Une tornade d'intensité modérée (EF2) a frappé l'est du Montreuillois, le 23 août 2010, à 3h50 locales. Le phénomène, qui a été confirmé par plusieurs témoignages et relayé par la presse régionale, s'est déroulé en pleine nuit dans un contexte météorologique particulièrement propice.

La tornade de Humbert s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour les journées des 22 et 23 août 2010 (24 heures glissantes) dont la tornade EF0 d'Avesnes-lès-Aubert (Nord), survenue trois heures plus tôt.

Principales caractéristiques de la tornade

intensité maximale : EF2, soit des vents estimés de 175 km/h à 220 km/h
distance parcourue : 4,5 kilomètres
largeur moyenne : 50 mètres

communes traversées: SEMPY (la Bataille), HUMBERT (le Camp d'Artois, les Marnières, le Mont-Hermel, Fond des Huches, le Feutel), SAINT-MICHEL-SOUS-BOIS

département : PAS-DE-CALAIS (62)
altitude moyenne du terrain : 115 mètres
type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation; systèmes culturaux et parcellaires complexes; surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants

* principaux dégâts :  une toiture d'habitation endommagée à plus de 20%, plusieurs toitures faiblement endommagées, arbres de taille respectable déracinés ou cassés net à la base (parfois des bouquets entiers), grosses branches cassées et envolées, destruction d'un hangar de 200 m² en bois et tôle (ancré dans des fondations en béton), moissonneuse-batteuse déplacée, engin agricole de plusieurs tonnes retourné, deux pylônes électriques en béton cassés net, projection de tôles à plus de 500 mètres de distance, meules de foin (300 à 500 kg/pièce) déplacées ou projetées à plus de 100 mètres de leur lieu d'origine

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.

Parcours de la tornade

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Des ballots de paille transportés à 100 mètres

Une enquête de terrain a été effectuée par Keraunos pour cette tornade. Elle fait apparaître un couloir de dégâts très net sur une trajectoire de plus de 4 kilomètres et une largeur maximale de 50 mètres. En plusieurs points de la trajectoire, un axe de convergence est parfaitement identifié, notamment dans un champ de maïs où le sens de chute des épis décrit une rotation.

Si les dommages aux habitations demeurent faibles, ceux occasionnés sur la végétation sont en revanche plus spectaculaires. On observe notamment de nombreux arbres, parfois de bonne taille, étêtés ou brisés net à la base. Dans une parcelle agricole, plusieurs ballots de paille sont déplacés par la tornade; certains sont même emportés à distance à déposés à 100 mètres de leur emplacement d'origine. Dans la trajectoire de la tornade figure également un hangar qui a été entièrement soufflé et les débris transportés jusqu'à 500 mètres.

La tornade de Humbert s'accompagne également d'un bruit caractéristique, comme l'indique un témoin de la commune de Saint-Michel-sous-Bois :
"Il devait être environ 4 heures du matin. Beaucoup de gens du village l'ont entendue arriver. Une personne âgée de 90 ans n'avait jamais vu cela ici. On a retrouvé des meules de foin projetées sur la route [à HUMBERT]. Il faut une sacrée force, parce que ça pèse 300 kg. Et le hangar! Il avait été refait il y a quatre ou cinq ans; il était en bois et en tôles, et avec des fondations solides en béton. On voit des traces du passage de la tornade sur des champs de maïs, plus haut, vers SEMPY. Ensuite elle a pris la direction de SAINT-MICHEL, et passée derrière l'église, et puis plus rien".

