Le 26 août 2010, vers 23h30 locales, une tornade de faible intensité (haut de l'échelon EF1) traverse une partie de la Lorraine et de l'Alsace bossue. Le phénomène, qui a été ressenti par de très nombreux habitants, a été confirmé par une enquête de terrain. La tornade, bien que de faible intensité, a parcouru une trajectoire significative de plus de 20 kilomètres.

Principales caractéristiques de la tornade

intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 km/h à 175 km/h
distance parcourue : 23 kilomètres
largeur moyenne : 200 mètres

communes traversées: LOUDREFING (forêt domaniale d'Albestroff), MITTERSHEIM (bois de Hambach, Grand Etang), ROMELFING (bois de Brackenkopf), FÉNÉTRANGE (nord), NIEDERSTINZEL (sud), POSTROFF (nord), ESCHWILLER (village), EYWILLER (sud), WEYER (nord), DRULINGEN (bourg)

départements : MOSELLE (57), BAS-RHIN (67)
altitude moyenne du terrain : 275 mètres
type de terrain : territoires agricoles, tissu urbain discontinu, équipements sportifs et de loisirs, forêts (feuillus et conifères)

principaux dégâts :  arbres déracinés, étêtés ou vrillés, hangar presqu'entièrement détruit, quatre caravanes d'un camping déplacées sur plusieurs dizaines de mètres et retournées, toitures endommagées (certains toits découverts jusqu'à 100%, mais structures de toit intactes ou à peine endommagées), câbles téléphoniques arrachés, véhicules chahutés sur l'autoroute A4

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, 
mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.


Parcours de la tornade

 
Trajectoire globale de la tornade:
  
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Zoom sur la commune de Mittersheim :

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)


Enquête de terrain

Une enquête de terrain a été effectuée par C. Mertz pour Keraunos. Elle fait apparaître un couloir de dégâts sur une distance remarquable de 23 kilomètres et une largeur maximale de 200 mètres. Les premiers dégâts sont observés en lisière de forêt à Loudrefing (Moselle), pour s'achever à l'Est de Drulingen (Bas-Rhin). Les dommages pointés relèvent, pour les plus sévères d'entre eux, de la partie haute du niveau d'intensité EF1.
 
MITTERSHEIM (57) - Camping - Lisière du bois de Schwanhals - Arbres étêtés 
 
 
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
MITTERSHEIM (57) - Camping - Projection d'une caravane vide à plusieurs dizaines de mètres
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
MITTERSHEIM (57) - Camping - Saule-pleureur vrillé à mi hauteur:

© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
ESCHWILLER (67) - Vers Postrofferfeld - Tranchée nette sur une zone boisée (cercle rouge) - Convergence
des dégâts (flèches bleues) et sens de déplacement du tourbillon (flèches rouges)
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
ESCHWILLER (67) - Hangar presqu'entièrement détruit (la structure s'est littéralement déportée et effondrée):
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
ESCHWILLER (67) - 20, rue de l'Eglise - Toitures détuilées mais charpentes intactes -
Croix de l'église tordue - Pylône électrique en béton intact - La tornade a circulé ici de droite à gauche
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
ESCHWILLER (67) - Toitures détuilées mais charpentes intactes :
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
DRULINGEN (67) - Rue du Général Koch - Fin de la tornade - Arbres ébranchés ou étêtés:
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
ESCHWILLER (67)
Toitures détuilées mais charpente intacte (gauche) - Structure légèrement écrêtée (droite):
     
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents
 
ESCHWILLER (67) - Arbres déracinés ou étêtés
Déplacement du tourbillon (flèches rouges) - Convergence des dégâts (flèches bleues):
     
© MERTZ / KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents

Cartes d'analyse météorologique

 
 
 
 
 

Prévision du phénomène (bulletin KERAUNOS du 26 août 2010 à 06hTU)

Le bulletin de prévision émis le 26 août à 08h locales indiquait un risque de tornade pour la fin de journée depuis la Normandie jusqu'à l'Alsace, avec risque d'orages localement violents sur les départements du Nord-Est du pays, dont la Moselle et le Bas-Rhin. Les risques prévus concernaient essentiellement le risque de rafales convectives supérieures à 90 km/h et le risque de tornade.

Extrait du bulletin :

ZONE C
NIVEAU 3/4 EN RAISON D'UN RISQUE DE TORNADE, DE GRELONS VOISINS DE 2 A 3 CM, DE FORTES LAMES D'EAU ET SURTOUT DE RAFALES CONVECTIVES POUVANT AVOISINER 120 KM/H.

