Une tornade de très faible intensité (EF0), issue d'une trombe marine qui s'est formée non loin de l'Ile de Port-Cros, a frappé la commune de la Croix-Valmer, le 14 octobre 2012 vers 18h30 locales. Le phénomène, qui a été vu, s'est évanoui sur les hauteurs de la commune. Déjà, le 29 novembre 2009, une trombe marine était venue s'échouer sur la commune de la Croix-Valmer, mais les dégâts s'étaient limités à la bande littorale. 

La tornade de la Croix-Valmer s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 4 cas pour la journée du 14 octobre 2012, dont celui de Saint-Hilaire-le-Vouhis (Vendée), de Ligré (Indre-et-Loire) et des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône).

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés de 105 km/h à 135 km/h
* distance parcourue : 3,8 kilomètres
* largeur moyenne : 100 mètres

* commune traversée : LA CROIX-VALMER (plage de la Douane, la Douane, la Pierre Plantée, D93, le Brost)
* département : VAR (83)
* altitude moyenne du terrain : 70 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; vignobles ; forêts mélangées ; forêt et végétation arbustive en mutation

* principaux dégâts : arbres feuillus de faible dimension (mimosas, cyprès, peupliers) couchés ou ébranchés, plusieurs arbres feuillus ou conifères de bonne taille déracinés sur un terrain pentu et instable, toitures d'habitation endommagées (couverture en tuiles enlevées sur de faibles portions), un mur de clôture renversé indirectement par la chute d'un arbre, quelques débris légers signalés dans la colonne.

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Des dommages ponctuels sur un trajet de près de 4 kilomètres

Une enquête de terrain, menée par Christophe Ferré pour Keraunos, a permis de reconstituer le phénomène dès son entrée dans les terres, et jusqu'au lieu-dit du Brost, situé à près de 4 kilomètres au Nord-Est.

La carte ci-dessous synthétise les dégâts répertoriés sur l'ensemble de la trajectoire. Il est à préciser que l'enquête a été rendue difficile par la nature plutôt accidentée du terrain. De fait, il est probable que certains dégâts n'aient pas pu être rendus visibles:

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

1 - LA CROIX-VALMER - Plage de la Douane - Pin déraciné à l'est du ruisseau de la Carrade:
 
 
 2 - LA CROIX-VALMER - D559 - Intersection avec l'avenue Marcel Pagnol - Mimosas et conifères de faible dimension brisés net:
 
3 - LA CROIX-VALMER - Boulevard Tabarin - Intersection avec la Croix - Peuplier d'Italie brisé net
(il n'était pas sain de pied et cette partie de l'arbre était presque morte)
 
 4 - LA CROIX-VALMER - Boulevard Tabarin - Intersection avec les Maisons des Vignes - Mimosa adulte déraciné:
 
5 - LA CROIX-VALMER - Villa "La Paisible" (côté boulevard des Villas) - Toiture endommagée par la chute d'un gros cèdre:
 
 5 - LA CROIX-VALMER - Boulevard des Villas - Mur de clôture renversé:
 
 6 - LA CROIX-VALMER - Boulevard Georges Selliez - Hôtel l'Orangeraie - Arbres conifères de faible dimension
éventrés dans le parc:
 
 7 - LA CROIX-VALMER - Boulevard Georges Selliez - Résidence "Le Grand Cap" - Couvertures en
tuiles des toits partiellement enlevées (partie ouest de la résidence):
 
 8 - LA CROIX-VALMER - Le Brost (partie est) - Branches de pins brisées et jetées au sol:
 
   

Coupure de presse

Le journal Var-Matin évoque le phénomène dans son édition du 16 octobre 2012:

Une mini-tornade fait de sérieux dégâts à La Croix-Valmer
 
Un exceptionnel phénomène météorologique a ravagé la toiture d’un centre de vacances et arraché de nombreux arbres, dimanche en fin de journée. Heureusement, il n’y a pas eu de blessé.
 
Il pleuvait, mais j'étais sorti fumer une cigarette sur la terrasse, vers 18h30, quand j'ai vu de drôles de nuages noirs se lever sur la mer. Tout le panorama s'est d'un coup assombri et une colonne de nuage couleur un peu café au lait s'est mise à se déplacer. J'ai vu voler les premiers cartons et papiers, une branche de palmier. C'était déjà impressionnant. Je me suis mis à l'abri derrière la baie vitrée. Brusquement la pluie a cessé et le vent a baissé d'intensité, juste quelques secondes, avant de devenir terrifiant. Il avait une force monumentale. J'ai vu les tuiles des toits s'envoler les unes après les autres. J'étais tétanisé.
 
Xavier Billet, en vacances dans la résidence du Grand Cap à La Croix-Valmer n'en est pas encore revenu. Il est le seul à avoir vu ce déchaînement naturel incroyable.
 
Le directeur de l'établissement, Patrice Prual, n'a découvert le désastre qu'en sortant de son bureau.
 
Très localisée
 
Très localisée, la tornade a emporté la couverture de toit de plus de 70 chambres, d'un seul côté du bâtiment, à l'ouest. Les voitures garées sur le parking, de l'autre côté du centre, sont restées intactes. « J'avais bien entendu du bruit, mais je n'avais vu que quelques tuiles tomber. Donc je suis sorti de mon bureau… et puis j'ai vu le reste ! Heureusement, tout le monde était indemne.
 
Aussitôt, tous les résidents ont été regroupés dans la salle commune et le personnel du centre s'est attaché à les réconforter et à leur service un bon repas. Par solidarité, certains employés en congé, sont vite venus prêter main-forte. Un vrai esprit d'équipe qui a permis d'éviter toute panique. »
 
Pendant ce temps, les pompiers et les gendarmes se sont rapidement rendus sur les lieux, ainsi que la police municipale locale, les services techniques et le maire, François Gimmig.
 
La solidarité a joué
 
« Les pompiers ont été formidables. Ils sont restés jusqu'à plus de 23 heures pour mettre les lieux en sécurité et enlever le plus possible les tuiles qui risquaient encore de tomber. Ils ont même accompagné les résidents pour prendre quelques effets personnels pour la nuit. » Car, bien sûr, il n'était pas question de les laisser dormir dans leurs appartements. « Avec l'aide la municipalité et la collaboration d'autres centres de vacances, poursuit M. Prual, nous avons pu reloger tout le monde, y compris l'intégralité d'un car qui venait du Roc d'Azur à Fréjus et qui a pu être accueilli au Plan-de-la-Tour au centre du Reverdi. Tous les autres ont été placés ici et là et même à l'hôtel la Rotonde. La ville a prêté des logements, mis un car à disposition pour transporter tout le monde. La solidarité a joué à fond », conclut le directeur.
 
« Tout s'est bien fini. Mais les dégâts sont sérieux. Nous avons 72 chambres hors service. Mais tout sera fait pour que nous puissions retrouver notre capacité d'accueil d'ici les vacances de la Toussaint », précise encore Gérard Brest, directeur d'exploitation du groupe "Vacances Bleues" qui gère la résidence. Une chose est sûre, le pire a été évité.
 
Rétrospectivement, tous ceux qui ont vécu cet incroyable phénomène météorologique en ont encore froid dans le dos.