HUMBERT - Premiers dégâts visibles dans un champ de maïs - Déplacement de meules de foin
émanant d'un champ de blé de la commune de SEMPY - début de convergence (flèches bleues):
 
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Le Camp d'Artois - Champ de maïs couché sur une largeur de 50 mètres -
Déplacement de la tornade (flèches rouges) - Convergence établie (flèches bleues):
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - D 153 - Meules de foin projetées à plus de 100 mètres de leur lieu d'origine -
Tour en briques et croix de la Chapelle Saint-Sylvestre brisées et projetées à distance:
     
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Descente du Fond des Huches - Bouquets d'arbres cassés net à 3 mètres du sol:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Panorama sur le Fond des Huches - Tôles transportées à plusieurs centaines de mètres:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Panorama sur le Fond des Huches - Arbres étêtés - Déplacement du vortex (flèches rouges):
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Fond des Huches - Tracteur retourné - Moissonneuse-batteuse déplacée:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Fond des Huches - Vue générale d'un hangar dont il ne reste que les fondations -
Convergence des dégâts définie par les flèches bleues - Projection d'une poutre à l'arrière de son lieu d'origine:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
HUMBERT - Fond des Huches - Tôles enroulées dans des arbres:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
SAINT-MICHEL-SOUS-BOIS - Toiture endommagée: 
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
SAINT-MICHEL-SOUS-BOIS - Grosses branches cassées - Tornade en fin de vie ne provoquant que des
dégâts diffus et peu significatifs:
© MAHIEU-WESOLEK / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 

Image radar

L’image radar ci-contre présente l'organisation des systèmes précipitants, à 03h45 locales, sur le Nord - Pas de Calais. Elle met en évidence un système orageux multicellulaire actif sur l’ouest du Pas-de-Calais. En queue de système se distingue une petite entaille, positionnée sur son flanc sud-est. Ce signal radar passe au zénith de la région de Humbert à l'heure de la tornade et indique une possible formation mésocyclonique. On ne peut donc exclure dans le cas présent que la tornade soit de nature mésocyclonique, mais cette hypothèse demanderait à être confortée par l'analyse d'une image de radar à effet Doppler, indisponible à ce jour.
On notera par ailleurs qu'un seul impact de foudre a été détecté par Météorage à proximité de la trajectoire de la tornade (un impact positif à environ 3 km au nord-est de Humbert, à 03h51 locales).

Contexte météorologique de la nuit du 22 au 23 août 2010

La tornade d'Avesnes-lès-Aubert et la tornade de Humbert se sont formées au sein d'une configuration météorologique dynamique, fortement barocline, caractérisée sur le Nord - Pas de Calais par la circulation nocturne d'une onde de thêta élevées en basses couches (langue d'air à la fois chaud et humide près du sol), dans un rapide flux d'ouest/sud-ouest piloté par un minimum d'altitude positionné entre Ecosse et Islande. La crête d'onde s'est formée en amont immédiat d'un front ondulant évoluant en front froid par la Manche. Les cisaillements de vent associés à ce type de configuration ont été accrus par le creusement d'une dépression en Manche au même moment (rotation accentuée des vents de surface au secteur SE sur le Nord - Pas de Calais).

La situation était également dynamique en altitude, grâce notamment à une forte ondulation du courant-jet (voir ci-contre), induisant une puissante divergence dans les couches supérieures de l'atmosphère.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le modèle WRF en résolution 8 km, utilisé par l'Observatoire en prévision opérationnelle, permet de saisir certaines composantes essentielles de cette situation propice aux tornades. Les champs ci-dessous sont issus du run initialisé le 22 août 2010 à 00Z. Ils présentent la situation telle que prévue par le modèle pour le 23 août à 00Z (02h locales), soit à l'heure moyenne de formation des tornades d'Avesnes-lès-Aubert et de Humbert.