Une masse d'air chaud et très instable s'installe sur la zone dans l'après-midi (MUCAPE de 2000 J/kg régressant vers 1500 J/kg en première partie de nuit prochaine). A l'avant du système frontal, un vigoureux jet de basse couche se constitue à partir de la vallée du Rhône et de la Saône (vent de sud).
Il remonte vers la Lorraine, l'est de la Champagne et l'Alsace en soirée et première partie de nuit. Dans le même temps une configuration simultanée d'entrée droite/sortie gauche de courant-jet se met en place avec l'approche des forçages d'altitude. Ces éléments contribuent au creusement d'une méso-dépression (1005 hPa environ) et donc à une nette accentuation des cisaillements à tous les niveaux.
Ces régions sont donc soumises à un risque de formations supercellulaires productrices de chutes de grêle, surtout lors des premiers déclenchements orageux.
En cours de soirée et première partie de nuit, un système convectif de méso-échelle devrait se constituer et s'évacuer en deuxième partie de nuit vers l'Allemagne. Il pourra occasionner à son passage de violentes rafales convectives proches de 100 à 120 km/h. L'intrusion massive d'air sec à l'étage moyen, couplée à l'accélération évidente du jet de basse couche jouent en faveur d'un risque de violentes rafales susceptibles de balayer plusieurs départements. [...]
Par ailleurs, comme sur la zone B, les cisaillements de basses couches sont importants (SRH 0-500 m sup. à 180 m²/s²). Le risque de tornade est donc à prendre en considération, bien que semblant assez bref : les noyaux de forte SRH s'évacuent rapidement.

 
 

Témoignage

Le témoignage d'un habitant d'ESCHWILLER, parmi beaucoup d'autres, est éloquent:

"Je n'ai rien vu; par contre j'ai tout entendu; cela faisait un bruit sourd, comme celui d'un hélicoptère, ça a duré à peine 1 minute, et voilà le résultat [le témoin montre les toitures du village d'ESCHWILLER]; on se croirait comme après un bombardement".
 
* * *

Le témoignage d'un automobiliste italien, Sergio B., nous est également parvenu. Il circulait sur l'autoroute A4 à hauteur d'Eschwiller au moment du passage de la tornade :

"Ce 26 août 2010, je circulais en camping-car sur l’autoroute A4/E25, en direction du sud, lorsque, peu après la sortie 43 et aux environs de 23h40, j’ai été soudainement frappé par un vent violent provenant de ma droite, charriant débris et branches d’arbres, et ce, pendant environ une minute. Mon véhicule a été déporté de la route, et sans doute soulevé. Heureusement, j’ai réussi à le maintenir sur la chaussée et à continuer ma route, non sans difficulté, jusqu’à la sortie 44."
 

Coupure de presse

Parmi les nombreux articles de presse qui ont fait part du phénomène, nous pouvons citer un article du journal Le Républicain Lorrain dans son édition du 28/08/2010:

Une tornade a balayé le sud de la Moselle et une partie de l’Alsace Bossue dans la nuit de jeudi à vendredi. Son passage n’a duré que quelques minutes et pourtant les dégâts matériels sont spectaculaires.

Quatre communes du canton de Fénétrange et du Bas-Rhin ont été traversées par une tornade qui a causé d’importants dégâts matériels dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le phénomène météorologique s’est produit peu avant minuit, dans la forêt de Fénétrange, puis a traversé le lac Vert pour se déplacer durant près d’une demi-heure sur une distance d’une quinzaine de kilomètres, vers l’Est, en direction de Fénétrange, Eschwiller et Drulingen pour se perdre ensuite dans le massif des Vosges du nord et disparaître aussi soudainement qu’il était apparu.

La tornade a déraciné des arbres, éventré des toitures et renversé des véhicules tout au long de son parcours. A Mittersheim, quatre mobile homes ont été détruits et projetés à plus de vingt mètres, et une quinzaine de chalets et habitations secondaires ont subi des dommages allant de tuiles envolées à la disparition totale des couvertures de toit. Le bilan a été moins lourd à Fénétrange, mais les sapeurs-pompiers du centre de secteur ont tout de même dû faire face à une trentaine d’interventions durant la nuit, pour consolider des toitures abîmées et pomper l’eau des sous-sols inondés par les fortes précipitations qui ont accompagné les rafales de vent.

Côté alsacien, les traces sont plus profondes. A Drulingen, la maison d’Yvette Dietrich résume à elle seule la violence du cataclysme. Dans son jardin, seules deux statues en forme de cigognes tiennent encore debout. Des arbres brisés jonchent le gazon autour de sa bâtisse en bois.

Cellule de crise

L’auvent en béton a été arraché, la tôle ondulée sur le toit a volé, l’eau s’est infiltrée dans le salon. « J’étais sur mon canapé quand j’ai entendu le bruit du tonnerre. La fenêtre s’est ouverte malgré le fait que les volets étaient fermés », se souvient cette septuagénaire sous le choc, les traits tirés. Yvette n’a découvert l’ampleur du sinistre qu’au lever du jour.

Les habitants ont en effet été privés d’électricité suite au passage de la tornade.

Une cinquantaine de sapeurs-pompiers alsaciens sont rapidement intervenus afin de dégager les voies principales couvertes de tuiles, éclairés par des groupes électrogènes et les phares de leurs véhicules.

Solidaires

A Eschwiller, une cellule de crise a été mise en place. Quarante maisons sur les soixante que compte ce village ont été sérieusement abîmées en quelques secondes. Un hangar est à terre, les poteaux électriques sont couchés. Certaines familles ont dû être relogées.  « Nous sommes tous solidaires », souligne Sabrina. Les habitants des communes voisines, les personnels municipaux se sont organisés autour des secours. « C’est pire qu’en 1999 ! »