Une tornade de très faible intensité (EF0) frappe une commune de la région laonnoise, le jeudi 27 septembre 2012 à 8h15 locales. Le phénomène, qui a été ressenti par plusieurs habitants, a été confirmé par une enquête de terrain.  

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés de 105 km/h à 135 km/h
* distance parcourue : 1,4 kilomètre
* largeur moyenne : 50 mètres

* commune traversée : GIZY (Gizy-Gare)
* département : AISNE (02)
* altitude moyenne du terrain : 73 mètres
* type de terrain : prairies, tissu urbain discontinu, systèmes culturaux et parcellaires complexes

* principaux dégâts : grosses branches cassées sur des feuillus parfois de taille imposante (saules, peupliers, frênes); habitations endommagées (tuiles faîtières enlevées, antennes TV pliées, quelques tuiles déplacées); un pan de toiture d'une habitation en mauvais état, enlevé (20% de la surface); toiture d'un bâtiment en tôles en partie enlevée et morceaux propulsés à 50 mètres environ; multiples projections de branches d'arbres

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Une faible trajectoire

Une enquête de terrain menée par Keraunos confirme le passage d'une tornade sur une trajectoire totale de 1,4 kilomètre. Les dégâts sont tous délimités dans un couloir compris entre 30 et 70 mètres de largeur. Des traces de flux convergent ont été laissées au niveau du sol (tout au long de la trajectoire, un nombre significatif de branches cassées ont été projetées en direction de l'axe suivi par la tornade, parfois à plusieurs dizaines de mètres).

La carte ci-dessous indique les principaux dégâts recensés. Les plages colorées de rouge représentent les zones qui ont subi des dégâts:

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
 1 - GIZY - Premiers dégâts observés. Petites branches cassées sur une rangée d'arbres :
 
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents

2 - GIZY - Dommages mineurs sur une structure en bardage avec couverture légère :
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
3 - GIZY - Grosses branches cassées :
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
3 - GIZY - Tôle arrachée à une toiture de hangar et rejetée à faible distance :
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
4 -GIZY - Grosse branche cassée sur un peuplier adulte :
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
5 -GIZY - Toiture endommagée :
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
6 -GIZY - Traces d'un flux fortement convergent au niveau du sol. Branche cassée et projetée en direction de l'axe suivi par la tornade
(tornade circulant dans le dos du photographe, de la droite vers la gauche) :
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
7 -GIZY - Ultimes dommages. Branches cassées sur une rangée d'arbres :
   © MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents

Contexte météorologique

Cette très faible tornade s'est formée dans un contexte fortement dépressionnaire, lors du passage d'un thalweg d'altitude bien dynamique, associé à des advections froides marquées à l'étage moyen (jusqu'à -23°C vers 5.500 mètres d'altitude) [cf. ci-dessous à gauche, la simulation du modèle WRF].

Dès le début de matinée, les profils verticaux étaient simulés instables, avec une MUCAPE d'environ 100 J/kg sur l'Aisne [cf. ci-dessous au milieu]. Cette instabilité était toutefois trop limitée pour permettre une évolution orageuse ; de fait, la petite ligne convective qui a balayé l'Aisne ce matin-là vers 08h locales, et qui a provoqué la tornade de Gizy, n'a pas présenté d'activité électrique. La présence d'une vaste zone affectée par une hélicité modérée dans les très basses couches (SRH 0-1 km > 100 m²/s²) [cf. ci-dessous à droite] a néanmoins suffi à générer cette brève tornade de très faible intensité.

 
   
   

Coupure de presse

L'Union fait mention du phénomène dans son édition du 28 septembre 2012:

Une mini-tornade s'abat sur Gizy
 
GIZY (Aisne). Hier matin, une mini-tornade s'est abattue sur Gizy-gare. Arbres et toitures ont été arrachés par une bourrasque qui n'a pourtant duré que quelques minutes.
 
PATRICK en est persuadé : hier matin, sa femme a eu le bon réflexe. « Il était à peu près 8h15, elle partait à l'école. Au moment où elle ouvrait la porte de la maison, elle a entendu un vacarme du tonnerre. Elle a tout de suite refermé, et elle bien fait. » Elle a pensé à un accident de la circulation mais un coup d'œil par la fenêtre lui a permis de comprendre qu'il s'agissait de tout autre chose. En effet, quelques secondes plus tard, un grand morceau de toiture en tôle appartenant à un petit bâtiment s'abattait sur la façade de sa maison.
 
« Cela a duré cinq minutes, peut-être moins. Il y avait de grandes bourrasques de vent, les poubelles volaient partout dans la rue. J'ai regardé mon noyer, au fond du jardin : au départ, il tournait dans un sens puis dans un autre. On aurait dit une mini-tornade qui a traversé le village sur une bande de cinquante mètres de large environ », raconte Marc qui parle d'un phénomène climatique violent, soudain, et qui s'est arrêté aussi vite qu'il a commencé. « Le temps de comprendre ce qui se passait, c'était terminé. Je n'avais pas vu un vent pareil depuis la tempête de 1999. Je pense que c'était aussi fort mais beaucoup plus rapide, heureusement. »
 
Blocs de béton
 
Une fois le calme revenu, chacun est sorti pour constater les dégâts. Ici, des tuiles ou quelques faîtières arrachées. Chez Marc, ce sont les arbres qui ont le plus souffert. Patrick, qui habite de l'autre côté de la rue, attendra, quant à lui, le passage de son assureur avant de retrousser ses manches.
 
Un bâtiment en tôle, qui abritait notamment une cuve, s'est littéralement envolé. « Il fallait que le vent ait une sacrée force quand même car il était fixé au sol », explique-t-il en montrant les blocs de béton qui, eux aussi, ont été délogés pour atterrir plusieurs mètres plus loin.
 
Les quelques habitants sinistrés prennent toutefois les choses avec philosophie, en se disant que personne n'a été blessé et que c'est bien là le plus important.
 
« C'est un coup de chance car cette mini-tornade est passée au-dessus de la route qui est toujours très fréquentée et encore plus à cette heure de la journée. Le bilan aurait pu être plus grave. Imaginez si une voiture avait été percutée par un morceau de tôle… »