Le champ de tourbillon absolu à 500 hPa témoigne d'une configuration se dynamisant sensiblement par la Manche, avec de fortes advections de tourbillon dans le flux, en association avec la circulation d'un axe de thalweg relativement resserré. Dans le même temps, la masse d'air présente sur le nord de la France une instabilité suffisante pour autoriser une convection profonde (MUCAPE de 600 J/kg et MULI de -1°K), celle-ci ne devant pas être associée à une forte production de courants descendants (Downdraft CAPE inférieure à 200 J/kg). Or ces configurations présentant conjointement une instabilité modérée et une DCAPE limitée ont montré leur capacité à supporter des développements de tornades, comme cela avait déjà été le cas à Hautmont le 3 août 2008. Dans ces situations, l'élément capital est la présence conjointe de puissants cisaillements, notamment en basses couches. Le champ de LCL / SRH 0-1km montre des basses couches à la fois très humidifiées (niveaux de condensation à moins de 300 mètres du sol) et fortement cisaillées (puissant noyau de SRH 0-1 km à 300 m²/s² sur le secteur de Humbert). Ces cisaillements de très basses couches sont doublés de cisaillements moyens et profonds également sévères (SRH 0-3 km > 400 m²/s² et BRN Shear de 200 m²/s²). On note que l'ensemble de ces éléments favorables se sont rassemblés simultanément sur le Nord et le Pas-de-Calais entre 00h et 04h du matin, produisant ainsi une situation fortement propice à la survenue d'une tornade.

 
 
 

Prévision du phénomène (bulletin KERAUNOS du 22 août à 06hTU)

Le bulletin de prévision émis le 22 août à 08h locales indiquait un risque de tornade pour la nuit du 22 au 23 août 2010, sur les régions des frontières du nord et du nord-est de façon générale, et plus particulièrement sur le Nord - Pas de Calais et les Ardennes. On peut donc considérer que les tornades de Humbert et d'Avesnes-lès-Aubert ont été correctement anticipés.

C'est la seconde fois, depuis le 1er janvier 2010, que l'Observatoire émettait une prévision de risque tornade de niveau 3/4.

Extrait du bulletin :

** RISQUE DE NIVEAU 2/4 POUR RAFALES DE VENT POUVANT DEPASSER 90 KM/H SOUS ORAGE, RISQUE DE TORNADE, ET PLUS MARGINALEMENT PRECIPITATIONS LOCALEMENT FORTES ET CHUTES DE GRELE **
[...]
La tête d'onde circulera en début et milieu de nuit sur le Nord - Pas de Calais et les Ardennes, y générant des profils modérément instables (MULI < -3°K), très humidifiés (LCL < 300 m AGL) et sévèrement cisaillés en très basses couches (SRH 0-500 m > 180 m²/s², SRH 0-1 km > 250 m²/s²). Les orages susceptibles de se développer au sein de cette tête d'onde seront par ailleurs dynamisés par la circulation d'une forte ondulation du courant-jet (configuration simultanée d'entrée droite et de sortie gauche de courant-jet). Dès lors, même si le déclenchement d'orages nombreux n'y est pas certain à cette heure, le potentiel orageux y est significatif et en mesure de générer de fortes précipitations ainsi que des rafales de vent supérieures à 90 km/h, l'ensemble étant accompagné d'un risque modéré de tornade, en fin de soirée et début de nuit notamment. Ce risque de tornade concernera également l'ensemble des frontières du nord-est.


Coupure de presse

La Voix du Nord a rapidement fait part du phénomène dans ses éditions des 23 et 24 août 2010. Ces dernières reprennent les propos de notre communiqué de presse:

Montreuillois : une tornade détruit un hangar agricole et de nombreux arbres

Ce matin, vers 4 heures, un hangar agricole d'environ 200 m² appartenant à Jean-Claude Avisse, maire d'Humbert, a été détruit par la tempête qui souffle sur le Montreuillois. De nombreux arbres ont été touchés dans un bois situé à proximité, des ballots de paille (pesant plusieurs centaines de kilos) ont été déplacés, une moissonneuse-batteuse a été retournée.

Deux poteaux électriques ont été mis à terre [...] privant d'électricité une centaine d'habitations. Les techniciens d'ERDF sont actuellement sur place pour rétablir le courant. Aucun blessé n'est à déplorer.

D'après l'Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents, le « phénomène tourbillonnaire » a atteint le stade EF2 (soit des vents de 175 à 220 km/h). Le couloir de dégâts est estimé à 5 km de long environ, précise-t-il dans un communiqué. « Cette tornade est la plus forte ayant touché la France depuis 2008 et la tornade de Hautmont ».