Une tornade de faible intensité (haut de l'échelon EF1), issue d'une trombe marine, a parcouru l'Ouest de la commune de Sanary-sur-Mer (Var), le 25 octobre 2011, à 7h25 locales. Déjà, le 29 septembre 1991, un phénomène similaire avait déjà frappé le cœur de la commune jusqu'au Lançon, suivant un sens de déplacement rigoureusement identique mais environ 1 kilomètre plus à l'Est.  

Principales caractéristiques de la tornade

intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 km/h à 175 km/h
distance parcourue : 3,3 kilomètres
largeur moyenne : 50 mètres

commune traversée: SANARY-SUR-MER (la Cride, Beau Cours, la Poussarague, la Gorguette, la Morvenède, Logis Deprats, Aires de Sanary)

département : VAR (83)
altitude moyenne du terrain : 45 mètres
type de terrain : tissu urbain discontinu, systèmes culturaux et parcellaires complexes

principaux dégâts : toitures endommagées (>20%), gros arbres déracinés ou étêtés, poteaux électriques (bois) brisés net, lampadaires pliés, légères projections de débris

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.

Parcours de la tornade

 © Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Une trombe marine à l'origine de la tornade

Une enquête de terrain a été effectuée par Christophe Ferré pour Keraunos. La synthèse des informations recueillies sur place permet d'affirmer qu'une trombe marine, entrée dans les terres à l'ouest de la baie de Portissol, a poursuivi sa course jusqu'à l'aire de Sanary, sur l'autoroute A50.
 
Beau Cours, chemin de la Marine: arbres étêtés et toitures endommagées:
 
© VAR-MATIN
  
Route de Bandol - Chemin des Roches: dégâts à la végétation (arbres déracinés ou étêtés):
   
© Christophe Ferré / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
Chemin de la Morvenède - arbre et mobilier urbain couchés:
© Christophe Ferré / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
Ancien chemin de Toulon - Chemin de la Carrerade de l'École Sainte-Trinide - Toit entièrement détuilé:
© Christophe Ferré / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
Logis Deprats - conifère vigoureux étêté - toitures d'habitations légèrement endommagées:
  
© Christophe Ferré / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
Détail d'un poteau électrique cassé net:
© Christophe Ferré / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 

Contexte météorologique

La tornade a pris naissance en mer, au sein d'un système convectif de méso-échelle actif (MCS). Un axe de convection profonde plus intense, structuré sous une forme quasi-linéaire (QLCS), était ainsi en place en mer plusieurs dizaines de minutes avant la formation de la tornade, avec extension de l'activité convective profonde sur l'ouest du département du Var.

L'analyse des échos radar suggère le développement d'une série de misocyclones le long de ce QLCS dès 07h locales. L'un d'entre eux circule en phase avec une cellule convective virulente, qui remonte en flux de SSO depuis le large et balaie la commune de Sanary-sur-Mer entre 07h25 et 07h35 locales. Les fortes réflectivités associées laissent penser que les mouvements verticaux, très intenses et persistants au sein de cette cellule, ont permis un développement du vortex jusqu'à un stade de tornade, ce que ne sont pas parvenues à réaliser les autres cellules composant ce système convectif.

L'ensemble circulait au sein d'un flux fortement cyclonique de secteur SSO, piloté par un imposant thalweg d'altitude qui, au même moment, abordait l'ouest du pays (Fig. 1). Le flux de surface, très rapide et orienté au secteur SE, advectait dans le même temps sur le Var une masse d'air très douce et fortement chargée en humidité dans les basses couches de l'atmosphère, y induisant une instabilité latente modérée (Fig. 2). Cette configuration propice à des développements orageux a été associée à des cisaillements profonds supérieurs à 20 m/s à proximité du Var (Fig. 3), assurant ainsi un contexte favorable à une convection organisée. Cette dernière a par ailleurs bénéficié d'intenses cisaillements de basses couches (Fig. 4), qui ont constitué l'un des moteurs essentiels au développement de cette tornade.

   
 Fig. 1 / WRF 8 km FRANCE
champ à 500 hPa : isohypses et tourbillon absolu

 
 Fig. 2 / WRF 8 km FRANCE
champ de MUCAPE et de MULI

 
   
Fig. 3 / WRF 8 km FRANCE
champ de cisaillements 0-6 km
Fig. 4 / WRF 8 km FRANCE
champ de SRH 0-3 km
 

Coupure de presse

Var Matin évoque le phénomène dans son édition du 25 octobre 2011 :


Une mini-tornade fait de gros dégâts à Sanary

Ce matin, vers 7h30, une mini tornade s'est abattue sur Sanary, ciblant les quartiers de Portissol et Beau Cours. Selon les pompiers, la mini tornade s'est formée en venant de la mer puis est remontée à l'intérieur des terres.

30 villas touchées

Les habitants du chemin de la Marine et du chemin des Amandiers ont subi de gros dégâts matériels : toitures détruites, portails arrachés, voitures écrasées sous les grands pins. En tout, près de 30 villas ont été touchées, selon un premier bilan. Aucun blessé n'est cependant à déplorer.

70 sapeurs-pompiers sur le pont

Près de 70 pompiers étaient à pied d'œuvre ce matin pour bâcher les toits des maisons et couper les arbres dangereux. Des routes ont été coupées par des arbres tombés sur la chaussée (avenue Mistral, avenue du Nid), mais les voies ont pu être réouvertes à la circulation vers 11h.

150 personnes évacuées d'un TER

La mini tornade a aussi touché le réseau SNCF. A 7h40, le mécanicien du TER 22052 en partance de Toulon vers Marseille, a signalé que la foudre était tombée alors qu'il se trouvait à Sanary. Un arbre s'est aussi couché sur la voie ferrée, provoquant une rupture de catenaire. Le train a été bloqué au km 53, au niveau du chemin de Morvenède. Près de 150 passagers du train ont été évacués : des bus se sont relayés pour les acheminer jusqu'à une salle polyvalente de Sanary.

Des travaux jusqu'à demain

Les équipes de la SNCF travailleront toute la journée et toute la nuit encore pour réparer la caténaire. Le train bloqué doit être rapatrié vers Marseille dans l'après-midi. En attendant, une voie sur deux fonctionne dans le sens Marseille-Vintimille.