AISNE (02)
* altitude moyenne du terrain : 175 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation, prairies

* principaux dégâts : arbres feuillus adultes de bonne taille (hêtres, aulnes, saules, frênes) déracinés ou brisés dans leur chute ; gros peupliers sectionnés à mi hauteur ; pan de toiture d'une habitation enlevé (50% du toit) et débris portés à 100 mètres de distance ; laine de verre et morceaux de gouttière retrouvés à près de 3 kilomètres de distance ; cimes des arbres portées à faible distance
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

Les cartes ci-dessous présentent la trajectoire suivie par la tornade.
 
Trajectoire de la tornade EF1 de Landouzy-la-Cour (02) du 20 octobre 2013
© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 
Trajectoire de la tornade EF1 de Landouzy-la-Cour (02) du 20 octobre 2013
© Keraunos (fond de carte: Géoportail)
 
Les dégâts sont représentés par les plages de couleur rouge, et les projections à distance par des pointillés jaunes.
 

Enquête de terrain et photographies des dommages

Une enquête de terrain a été menée par Keraunos. Les analyses effectuées sur place permettent d'attester le passage d'une tornade le long de la rivière de Landouzy. La vallée dans laquelle se trouve la rivière semble d'ailleurs avoir joué un rôle non négligeable dans la trajectoire suivie par le tourbillon.
 
Au-delà de la rue des Rois (Landouzy-la-Cour), des débris de laine de verre sont retrouvés à près de 3 kilomètres. Faute de dégâts identifiables à cet endroit, nous considérons toutefois que la tornade s'est dissipée avant cette zone, soit au niveau d'un coteau situé au nord-est du village.
 
Premier impact identifié de la tornade, avec petites branches cassées, sur la commune de Thenailles (La Petite Denteuse). Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS      Arbres cassés le long de la rivière de Landouzy (commune de Thenailles). Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS
© KERAUNOS / P. MAHIEU - E. WESOLEK

Arbres cassés le long de la rivière de Landouzy (commune de Thenailles). Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS      Arbres cassés le long de la rivière de Landouzy (commune de Thenailles). Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS
© KERAUNOS / P. MAHIEU - E. WESOLEK
 
Arbres et branches cassées le long du Landouzy. Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS      Grosse branche cassée et projetée à faible distance le long du Landouzy. Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS
© KERAUNOS / P. MAHIEU - E. WESOLEK
  
Arbres cassés et déracinés le long du Landouzy. Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS      Arbre abattu (cercle en pointillés) et, au loin, les maisons endommagées par la tornade. Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) KERAUNOS
© KERAUNOS / P. MAHIEU - E. WESOLEK
 
Toitures fortement endommagées. Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) L'Ardennais      Matériaux de toitures projetés à 100 mètres de distance. Tornade EF1 de Landouzy-la-Cour, dans l'Aisne (02), le 20 octobre 2013. (c) France 3 Picardie / Rémi Vivenot
 

Analyse des conditions météorologiques

Les 6 tornades du 20 octobre 2013 se sont formées dans un contexte à la fois instable et très dynamique, au sein d'un ciel de traîne active.
 
On note la présence sur la nord de la France d'un très rapide flux zone en haute altitude, lié au positionnement du courant-jet le long d'un axe étiré du sud de l'Irlande et de la Bretagne jusqu'à la Pologne et à la Russie. En fin d'après-midi et début de soirée, le nord de la France est positionné dans une configuration de sortie gauche fortement divergente d'un jet-streak en cours de transit sur la Manche. Ceci est lié à la circulation d'un thalweg de haute altitude de courte longueur d'onde mais très dynamique, associé à une anomalie basse de la tropopause dynamique.
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 20 octobre 2013, à 20h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 20.10.2013 12Z. (c) KERAUNOS       Z 1.5 PVU et Z300, le 20 octobre 2013, à 20h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 20.10.2013 12Z. (c) KERAUNOS
 
 
Ce fort dynamisme atmosphérique s'applique sur des profils verticaux qui sont rendus instables par de fortes advections froides en altitude (jusqu'à -21°C à 500 hPa), qui balaient alors la Manche et le nord de la France, en surplomb d'une circulation d'air doux et humide qui se maintient dans les basses couches (thêta'w de 12 à 13°C à 850 hPa, soit vers 1.500 mètres d'altitude).
 
