Une tornade de très faible intensité (EF0) touche le Béthunois, le 26 septembre 2010, vers 13h45 locales. Le phénomène, qui s'est formé sous une cellule convective peu active, a été confirmé par une enquête de terrain, par plusieurs témoins visuels et relayé par la presse régionale.

Principales caractéristiques de la tornade

intensité maximale : EF0, soit des vents estimés de 105 km/h à 135 km/h
distance parcourue : 300 mètres
largeur moyenne : 30 mètres

commune traversée : NOYELLES-LÈS-VERMELLES (le Clos du Bois)

département : PAS-DE-CALAIS (62)
altitude moyenne du terrain : 31 mètres
type de terrain : tissu urbain discontinu

principaux dégâts : toitures endommagées (<20%), petites branches d’arbres arrachées et éparpillées, plusieurs trampolines emmenés dans les airs, dont un qui est passé au-dessus de deux maisons

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, 
mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.


Parcours de la tornade



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)


Une sorte de "claquement répété"

Une enquête de terrain a été effectuée par Keraunos pour cette tornade. Elle fait apparaître un couloir de dégâts d'environ 300 mètres de longueur sur 30 mètres de largeur en fin de trajectoire. Ces dommages, alignés mais partiellement discontinus, laissent penser que le contact de la tornade au sol était irrégulier et a peiné à se stabiliser. Plusieurs propriétés ont ainsi été affectées.

Les témoignages sont unanimes et permettent de valider sans conteste le passage d'un phénomène tourbillonnaire sur le secteur:

- phénomène extrêmement bref,
- bruit anormal décrit comme une sorte de claquement répété.

Un des habitants des lieux a clairement identifié le tourbillon qui a circulé devant son habitation en emportant un trampoline qui, selon ses dires, "tourbillonnait dans les airs".
 
 Carte générale des dégâts:
© Keraunos (fond de carte : Googlemaps)

1    Toiture très faiblement endommagée:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents

2    Habitation endommagée avec chutes de tuiles:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
2    Phénomène d'aspiration sur le velux:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
   Habitation endommagée avec chutes de tuiles et objets divers emportés:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
3    Mobilier de jardin et cabanon en bois détruits:
 © MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
   Mobilier de jardin détruit, cabanon en bois pulvérisé et gouttière partiellement arrachée:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
4    Trampoline soulevé et projeté au-dessus d'une maison avant de retomber violemment:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
5-6    Habitations faiblement endommagées avec chutes de tuiles:  
 © MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents

Contexte météorologique du 26 septembre 2010

La tornade de Noyelles-lès-Vermelles s'est formée dans un contexte météorologique dépressionnaire, dominé par la circulation d'une goutte froide d'altitude entre les Ardennes, le Nord - Pas de Calais et la Belgique. Cette goutte froide, associée à un minimum d'altitude peu mobile, et doublée au sol par une dépression centrée sur la Belgique, a migré lentement ce 26 septembre du nord vers le sud, en générant une forte activité convective sur le nord de la France et sur la Belgique. De nombreux trains d'averses, parfois orageuses et productrices de grésil ou de petite grêle, se sont enroulés durant plusieurs heures autour du système dépressionnaire, générant localement des lames d'eau supérieures à 50 mm, plus particulièrement sur l'est du Pas-de-Calais et la Somme.

Le modèle WRF en résolution 8 km, utilisé par l'Observatoire en prévision opérationnelle, permet de visualiser efficacement les éléments constitutifs de cette situation perturbée, à 12h TU, soit au moment de la tornade. Une sélection de champs tirés du run du 26 septembre 2010 montre notamment un noyau d'instabilité verticale marquée au zénith du Nord - Pas de Calais (SBCAPE & LI), couplé à un axe de forts cisaillements en basses couches (SRH 0-1 km), l'ensemble étant piloté par un minimum d'altitude associé à une goutte froide pointée à -25°C à 500 hPa.

 
 

Image radar

 
 
 
 
L'analyse des images radar montre que la tornade s'est développée sous une structure convective de nature monocellulaire, qui s'est formée peu de temps avant à une dizaine de kilomètres au nord de Noyelles-lès-Vermelles. Cette cellule, qui n'a pas généré de chute de foudre d'après les relevés de Météorage, circulait du nord vers le sud, sur le flanc occidental du minimum d'altitude.

Ci-contre, image radar de 13h45 locales (source : wetter24.de)
 
 
 

 

Cartes d'analyse météorologique

Le bulletin de prévision émis le 26 septembre à 08h locales indiquait un risque de tornade pour la journée du 26 septembre 2010, plus particulièrement l'après-midi, depuis la Champagne jusqu'au Nord - Pas de Calais.

Copie du bulletin :

Un cut-off resserré et très dynamique, associé à une goutte froide d'altitude pointée à -26°C à 500 hPa, se calera ce dimanche à proximité des Ardennes, avant de migrer vers le Jura la nuit prochaine. Sur la zone visée, elle assurera des gradients verticaux resserrés à l'étage moyen (jusqu'à 7,5°C/km) et conséquemment des profils verticaux instables, grâce à la présence conjointe d'air très humide près du sol (SBCAPE > 300 J/kg, SBLI < -2°K, TTI > 35). Dans ce contexte, caractérisé par des MUCIN et SBCIN quasi nuls, la convection sera générale sous la goutte froide et la zone visée sera soumise à de nombreuses averses, qui iront localement jusqu'à l'orage, malgré des niveaux d'équilibre relativement bas (prévus aux environs de 7 km d'altitude). Ces orages, généralement épars et sans sévérité particulière, pourront toutefois générer localement de fortes précipitations et des lames d'eau supérieures à 30 mm, notamment du Pas-de-Calais à l'ouest de la Picardie jusqu'à l'est de la Basse-Normandie, plus particulièrement en fin d'après-midi et soirée. Quelques rafales de vent voisines de 40 à 50 km/h pourront accompagner ces averses et orages, qui sont par ailleurs susceptibles de produire très localement un tuba voire une faible tornade durant l'après-midi. Le risque d'orage déclinera la nuit prochaine, mais ne sera pas tout à fait inexistant, notamment du Bassin Parisien à la Côté d'Or et aux Vosges.

  

Coupure de presse

La Voix du Nord a rapidement fait part du phénomène dans son édition Internet du 26 septembre 2010 :

Mini-tornade à Noyelles-lès-Vermelles

Un événement climatique violent et bref a arraché des tuiles et fait voler du mobilier de jardins contre une dizaine de maisons entre 13 h 30 et 14 h au clos du Bois, dans la rue des Charmes et des Sapins à Noyelles, entre Béthune et Lens. Huit pompiers sécurisent les toits et posent des baches. Il n'y a pas de blessés ni de familles à reloger.