Le 14 septembre 2009, vers 11h45 locales, une tornade de faible intensité (EF1) s'abat sur la commune d'Ajaccio, en Corse-du-Sud. Vu et photographié par plusieurs témoins, le phénomène traverse le quartier de Finosello en direction de Pietralba.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF1 d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 à 175 km/h
* distance parcourue : 1,3 kilomètre
* largeur moyenne : 20 mètres

* commune traversée : AJACCIO (Finosello, Bodiccione, Madonuccia, Pietralba)
* département : CORSE-DU-SUD (2A)
* altitude moyenne du terrain : 30 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; systèmes culturaux et parcellaires complexes ; surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants

* principaux dégâts : panneaux publicitaires pliés ou arrachés par le vent ; grosses branches cassées ; petits arbres déracinés (feuillus) ; tuiles envolées dans des résidences (<20%) ; camionnette renversée ; vitres de voitures explosées par la projection de débris
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.

Parcours de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF1 d'Ajaccio (Corse-du-Sud) du 14 septembre 2009. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Une tornade très brève et peu visible

La tornade d'Ajaccio a adopté une physionomie originale, marquée par un tube quasiment invisible dans sa partie médiane. Ce type de tornade peut faire penser à un gustnado, mais la présence d'une rotation jusque dans les bases nuageuses atteste la présence d'une tornade, de nature non-supercellulaire néanmoins.

Cette tornade  s'est formée sur le flanc sud-est d'un orage à développement rapide et explosif, initié sur les hauteurs de Villanova quelques minutes plus tôt. La cellule convective à l'origine de la tornade constituait l'extrémité sud d'une structure multicellulaire productrice d'intenses précipitations.

 Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Vue d'ensemble du phénomène - La partie médiane de la tornade demeure invisible. © ALTI     Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Vue d'ensemble du phénomène - La partie médiane de la tornade demeure invisible. © ALTI     Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Vue d'ensemble du phénomène - La partie médiane de la tornade demeure invisible. © ALTI
© ALTI
 
Tornade EF1 d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Détail de la base de la tornade. © ALTI
© ALTI
 
Une enquête de terrain, effectuée peu de temps après la tornade, a permis d'identifier un couloir de dégâts très étroit de 20 mètres de largeur, sur une trajectoire relativement linéaire de 1,3 kilomètre. Les quartiers de Finosello, Bodiccione, Madonuccia et Pietralba ont été successivement touchés. 
 
Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Branches de saules brisées. © ALTI     Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Arbre de faibles dimensions couché. © ALTI     Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Panneau renversé. © ALTI
© ALTI
 
Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Vitres brisées sur un véhicule. © ALTI     Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Panneaux publicitaires détruits. © ALTI     Tornade d'Ajaccio (2A) du 14 septembre 2009 - Camionnette renversée. © ALTI
© ALTI
 

Coupure de presse

Le quotidien régional Corse Matin consacre plusieurs articles sur la tornade d'Ajaccio dans son édition du 15 septembre 2009. En voici un extrait : 
 
Arbres arrachés, véhicules endommagés et écoles inondées dans la tempête

On ne les attendait – presque – plus. La pluie et les bourrasques de vent ont refait leur apparition hier dans tout le sud de la Corse. De manière spectaculaire. Peu avant midi, les habitants du quartier de la Rocade d’Ajaccio ont eu l’impression d’être transportés au cœur d’un film catastrophe d’outre-Atlantique. Le vent qui soufflait en rafale s’est soudain mis à tourbillonner. Soulevant la terre du bord de chaussée, décollant les tuiles des toitures, tordant le métal des panneaux publicitaires avant de les arracher de leur support, emportant un camion de vente de produits alimentaires…

Les débris emportés par la trombe sont violemment retombés quelques dizaines de mètres plus loin. Principalement sur le parking de la résidence La Clairière. Une dizaine de voitures sont endommagées par ces débris tombés du ciel. Et les équipes de policiers de la direction départementale de sécurité publique sont intervenues pour constater les dégâts.