Température 500 hPa et Z500, le 20 octobre 2013, à 20h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 20.10.2013 12Z. (c) KERAUNOS       Thêta'w et vent moyen à 850 hPa, le 20 octobre 2013, à 20h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 20.10.2013 12Z. (c) KERAUNOS
 
 
De fait, les valeurs de MUCAPE dépassent fréquemment 500 J/kg sur le nord du pays, avec des indices de soulèvement (MULI) de -1 à -2 K. On note en outre la circulation d'un jet de basses couches sur le nord du pays. Ce dernier a contribué à accentuer l'hélicité relative jusqu'à un niveau critique en très basses couches.
 
MUCAPE et MULI, le 20 octobre 2013, à 20h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 20.10.2013 12Z. (c) KERAUNOS       Vent moyen 900 hPa et Z900, le 20 octobre 2013, à 20h locales. Modèle WRF 16 km Europe. Run du 20.10.2013 12Z. (c) KERAUNOS
 
 
Cette instabilité marquée et ces forts cisaillements, particulièrement propices à la formation de tornades, sont confirmés par le radiosondage effectué à Trappes à 14h locales. Ce radiosondage est le plus proche, géographiquement et temporellement, des formations de tornades observées ce 20 octobre.
 
L'analyse de celui-ci permet d'établir les valeurs suivantes :
* MUCAPE de 619 J/kg
* MULI de -2 K
* LCL bien abaissés à 140 mètres
* EL à 10.324 mètres, soit à l'altitude de la tropopause
* cisaillements 0-6 km de 30 m/s
* SRH 0-1 km de 162 m²/s²
* SRH 0-3 km de 230 m²/s²
 
Profil vertical réalisé sur la base du radiosondage de Trappes, le 20 octobre 2013 à 14h locales. (c) KERAUNOS
 

Analyse des cellules orageuses

Les images des satellites défilants et géostationnaires montrent explicitement que les orages qui ont donné naissance aux multiples tornades de ce 20 octobre ont circulé au sein d'une limite secondaire active. Celle-ci se présente dès le matin par la Bretagne puis gagne sensiblement en activité en seconde partie d'après-midi, lors de sa progression sur la Normandie, l'Ile-de-France, la Picardie puis le Nord - Pas de Calais.
 
Le canal visible montre notamment la présence d'une multitude de sommets convectifs profonds au sein de cet axe secondaire, sous la forme de bouillonnements nuageux proéminents :
 
Image satellite canal visible du 20 octobre 2013 à 17h locales. (c) Météosat
 
 
Les images réalisées dans le canal infrarouge, une fois colorisées, permettent de mettre en évidence la température des sommets nuageux. On note des sous-structures relativement anarchiques au sein de cet axe secondaire, avec des zones plus actives, identifiées par des sommets nuageux inférieurs à -55°C.
 
Image satellite thermique du 20 octobre 2013 à 17h54 locales. (c) Eumetsat       Image satellite thermique du 20 octobre 2013 à 20h00 locales. (c) Eumetsat
 
 
Ces éléments sont confirmés par les images radars, qui montrent de nombreuses cellules orageuses de petite dimension, incluses au sein d'un vaste cordon pluvieux à composante convective, ou le précédant de quelques dizaines de kilomètres. Ce système à dominante linéaire tend à s'enrouler sur lui-même en soirée, entre le nord de la Picardie et le Nord - Pas de Calais, donnant naissance à une variante originale de LEWP, à la fois morcelée et anarchique. Le coeur de ce dernier est associé à un thalweg de surface (minimum de 1008,2 hPa mesuré à Lille à 19h11 locales), au sein duquel évoluent des cellules dont les trajectoires dévient fortement du flux moyen.
 
Les très forts cisaillements générés par cette organisation ont donné naissance à au moins deux supercellules de type LT :
* l'une s'est formée au large d'Abbeville, avant de parcourir le Pas-de-Calais puis le Nord ; les tornades d'Azincourt (Pas-de-Calais) et de Bailleul (Nord), lui sont imputables.
* la seconde s'est formée dans le Val-d'Oise, avant de parcourir l'Oise puis l'Aisne ; la tornade de Landouzy-la-Cour (Aisne) a été produite par cette supercellule juste avant sa dissipation.
 
D'autres probables supercellules de même type sont par ailleurs répertoriées le même jour, mais en liste secondaire.